Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 20:18
L' affaire des vivants
L' affaire des vivants

Christophe CHAVASSIEUX

 

 

 

Roman

 

L'AUTEUR :

 

Il est né en 1960 près de Roanne dans la Loire, il vit toujours dans cette région. Il a longtemps écrit en secret mais après que son premier roman soit sélectionné pour le Prix Lettres Frontière, il se consacre à l'écriture. Il écrit des romans, des nouvelles, de la poésie, du théâtre, des scénarios pour de courts-métrages ou la bande-dessinée. Il est membre de l'association de lecteurs, Demain dès l'Aube.

Objectifs de l'association : promotion de la lecture publique à haute voix.

 

Dix années d’expérience dans Saint-Haon: veillées de lectures tous les 2 du mois, lectures dans les rues en mai, lectures de 24 heures en juin, récitals. L’association est ouverte aux amoureux de la belle littérature, du plaisir de lire à haute voix, d’écouter en extérieur, plaisir individuel et collectif. Le rêve : un lieu de lecture permanente, où les trésors de la littérature seraient offerts, gratuitement, quotidiennement, sans aucun protocole… Inventer et organiser des actions et cérémonies à Saint-Haon -mais aussi en d’autres villages, en pleine nature ou dans les villes.

 


 

 

LE LIVRE : L'affaire des Vivants

(340 pages - 2014) Editions Phébus sélection Rhône-Alpes pour le prix Lettres Frontière 2015.

 

Charlemagne est né au 19ème siècle dans une ferme pauvre des environs de Lyon. C'est son grand-père qui a exigé que le nouveau-né s'appelle ainsi étant persuadé que son destin sera grand. Charlemagne va effectivement créer un empire industriel et commercial mais à quel prix ? Et que deviendront sa femme et son fils à sa chute ?

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le psychopompe

Le baiser de la nourrice

Mausolées

MON AVIS :

Dès la première page, j'ai été transportée dans l'histoire. C'est tellement bien écrit qu'on entre dans le monde et la vie de Charlemagne au point d'oublier ce qu'il y a autour de soi. Vraiment une très belle découverte de cet auteur. De plus, le côté historique du monde industriel français des 18ème et 19ème siècles est vraiment passionnant.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

A la ferme, il a un frère qui est tout le temps dehors à crapahuter dans les forêts et à braconner à l'occasion. Je propose donc une recette de gibier.

 

Faisan au cidre et aux pommes

 

On nous avait donné un faisan récemment que j'avais congelé.

Après décongélation, je l'ai mis dans un grand plat, sel, poivre sur tous les côtés et des morceaux de beurre dessus. Du cidre dans le fond du plat et au four à thermostat 7 (200°) en remuant souvent le faisan ou en l'arrosant très fréquemment. Il est resté au four environ ¾ d'heure.

J'ai cuit des pommes de terre à la vapeur en attendant.

J'ai épluché 4 belles pommes (je compte 2 pommes par personne) et coupées en gros quartiers que j'ai ajoutées dans le plat du faisan une demi-heure avant la fin. Il faut de temps en temps rajouter du cidre.

Servir avec les pommes de terre vapeur. Bien-sûr il faut aimer le sucré-salé.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

L' affaire des vivants
L' affaire des vivants
L' affaire des vivants
L' affaire des vivants
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 08:33
Le mal que l'on se fait
Le mal que l'on se fait

Christophe FOURVEL

 

 

 

Roman

 

L'AUTEUR :

 

Il est né en 1965 à Marseille et vit dans le Doubs depuis 9 ans. Il a occupé divers métiers tels que libraire, chargé de mission au Centre Régional du Livre de Franche-Comté. Il travaille en tant qu'écrivain animateur d'ateliers d'écriture dans diverses structures comme les prisons, les MJC, les établissements scolaires, les hôpitaux psychiatriques, etc.. . Il obtient une bourse en 2012 du Conseil Régional de Franche-Comté pour l'écriture du roman « le mal que l'on se fait » qui est par ailleurs sélectionné pour plusieurs prix : le Prix Littéraire des lycéens apprentis et stagiaires en formation professionnelle en Ile de France 2014-2015, le Prix Marcel Aymé 2014.

 

 

 

LE LIVRE : Le mal que l'on se fait

(170 pages - 2014) La Fosse aux Ours Sélection Rhône-Alpes pour le prix Lettres Frontière 2015.

 

Le narrateur est un homme qui voyage dans deux pays étrangers avant de revenir en France. Une ville d'Amérique latine et une ville musulmane, les villes ne sont jamais nommées. Il loge dans des hôtels, arpente les rues, fait du sport, lit, regarde. On ne connaît pas les raisons qui l'ont poussé à faire ces voyages. C'est au fil des pages que le lecteur commence à comprendre et c'est à la fin, de retour en France, que tout est dévoilé.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Albums jeunesse :

Une vie d'ours avec Janik Coat

Les balais d'Irina avec Corinne Salvi

Tous les cinq avec Violaine Marlange

 

Romans :

Des hommes

Dumky

Bushi no nasake, la tendresse du guerrier

La dernière fois où j'ai eu un corps

Derniers voyages avant traversées (nouvelles)

 

 

MON AVIS :

J'ai eu du mal à entrer dans le livre malgré une écriture fluide et agréable. Bien-sûr je suis allée jusqu'au bout pour comprendre pourquoi cet homme voyageait, mais sans cette motivation finale je ne l'aurai pas lu.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne proposerai pas de recette de cuisine n'ayant pas apprécié vraiment le livre.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 07:00
Tristesse de la terre
Tristesse de la terre

 

Eric VUILLARD

 

 

 

Roman 

 

L'AUTEUR :

 

Il est né le 4 mai 1968 à Lyon.  Il est écrivain et cinéaste et a réalisé 2 films dont le long métrage Matéo Falcone adaptation de la nouvelle de Prosper Mérimée. Il a reçu de nombreux prix littéraires tels que le Grand Prix littéraire du Web en 2009, le Prix Ignatius J. Reilly en 2010, le prix Valéry-Larbaud en 2013. Il publie son premier livre en 1999.

 

 

 

LE LIVRE : Tristesse de la terre : une histoire de Buffalo Bill Cody

(158 pages - 2014) Actes Sud Sélection Rhône-Alpes pour le prix Lettres Frontière 2015.

 

C'est l'histoire de Buffalo Bill Cody : surtout comment il a monté le Wild West Show. Son spectacle dépassa toutes les frontières (il jouera même en Europe) . Il déplaça des foules énormes et faisait jouer de véritables indiens vaincus lors de la conquête de l'Ouest. Les gens venaient voir les Indiens se faire massacrer comme dans la vraie histoire. Mais Buffalo Bill a inventé complètement sa vie ; il a même créé une ville qu'il a appelé Cody

Le livre est émaillé de photographies réelles qui donnent du poids à la lecture.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Congo

La bataille d'Occident

Conquistadors

Bois vert

 

 

MON AVIS :

Je ne sais pas quoi penser du livre : est-ce un roman ou une biographie ? La frontière est mince entre les deux tant les photographies sont un pan de l'histoire américaine et Bill Cody un homme qui a vraiment existé. Par contre je n'ai pas aimé la dernière partie du livre. J'ai quand même eu envie de le terminer ne serait-ce que pour essayer de comprendre ce personnage extraordinaire que fut Bill Cody.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne proposerai pas de recette de cuisine.

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 08:39
Comment j'ai mangé mon estomac
Comment j'ai mangé mon estomac

Jacques André BERTRAND

Roman

 

L'AUTEUR :

 

Il est né le 29 décembre 1946 à Annonay en Ardèche. Il est diplômé de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille. Il s'est initié aux civilisations japonaises et mongoles à l'Institut des Langues Orientales. Il a travaillé pour de nombreux journaux tels que Télérama, le Nouvel Observateur, Paris-Hebdo et d'autres dans le monde de la musique. Il se consacre à l'écriture de chroniques, de recueil de nouvelles et de romans. Il a reçu de nombreux prix littéraires, tels que le Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres, le Prix Flore en 1995 et le Grand Prix de l'Humour noir pour « comment j'ai mangé mon estomac ». Il reçoit en 2015 le Prix Vialatte pour l'ensemble de son œuvre.

 

 

LE LIVRE : Comment j'ai mangé mon estomac

(111 pages – 2014) Editions Julliard sélection Rhône-Alpes pour le prix Lettres Frontière 2015.

 

L'auteur est le narrateur. Il a un cancer de l'estomac et sa femme un cancer également. L'humour noir prédomine pour raconter les soins, la chimio, l'opération lourde. Son estomac devient son adversaire, un personnage à part entière auquel il parle. Il affronte cette situation et se bat de toutes ses forces.

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Brève histoire des choses

Les sales bêtes

Les autres, c'est toujours rien que des sales types

Le pas du loup

J'aime pas les autres

Tristesse de la balance et autres signes

La course du chevau-léger.

 

 

MON AVIS :

Déroutant au début, le roman m'a captivée ensuite. L'écriture, l'humour noir, tout est fantastique. Un sujet très sérieux et triste et en fin de compte, nous lecteur on ne l'est pas. Son combat contre la maladie est émaillé de petits textes discutant de philosophie, des gens ; des pensées instantanées parfois bizarres mais très profondes. Un livre court, mais très intense qu'on ne peut pas lâcher avant de l'avoir terminé.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Pas de cuisine mais un extrait de texte au début du livre pour donner un avant-goût de lecture. Pensées sur le luxe. C'est ce texte qui m'a donné envie de poursuivre pour mon plus grand plaisir.

 

 

 

"Les soirs de fin d'été. De saucissons, de fromages de chèvre du jour en faisselles, d'omelettes aux champignons des bois et de piquette – juste une goutte pour teinter la limonade. J'avais 8, 10, 12 ans. D'où me vient cette impression de luxe inouï ?

C'était du luxe bon marché. Car le luxe est bon marché. Les limousines, les Porsche Carrera, les palaces, les week-ends à Courchevel, c'est autre chose. Du faux-semblant. Le vrai luxe ne s'achète pas, ne s'exhibe pas. C'est du luxe naturel, à la portée de tous. A condition, naturellement, d'avoir l'esprit du luxe. La plupart des grands financiers, des spéculateurs de grands chemins, sont dépourvus de la moindre étincelle d'esprit de luxe. Ils croient vivre dans le luxe. Ils ne vivent que dans une misère coûteuse. On ne me croira sans doute pas sur parole, mais c'est la vérité."

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:03
22ème sélection Lettres Frontière : sélection Suisse Romande

L'alphabet des anges de Xochiti BOREL (l'Aire)

 

 

 

 

« Les cheveux bouclés d'Aneth en plein dans mon paysage, la vue écrasée par son odeur, j'étais émue à en mourir, émerveillée par sa force vive qui, je le sentis à cet instant comme jamais, résisterait à toute épreuve. Elle avait beau être bâtarde, borgne, trop intelligente ou en salopette, elle pouvait devenir aveugle ou poisson-lune, Aneth résisterait, et avec elle, sa liberté ; il y avait sous sa chevelure feuillue et insoumise tant de poésie désarmante, prête à s'engager et à supporter, prête surtout à aimer ; »

 

22ème sélection Lettres Frontière : sélection Suisse Romande

Le miel de Slobodan DESPOT (Gallimard)

 

 

 

Délabrée par la guerre, Véra l'herboriste ignore qu'elle se sauve elle-même. Pour le comprendre, il lui faudra recueillir l'histoire du fils, Vesko le Teigneux, encore prisonnier de ses peurs. Le voyage épique de Vesko en voiture avec son père, à travers un pays devenu étranger, n'a été possible que par la grâce d'une substance bénéfique, un véritable viatique : le miel. « Chacun de nos gestes compte » assène Véra au narrateur venu chez elle pour soigner un mal profond. Dans le cabinet enfumé par les cigarettes et la tisane, pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, Véra lui conte cette aventure placée sous le signe du miel. L'herboriste a peut-être trouvé là le meilleur remède à ses maux, et le secret d'une sagesse.

22ème sélection Lettres Frontière : sélection Suisse Romande

Le canal de Valérie GILLIARD (L'Aire)

 

 

Yverdon, rive de la Thièle, un vendredi à 16 heures : le drame survient. Qui a vu ? Qui a agi ? Qui s'est tu ? Le canal relie les gens à leur insu ; le canal débonnaire peut devenir perfide ; le canal murmure des choses qui insensiblement polissent les pensées. On le côtoie, on le regarde sans le voir, mais sait-on ses méandres, connaît-on sa profondeur, ses éclats, sa vie secrète ?  
 

 

  

22ème sélection Lettres Frontière : sélection Suisse Romande

La trinité bantoue de Max LOBE (Zoé)

 


 

Mwana vit dans un pays au cœur de l'Europe, avec ses cousins blancs qu'il connaît bien. Certains parmi eux sont décidés à chasser les moutons noirs de leur territoire. La traque est lancée, les esprits s'échauffent. C'est dans ce contexte que Mwana cherche un emploi et rien n'est gagné. Le jour où il décide de dépenser ses derniers centimes pour entendre la voix de sa mère restée là-bas au Bantouland, sa vie se fige dans une parenthèse douloureuse. Mwana ne la reconnaît plus.

 

 

 

22ème sélection Lettres Frontière : sélection Suisse Romande

L'ami Barbare de Jean-Michel OLIVIER (L'âge d'homme)

 

 

 

Qui était Roman Dragomir ? Un aventurier sans scrupule ? Un fou de femmes et de football ? Un tyran ? Un éditeur de livres sulfureux ? Un joueur de trictrac ? Dans le roman, 7 personnages qui ont connu Roman Dragomir viennent se recueillir autour de sa dépouille et témoigner une dernière fois de cette vie dangereuse, ambiguë, qui est un vrai roman d'aventures.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 15:53
22ème sélection du prix Lettres Frontière : sélection Rhône-Alpes

Comment j'ai mangé mon estomac de Jacques A. BERTRAND (Julliard)

 

« Je n'avais jamais pu tout à fait me résoudre à considérer que mon corps m'appartenait en mains propres, si j'ose dire. L'estomac, surtout, que j'avais tendance à sous-estimer. J'étais contrarié d'avoir à le transporter toujours avec moi. Je redoutais qu'il finisse par prendre trop de place dans ma vie. J'avais été alarmé le jour où un radiologue avec qui j'avais rendez-vous avait demandé à sa secrétaire : « l'estomac est arrivé ? ».

22ème sélection du prix Lettres Frontière : sélection Rhône-Alpes

L'affaire des vivants de Christian CHAVASSIEUX (Phébus)

 


Né dans une ferme pauvre des environs de Lyon, Charlemagne va connaître le destin exceptionnel d'un enfant de la République littéralement brûlé par l'ambition. Puissant, dur au mal et sans grande considération pour les obstacles, cette force de la nature fera des sillons maigres de la terre de France le socle d'une industrie naissante. Se savoir obéi dès le plus jeune âge et porter cet étrange patronyme détermine-t-il la place d'un homme dans le monde ? Mais que reste-t-il d'un empire, une fois le tyran tombé ? 

 

 

 

22ème sélection du prix Lettres Frontière : sélection Rhône-Alpes

Le mal que l'on se fait de Christophe FOURVEL (La fosse aux ours)

 

 

Un homme séjourne 6 mois à l'étranger : 3 mois dans une ville d'Amérique latine et 3 mois dans une ville musulmane. Le lecteur ne sait rien des raisons qui ont motivé cet exil. Il découvre, au fil des pages, l'attente et la tristesse et la solitude de l'homme. Longtemps, celui-ci semble ne rien entreprendre. Alors pourquoi ces 2 villes ? Dans quel but ? 

 

22ème sélection du prix Lettres Frontière : sélection Rhône-Alpes

Le collier rouge de Jean Christophe RUFIN (Gallimard)

 

 

 

Dans une petite ville du Berry, écrasée par la chaleur de l'été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d'une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et au milieu d'eux un chien, qui détient la clef de l'énigme.  

22ème sélection du prix Lettres Frontière : sélection Rhône-Alpes

Tristesse de la terre de Eric VUILLARD (Actes Sud)

 

 

 

On pense que le reality show est l'ultime avatar du spectacle de masse. Qu'on se détrompe, il en est l'origine. Son créateur fut Buffalo Bill, le metteur en scène du fameux Wild West Show.   

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 16:53
RESULTATS du Prix Lettres Frontières
RESULTATS du Prix Lettres Frontières

Les résultats du Prix Lettres Frontières sont maintenant connus pour cette année 2014.

Les gagnantes sont : 

Paola PIGANI pour son roman : N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

Sélection Rhône-Alpes

 

Bettina STEPCZINSKI pour son roman : Sybille, une enfant de Silésie

Sélection Suisse Romande

 

MA REACTION :

Je suis contente car ce sont les deux livres qui m'ont marquées et j'ai voté pour eux. Bravo aux deux auteures talentueuses.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 19:19
Est-ce entre le majeur et l'index, dans un coin de la tête que se trouve le libre arbitre ?
Est-ce entre le majeur et l'index, dans un coin de la tête que se trouve le libre arbitre ?

Antonio ALBANESE

 

Roman suisse

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1970 à Lausanne. Il est écrivain et musicien italo-suisse. Il a fait des études au Conservatoire de Lausanne et a continué par un Master à la Manhattan School of Music de New-York. De retour en Suisse, il obtient une licence en histoire de l'art à l'Université de Lausanne. Son premier roman paraît en 2009 et est récompensé par le prix des auditeurs de la Radio Suisse Romande. Il se consacre à l'écriture, à la musique (surtout la musique contemporaine) et à l'enseignement.

 

 

 

 

LE LIVRE :Est-ce entre le majeur et l'index, dans un coin de la tête que se trouve le libre arbitre ?

Editions l'âge d'homme (85 pages – 2013).

Sélection Suisse Romande pour le prix Lettres Frontière

 

 

Le livre est un hommage au compositeur contemporain Istvan Zelenka et à un autre compositeur du 20ème siècle, John Cage.

Différents textes : chaque texte porte sur un mot différent. 49 mots en tout. Au fil des pages, on peut lire des poèmes, de la prose, des lettres, des récits, du dialogue, etc... La typographie et la mise en page diffèrent également.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le roman de Don Juan

La chute de l'homme

 

Beau livre :

Regards croisés, une introduction à la lecture d'oeuvres

 

MON AVIS :

L'introduction du livre a failli me faire renoncer ! Les textes sont inégaux : certains intéressants d'autres moins. C'est parfois alambiqué et que dire du vocabulaire : il faut souvent avoir le dictionnaire à côté de soi ! Au final, un livre qui ne m'a pas enchantée.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Pas de recette de cuisine à proposer.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 09:18
Le garçon incassable
Le garçon incassable

Florence SEYVOS

 

Roman

 

L'AUTEURE :

Elle est née en 1967 à Lyon. Elle a passé son enfance dans les Ardennes et vit aujourd'hui à Paris. Elle remporte le prix Goncourt de nouvelles à 20 ans et écrit son premier roman jeunesse. Elle écrit des films avec Noémie Lvosky et traduit de la littérature jeunesse anglaise, allemande, japonaise, suédoise et italienne. Elle remporte en 1995 le prix Goncourt du premier roman pour adultes ainsi que le prix littérature France Télévision.

 

 

 

 

LE LIVRE : Le garçon incassable (173 pages - 2013) Editions de L'olivier

Sélection Rhône-Alpes du prix Lettres Frontière 2014

 

L'auteure décrit deux personnes : Henri le frère de la narratrice, un enfant pas comme les autres et Buster Keaton, enfant de la balle, du cirque et du cinéma. Parallèle entre les deux personnages.

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Jeunesse : entre autres

Album :

L'ami du petit tyrannosaure avec Anaïs Vaugelade

Romans :

Ma vie avec les chimpanzés avec Jane Goodall

Pochée et la tempête avec Claude Ponti

Nanouk et moi

Charlotte et Mona avec Mette Ivers

L'erreur de Pascal

 

Romans adultes :

Les apparitions

Gratia

L'abandon

 

 

 

 

MON AVIS :

Je ne connaissais pas du tout la vie de Buster Keaton et ce côté là du roman m'a intéressée. Quelques longueurs à mon avis. Par contre je n'ai absolument pas trouvé que les deux personnages de Buster et Henri se ressemblaient. Le premier est vraiment exploité par ses parents et le système tandis que l'autre est au contraire protégé par sa famille et accompagné dans sa lutte quotidienne pour surmonter ses handicaps.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Aucune recette de cuisine à proposer avec le livre.

 

 

 

 

 

 

 

Martine M.

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 09:15
Le Transparent
Le Transparent

 

Françoise MATTHEY

 

Prose et poésie

 

L'AUTEURE :

Elle est née le 16 juin 1949 à Strasbourg. Elle a d'abord été éducatrice spécialisée avant de devenir bibliothécaire et enfin médiathécaire à l' Office Fédéral du Sport de Macolin (Canton de Berne en Suisse). Elle est maintenant écrivaine et poète vaudoise. Elle a reçu plusieurs prix pour ses recueils de poésie tel que le Prix Schiller pour son premier recueil dédié à la mémoire d'une amie tragiquement disparue.

 

 

 

 

LE LIVRE : Le Transparent (93 pages - 2013) Editions de L'aire à Vevey en Suisse

Sélection Suisse-Romande du prix Lettres Frontière 2014

 

15ème siècle : la vie en prose et en poèmes de Nicolas de Flue Saint Patron de la Suisse. Comment il a entendu l'appel de Dieu, comment il est devenu ermite et un sage très écouté par ses concitoyens et les grands du monde de son époque. Textes en prose sur sa vie et à la fin de chaque texte, des poèmes écrits en « je ».

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Ceux qu'on peut à priori trouver en France :

Recueils de poésie :

Le vivant jusqu'à la pierre

L'or dans la poussière des seuils

Mons vite avec mes mains qu'avec le ciel

 

 

 

 

MON AVIS :

Le livre m'a permis de connaître un personnage historique suisse, j'ai aimé l'écriture et les textes concernant Nicolas de Flue mais je n'ai pas aimé les poèmes intercalés entre les textes.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Aucune recette de cuisine à proposer avec le livre.

 

 

 

Martine M.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens