Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 08:46
Derrière les panneaux il y a des hommes
Derrière les panneaux il y a des hommes

Joseph INCARDONA

 

Roman policier suisse-romand

 

 

L' AUTEUR :

Il est né le 11 février 1969 à Lausanne de père italien et de mère suisse. Il est installé à Genève. Il écrit des romans, mais aussi pour le théâtre, la bande-dessinée et le cinéma. Il est également réalisateur de cinéma.

 

 

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

Derrière les panneaux il y a des hommes (277 pages - 2015) Editions Finitude

Grand Prix de la littérature policière du meilleur roman en français en 2015.

Sélection Lettres Frontière Suisse-Romande 2016

 

 

L'autoroute : l'enlèvement d'une petite-fille. C'est le troisième. Pierre a perdu sa fille : aucun corps retrouvé, l'enquête piétine. Il vit sur l'autoroute à la recherche du  responsable. Il vit dans sa voiture, croise des personnages hétéroclites, se lave dans les stations ou sur les aires de repos. « Des hommes vivent derrière les panneaux »

 

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Romans adultes :

Le cul entre deux chaises (bientôt adapté par l'auteur au cinéma)

Banana Spleen

Remington

Aller simple pour Nomad Island

Nouvelles :

Dans le ciel des bars

Taxidermie

Bandes-dessinées et romans graphiques :

Fausse route (avec Vincent Grave)

Dans les cordes (avec Marc Moreno)

Petites coupures (avec Vincent Grave)

Lonely Betty (avec Christophe Merlin)

 

 

 

 

MON AVIS :

Le sujet est intéressant : ces vies qui se croisent sur l'autoroute, qui y travaillent, y résident parfois.

Par contre, je n'ai pas du tout accroché à l'écriture : phrases très courtes, vocabulaire cru et vulgaire. Je pense que je suis passée à côté de ce roman policier.

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas pensé à la cuisine en lisant le livre. Absolument aucune inspiration pour une recette.

 

 

 

 

Martine M.

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 08:29
En Cheveux
En Cheveux

Emmanuelle PAGANO

 

Roman

 

 

L' AUTEURE :

Elle est née le 15 septembre 1969 dans l'Aveyron. Elle vit et travaille sur le plateau ardéchois. Elle a étudié les Arts Plastiques et suivi des études cinématographiques et audio-visuelles. Son premier livre est publié en 2002. Elle a déjà reçu des prix littéraires tels que le Prix TSR du roman en 2005 et le Prix Wepler 2008 et le Prix Rhône-Alpes du livre. Elle est mariée et a 3 enfants.

 

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

En cheveux (76 pages - 2014) Editions Invenit Musée des Confluences

Sélection Rhône-Alpes pour le Prix Lettres Frontière 2016.

 

Italie : une famille possède un châle confectionné avec la grande nacre de Méditerranée, la Pinna Nobilis. La narratrice demande au conservateur du musée à qui elle l'a donné de pouvoir le voir encore une fois car il n'est pas encore exposé. C'est ainsi qu'elle se remémore son enfance dans une villa habitée par deux sœurs de son père. C'est une histoire familiale qui se déroule en même temps que les plis du châle avec le fascisme en arrière plan et surtout l'image d'un père machiste et autoritaire à l'extrême avec ses sœurs.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Ligne et fils

Le tiroir à cheveux

Les ados troglodytes

Nouons-nous

Un renard à mains nues

L'absence d'oiseaux d'eau

Le travail de mourir

Les mains gamines

 

 

 

 

MON AVIS :

Intéressant de part le sujet mais je n'ai quand même pas apprécié vraiment le livre. Un retour sur un passé italien décousu et heureusement que le récit est court.

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne donne pas de recette mais par contre j'ai cherché des renseignements sur cette grande nacre et sur le Musée des Confluences.

Celui-ci est situé à Lyon. Il a créé une collection Récits d'Objets : le but est de convier des écrivains à inventer des récits à partir d'un objet des collections du Musée. En Cheveux est le quatrième livre.

 

La Grande Nacre de Méditerranée Pinna Nobilis : je propose un site internet bien fait sur cette espèce animale.

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

En Cheveux
Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 08:33

Sélection Suisse Romande :

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

La femme provisoire de Anne BRECART (Editions Zoé – 2015)

 

A Berlin, il y a 30 ans, dans le silence et le désarroi, une jeune femme qui vient de subir un avortement avec une nonchalance qui s’avèrera trompeuse, marche de longues heures solitaires dans la ville. Quelque chose se passe. Elle rencontre Javier, jeune homme étranger comme elle, dont elle apprivoise progressivement l’enfant de quelques mois. D’une petite chose scrutatrice et calme, il devient un enfant aimé et confiant.

Entre Javier, la femme et le petit, un étrange bonheur s’installe. Le génie des lieux n’y est pas pour rien. Dans un immense appartement décati mais aux hauteurs aristocratiques, au cœur de l’hiver magnifique, de grandes journées vides sont en fait un véritable temps enchanté qui durera presque une année. L’enfant devenu adulte retrouve sa mère provisoire, le passé remonte, c’est le temps du récit.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

L'oeil de l'espadon de Arthur BRUGGER (Editions Zoé – 2015)


 


 

A 24 ans, Charlie est apprenti-poissonnier au Grand Magasin. Son quotidien a l’aspect moiré des écailles: découpage, évidage, emballage et autres savantes manipulations de la marchandise, nettoyage méticuleux des tables de travail, et puis visites au grand frigo et à la gigantesque poubelle, café et cigarette des pauses avec ses collègues, enfin les clients, les anonymes et les habitués, les affreux et les charmants. Mais Charlie ne veut plus de l’image que lui renvoient Natacha, son patron et les clients : celle d’un gentil, tellement gentil jeune homme. De son côté Emile, grand idéaliste, se trouve confronté, grâce à Charlie, à une réalité plus subtile qu’il ne la voudrait. Non, tous les employés du Grand Magasin ne sont pas des imbéciles englués dans la routine.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

Splendor Veritatis de François DARRACQ (Editions Slatkine – 2015)

 

Rome, 1633. Un conflit de conscience déchire un membre de l'Inquisition chargé d'empêcher la diffusion des idées de Galilée. La théorie du mouvement de la Terre, un crime contre la Foi catholique ? Le père Melchior Inchofer, en bon jésuite, défend cette position intransigeante de sa hiérarchie ; mais lorsque cet astronome averti découvre que Galilée a été condamné à tort, il comprend qu'en entravant la recherche scientifique, l'Église trahit le message divin. Doit-il se lever pour changer le cours des choses, au risque d'être victime à son tour de la machine inquisitoriale ? Ou au contraire fermer les yeux et devenir complice d'une Église à laquelle il doit tout, au risque de vendre son âme ? À travers le face-à-face haletant que se livrent Inchofer et Galilée, François Darracq nous emmène dans les coulisses de la fameuse Affaire, là où les idées sont incarnées par des hommes, pétris de certitudes jusqu'à l'aveuglement. On s'y bat pour un enjeu de taille : le pouvoir de dire ce qu'est la Vérité.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

Un lieu sans raison de Anne-Claire DECORVET (Editions Campiche – 2015)

 

Marguerite est folle, internée jusqu’à sa mort dans un asile oublié de Lozère. C’est là qu’elle crée sa robe de mariée, faite du fil usé des draps de l’hôpital, brodée pour un jour de noces imaginaires. Hélas, elle ne sera jamais la plus belle et la mieux aimée, dans sa dentelle blanche, et son rêve ne se réalisera jamais!
Mais qui était Marguerite Sirvins (1890-1957), folle enfermée parmi les fous dans des conditions d’internement terribles? Et comment sa robe est-elle parvenue à la Collection de l’Art Brut de Lausanne? Ce roman basé sur des rapports d’archives retrace une vie gangrenée par la folie et décrit la réclusion des fous avant la révolution de l’antipsychiatrie.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

Derrière les panneaux, il y a des hommes de Joseph INCARDONA (Editions Finitude – 2015)

 

Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l'autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.

Il observe, il surveille et il est patient.
Parmi tous ceux qu'il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s'agite dans un monde clos, quelqu'un sait, forcément.
Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s'agacent, se disputent. Sous l'asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes.
Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes. L'urgence.
Pierre n'a jamais été aussi proche de celui qu'il cherche.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 08:25

Sélection Rhône-Alpes :

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

Archives du vent de Pierre CENDORS (Editions le Tripode – 2015)

 

 

Un réalisateur de génie, Egon Storm, se retire du monde avant la diffusion d'une trilogie qui

révolutionne l'histoire du cinéma. Depuis sa solitude, il mentionne, dans un ultime message, l'existence d'un homme mystérieux, Erland Solness. En partant de cette simple intrigue, l'auteur nous livre un texte aux pouvoirs étranges, hypnotiques. Un policier métaphysique peut-être ? Un road-movie écologique aussi ?

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

Melville Street de Xavier DEVILLE (Editions Gulliver - 2015)

 

 

Là-bas, aux antipodes, certaines personnes handicapées habitent en colocation de quatre ou cinq des maisons dispersées en ville, où des assistants se relaient pour les aider à appréhender la vie quotidienne.
À Dunedin, Nouvelle-Zélande, nous partageons avec le narrateur – un Français – les jours et les nuits de Melville Street et de ses habitants: Tommy-dans-son-fauteuil et Tommy-debout, Chesley, Jon, Carolyn. Au rythme des rites journaliers et des péripéties déconcertantes, aux frontières de «normalité» et d’«anormalité», des vies se croisent, se chevauchent ou se heurtent, et tentent de s’accommoder de l’hypocrisie persistante de la société.
Un humour tendre, ou plus corrosif, imprègne ce peu commun journal de bord de son parfum doux-amer. Et le cheminement du narrateur, qui découvre la complexité – et parfois la violence – de ses propres réactions, nous aide à décrypter le regard que nous portons sur la différence.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

Nous serons des héros de Brigitte GIRAUD (Editions Stock - 2015))

 

En ce début des années soixante-dix, Olivio et sa mère viennent de fuir la dictature portugaise. Ils s'installent dans une banlieue lyonnaise et emménagent bientôt chez Max, un rapatrié d'Algérie avec qui ils espèrent un nouveau départ. Alors que Max accepte mal l'adolescent, Olivio se lie à Ahmed, un immigré algérien de son âge, auprès de qui il trouve tendresse et réconfort.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

La route de Beit Zera de Hubert MINGARELLI (Editions Stock - 2015)

 

 

 

Stepan vit avec sa chienne quelque part en Israël dans une maison isolée près des bois. Il écrit chaque jour à son fils Yankel, forcé de se cacher à l’autre bout du monde. Il raconte ainsi sa vie de solitude et dit son espoir, un jour, de le retrouver. En faisant face à son chagrin, il se souvient de l’époque où il contrôlait les Palestiniens aux postes-frontières, éprouvait de la haine, de la honte ou de la compassion.
Depuis quelque temps, un adolescent mystérieux lui rend visite et s’attache peu à peu à la chienne. Livre de la paternité et de la transmission, il aborde la question de la séparation, celle d’un père et d’un fils mais aussi celle des peuples qui vivent avec les fautes commises par leurs aînés. Et dit, à hauteur d’homme, la vie quotidienne éprouvée par le conflit israélo-palestinien.

23ème sélection du Prix Lettres Frontière

En cheveux de Emmanuelle PAGANO (Editions Invenit - 2014)

 

« Il faut pêcher mille grandes nacres, les sortir de l’ombre, pour obtenir deux cent cinquante grammes de fil de soie de mer, deux cent cinquante grammes seulement
 de lumière avec un millier de gros coquillages. »
Un châle, à première vue commun s’il n’était constitué de fils de Pinna nobilis, la grande nacre de Méditerranée. Lorsqu’elle retrouve l‘objet précieusement conservé dans les réserves du musée, les souvenirs reviennent à la narratrice. Se déploie, pli après pli, une histoire familiale dans l’Italie fasciste, dont les fragiles fils tissés de la nacre forment la trame. Un frère autoritaire et machiste, ses deux sœurs Nella et Bice protégeant le châle comme objet totémique soustrait à la vue de l’homme, la nature et ses odeurs, ses lumières, sont la matière de ce récit sensuel et incarné.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 09:43
Résultats du Prix Lettres Frontière 2015

L'affaire des vivants de Christophe CHAVASSIEUX est élu dans la catégorie des auteurs Rhône-Alpins.

Résultats du Prix Lettres Frontière 2015

L'alphabet des anges de Xochitl BOREL est élu dans la catégorie auteurs de Suisse-Romande.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:33
Le canal

Valérie GILLIARD

 

 

 

Roman Suisse

 

L'AUTEURE :

Elle est née en 1970 à Lausanne. Elle fait des études de Lettres Classiques et part enseigner le français aux USA. Elle devient ensuite collaboratrice pendant un an au Centre de Recherches sur les Lettres Romandes et puis elle est maintenant enseignante au lycée d'Yverdon.

 

 

LE LIVRE : Le canal

 

(116 pages - 2014) Editions l' Aire

Sélection Suisse Romande pour le prix Lettres Frontière 2015

Yverdon les Bains, petite ville du canton de Vaud en Suisse. Un vendredi à 16 heures, rue de la Thièle, une petite-fille se noie dans le canal. Tous ceux présents cette après-midi là ont leur vision du drame.


 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le canular divin

 

MON AVIS :

Un roman bien mené avec ces visions différentes de la noyade. Bien écrit.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette à donner en lien avec le livre.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:21
L'alphabet des anges

Xochitl BOREL

 

 

 

Roman Suisse

 

L'AUTEURE :

Elle est née en 1987 et a vécu de 1988 à 1993 au Nicaragua. Elle a aussi fait le tour du monde à 13 ans. Elle a suivi des études en Sciences Politiques à L'université de Lausanne. Elle est également musicienne, chante et danse. « L'alphabet des anges » est son premier roman.

 

 

 

 

LE LIVRE : L'alphabet des anges

 

(125 pages - 2015) Editions l' Aire

Sélection Suisse Romande pour le prix Lettres Frontière 2015

Comment une jeune-fille de 15 ans est obligée par son père d'aller voir « la faiseuse d'anges ». Mais le bébé naît quand même, borgne et très intelligente. Cette petite-fille (Aneth) devient la raison de vivre de sa maman. Malgré toutes les épreuves et en particulier la maladie d'Aneth qui la rend définitivement aveugle, elles vont trouver le bonheur.

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

 

MON AVIS :

Une belle leçon de vie, où l'espoir est toujours là. Original : comparaison des émotions humaines avec les plantes, le végétal, les couleurs. Très beau et très bien écrit.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette à donner en lien avec le livre.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:08
La Trinité Bantoue

Max LOBE

 

 

 

Roman Suisse

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1986 à Douala au Cameroun. Il arrive en Suisse à 18 ans. Il suit des études de Communication et Journalisme à Lugano et continue à l'Institut des Hautes Etudes en Administration Publique à Lausanne pour un Master. Maintenant, il vit à Genève. Il reçoit le Prix de la Sorge (prix littéraire de l'Université de Lausanne) pour sa nouvelle « le baccalauréat ». Il tient un blog, « les cahiers bantous » où il publie souvent des nouvelles.

 

 

LE LIVRE : La Trinité Bantoue

 

(200 pages - 2014) Editions Zoé

Sélection Suisse Romande pour le prix Lettres Frontière 2015

Mwana vit en Suisse à Genève. Il vient du Bantouland. Il est homosexuel et vit avec Ruedi qui ne fait rien. Mwana a un master mais ne trouve pas de travail. Ils ont souvent faim, manquent d'argent.

Mwana est très courageux et se bat pour changer de vie et améliorer sa condition. Il pleure beaucoup et souvent. Sa sœur est aussi installée à Genève et est bien intégrée.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

39 Rue de Berne

 

 

MON AVIS :

C'est original, bien écrit, avec un langage coloré, distrayant et amusant. J'ai beaucoup rit en lisant le roman malgré un sujet difficile (chômage, cancer de sa mère, intégration, etc...). Le héros est attachant, c'est un philosophe à sa manière.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette à donner en lien avec le livre.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:49
Le miel

Slobodan DESPOT

 

 

 

Roman Suisse

 

L'AUTEUR :

Il est né le 24 juillet 1967 en ex-Yougoslavie, maintenant la Serbie. Il est le co-fondateur et le directeur des éditions Xenia (« Osez lire ce que nous osons éditer ») à Sion en Suisse. Sa famille est installée en Suisse depuis 1973. Il a été traducteur serbo-croate pour les éditions l'Age d'Homme ainsi que traducteur anglo-saxon, italien et russe pendant 15 ans. Il fonde dans les années 90 avec Vladimir Dimitrijevic l'Institut Serbe de Lausanne, Il est chroniqueur régulier pour le « Nouvelliste » dans le Valais, photographe également,

Le miel est son premier roman

 

 

LE LIVRE :

 

(127 pages - 2014) Editions Gallimard

Sélection Suisse Romande pour le prix Lettres Frontière 2015

Vesko le Teigneux est un personnage qui est resté à Belgrade pendant la guerre de 1995, évitant la guerre et refusant se s'engager. Son frère, par contre, s'est engagé dans l'armée fédérale. A la fin de la guerre, il rejoint son frère à Belgrade mais leur père est resté au pays et Vesko prend la voiture pour aller le chercher. C'est un voyage épique avec du miel dans le coffre de la voiture, miel qui les aidera à passer les frontières.

Ce voyage, c'est Véra l'herboriste, qui le raconte car elle a rencontré les deux hommes lors de leur retour. Elle raconte ces aventures à un homme qui reste chez elle le temps d'écouter l'histoire.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

i-mages : mise en photos des poèmes de Oskar Freysinger

Despotica-modes d'emploi : cahier d'idées et de réflexions qui accompagnent son travail d'éditeur.

Documentaires : Balles perdues-Interventions contre l'Empire totalitaire 1990-2002 (Yougoslavie)

le Valais Mystique (photographies)

 

MON AVIS :

C'est bien écrit. Je n'ai pas compris le rôle de celui qui écoute l'histoire chez Véra : pourquoi il écoute et pourquoi elle lui raconte. C'est déroutant. Je ne peux pas dire si j'ai vraiment aimé. Et puis je suis perdue avec cette guerre de 1995 que je ne connais pas bien. Ce manque de connaissances de la géographie et de l'histoire m'a empêchée d'apprécier le roman.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette à donner en lien avec le livre.

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:22
L'ami barbare

Jean-Michel OLIVIER

 

 

 

Roman

 

L'AUTEUR :

 

Il est né en 1952 à Nyon en Suisse. Il a grandi à Genève et fait ses études de lettres à l'Université de Genève. Il est professeur de français et d'anglais dans un collège. Il dirige depuis 2005 la collection Poche Suisse aux éditions l'Age d'Homme. Il a reçu le prix Interallié pour « l'amour nègre ».

 

 

LE LIVRE :

 

(297 pages - 2014) Editions l'âge d'homme

Sélection Suisse Romande pour le prix Lettres Frontière 2015

Roman Dragomir git dans son cercueil à l'église. Tous ceux qui l'ont connu viennent lui rendre un dernier hommage. C'est le portrait d'un homme, né en Yougoslavie en 1930. Au travers des différents personnages s'approchant du cercueil, la vie de Roman Dragomir se déroule. Certains l'ont détesté, d'autres aimé mais jamais d'indifférence.

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

L'amour nègre

Après l'orgie

Le dernier mot

Le voyage en hiver

L'amour fantôme

Homme de cendre

L'enfant secret

Une nuit blanche

 

 

MON AVIS :

J'ai été déçue par le livre. Bien écrit pourtant, mais avec des longueurs parfois. J'espérais mieux.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette à donner en lien avec le livre.

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens