Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 09:11
Marcher droit, tourner en rond
Marcher droit, tourner en rond

Emmanuel VENET

 

Roman

 

 

L'AUTEUR :

 

Il est né en 1959 à Oullins. Il est psychiatre à l'hôpital du Vinatier depuis 1989 et il vit à Lyon.

Il a reçu le prix Fémina des Lycéens.

 

 

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

 

 

Marcher droit, tourner en rond (123 pages - 2016) Editions Verdier

 

Sélection Rhône-Alpes pour

 

le Prix Lettres Frontière 2018

 

 

 

 

 

 

 

Le narrateur est atteint du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme. Il se trouve à l'enterrement de sa grand-mère qui aurait eu 100 ans quelques jours plus tard. Il ne supporte pas l'hypocrisie de cet événement et c'est l'occasion pour lui de faire le point sur sa situation, sa famille. Il aime le scrabble, les catastrophes aériennes, la logique et une camarade de lycée qu'il n'a plus vue depuis 30 ans. Sans complaisance et sans état d'âme, il dissèque les mensonges et l'illogisme de la vie de tous les jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Romans :

 

Plaise au tribunal

Rien

Gaston Ferdière, psychiatre d'Antonin Artaud

 

Essai :

Précis de médecine imaginaire

 

Récit :

Portrait de fleuve

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

Je l'ai lu en entier, mais je n'ai pas aimé. J'ai trouvé l'écriture « empoulée » mais par contre je comprends que certains lecteurs puissent aimer le livre. Le sujet « parle » sûrement à beaucoup.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Je n'ai pas du tout pensé à la cuisine en lisant le roman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

 

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 08:40
Les contes défaits
Les contes défaits

Oscar LALO

 

Roman

 

 

L'AUTEUR :

 

Ecrivain français qui écrit des plaidoiries, des cours de droit, des chansons, des scénarii et un premier roman qui ne laisse absolument pas indifférent.

Je n'ai vraiment rien trouvé d'autre sur cet auteur sur internet. Dommage !

 

 

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

Les contes défaits (235 pages - 2016) Editions Belfond

 

Sélection Suisse-Romande pour le prix

 

Lettres Frontière 2018

 

1er roman de l'auteur.

 

 

 

 

 

Le « home », sorte de colonie de vacances pour enfants de familles aisées. Les parents pensent que leurs enfants sont bien accueillis : ils payent cher cet établissement. Mais l'envers du décor est abominable : une directrice autoritaire et qui ferme les yeux sur les « actions » de son mari très « paternaliste » envers les enfants. Un enfer qui durera longtemps, marquera à jamais ces enfants qui ne pourront pas vraiment devenir adultes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Pas d'autres romans pour l'instant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

Un sujet tabou, très difficile. Comment décrire l'indicible horreur de ces enfances gâchées, irrémédiablement perdues. Avec Oscar Lalo, c'est possible sans tomber dans le misérabilisme. Un roman fort, poignant, coup de poing qui ne peut pas être ignoré. Et puis, ce qui m'a marquée, c'est le silence : le silence de ces petits qui ne peuvent en parler à personne !

D'accord j'ai aimé la première partie, mais moins les dernières.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Pas de recette de cuisine.

 

 

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 08:38
Tout est à moi, dit la poussière
Tout est à moi, dit la poussière

Arthur BERNARD

 

Roman

 

 

L'AUTEUR :

 

Il est né à Valence le 11 juin 1940. Il a suivi des études à Valence, puis à Grenoble et enfin à Paris. Il a été chercheur à la Maison des Sciences de l'Homme. Il enseigne l'histoire des idées politiques et celle des mentalités à l'Institut Politique de Grenoble. Son premier roman a été publié en 1988. Il publie ses travaux universitaires sous son vrai nom, Jean-Pierre Arthur BERNARD et ses romans sous celui de Arthur BERNARD.

 

 

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

Tout est à moi, dit la poussière (235 pages - 2016) Editions Champ Vallon

 

Sélection Rhône-Alpes pour le prix

 

Lettres Frontière 2018

 

 

 

 

 

Le narrateur, Arthur Bernard, cherche un homonyme sur internet et trouve Arthur Ferdinand Bernard, apprenti relieur à Paris en 1890. Il cherche à voler et à tuer une vieille dame pour son argent et se retrouve condamné à perpétuité au bagne de Nouvelle-Calédonie. Son métier lui servira de rédemption et il se lancera aussi dans la construction de cerfs-volants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Romans adultes :

La chute des graves

La guerre avec ma mère

L'oubli de la natation

Gaby et son maître

Gaby grandit

Le désespoir du peintre

C'était pire avant

Les parapets de l'Europe

Ernest, Ernest

Paris en 2040

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

Je n'ai pas du tout aimé le livre : l'histoire au départ est originale, mais alors l'écriture m'a fortement déplu et j'ai failli fermer le livre plus d'une fois.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Quand je n'aime pas le livre, aucune recette de cuisine ne me vient à l'esprit.

 

 

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 08:38
Louis Soutter, probablement
Louis Soutter, probablement

Michel LAYAZ

 

Roman suisse

 

 

L'AUTEUR :

 

Il est né le 15 août 1963 à Fribourg en Suisse. Il vit à Lausanne et à Paris. Il est licencié ès Lettres de l'Université de Lausanne et enseigne à temps partiel. En parallèle, jusqu'en 2000 , il dirige une galerie d'art à Lausanne consacrée aux artistes contemporains. Son premier roman est écrit en 1992 après un voyage de 6 mois autour de bassin méditerranéen. Il fonde en 1988 la revue « Les Acariens ». Il représente la Suisse avec 13 autres écrivains en 2001 dans le cadre des Belles Etrangères organisé par le Ministère français de la culture. 2006 : il est invité avec 2 autres écrivains à représenter la Suisse au salon du livre de Paris où la Francophonie est à l'honneur.

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

Louis Soutter, probablement (236 pages - 2016) Zoé Editions

 

Sélection Suisse-Romande prix Lettres Frontière 2018

 

 

 

Une biographie romancée de l'artiste contemporain Louis Soutter, qui est aujourd'hui mondialement reconnu mais qui ne l'a pas été de son vivant. Violoniste de génie (il a en partie gagné sa vie ainsi), il avait des « absences » qui ne lui permirent pas de garder ses emplois de musicien. Il a été marié à une riche américaine : ils s'installent à Colorado Springs et il devient directeur de l'école des Beaux Arts de la ville. Rattrapé par ses démons, ils divorcent et il revient en Suisse. Il finit par être interné à 52 ans par sa famille dans un asile de vieillards. C'est surtout là que son génie de dessinateur et peintre se développera. Louis Soutter sera toute sa vie une personnalité artistique incomprise sauf de certains initiés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Romans adultes :

Les larmes de ma mère

La joyeuse complainte de l'idiot

Le nom des pères (3 récits)

Les légataires

Quartier terre

Cher Boniface

Il est bon que personne ne nous voie

Le tapis de course

Deux soeurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

J'ai aimé l'écriture que j'ai trouvée poétique et précise. Je ne connaissais absolument pas cet artiste contemporain et j'ai apprécié de découvrir ses œuvres.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

 

Pas de recette de cuisine mais un lien vers un site concernant Louis Soutter.

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine M.

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 09:22
Je suis mort un soir d'été
Je suis mort un soir d'été

Sylvia HARRI

 

Roman suisse

 

 

L'AUTEURE :

 

Elle est née en 1975 à Genève de père suisse et de mère italienne. Elle a enseigné la littérature italienne à l'université avant de se consacrer à l'enseignement de l'italien et de l'histoire de l'art au collège Calvin. Elle a reçu de nombreux prix littéraires pour ses recueils de poèmes et ses nouvelles.

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

Je suis mort un soir d'été (157 pages - 2016) Editions Bernard Campiche

1er roman de l'auteure

 

Sélection Suisse-Romande

 

pour le prix Lettres Frontière 2018.

Prix du public RTS 2017

 

 

Pietro Cerretani est architecte et vit à Genève avec sa femme et son fils. Il gagne très bien sa vie et a tout pour être heureux. Mais il ment à tout le monde. Il n'est pas ce que tous croient. Il vient d'une famille de Florence en Italie et a une sœur : mais elle n'est pas comme tout le monde. Sa maladie a été détectée quand elle était très jeune et Pietro un enfant. Son enfance devient un calvaire avec sa mère qui se consacre entièrement à Marguerita et son père de plus en plus absent.

Un jour on l'appelle pour lui dire que sa sœur est mourante. Il se précipité à son chevet et tout lui revient en mémoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE : livres qu'on trouve en France.

 

Album jeunesse :

Tu grimpes drôlement bien aux arbres !

 

Prose : Nouaison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

Une écriture magique qui m'a emportée dans la vie de Pietro pendant un peu plus d'une heure. Beaucoup de poésie et de délicatesse.

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

 

Pietro est architecte et dans le livre il y a énormément de références à des œuvres ou des architectes connus. Voici un petit échantillon de ces artistes qui pourrait donner envie d'aller voir plus loin, ce qui a été mon cas.

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

 

Mario Botta architecte.
Mario Botta architecte.

Mario Botta architecte.

L'architecte Braillard
L'architecte Braillard

L'architecte Braillard

Les bronzes de Ducimetière à Genève
Les bronzes de Ducimetière à Genève
Les bronzes de Ducimetière à Genève
Les bronzes de Ducimetière à Genève

Les bronzes de Ducimetière à Genève

L'architecte Le Corbusier
L'architecte Le Corbusier

L'architecte Le Corbusier

Le jardin des tarots de Nikki de Saint-Phalle
Le jardin des tarots de Nikki de Saint-Phalle
Le jardin des tarots de Nikki de Saint-Phalle

Le jardin des tarots de Nikki de Saint-Phalle

Maisons de la Prairie de Franck LLoyd WRIGHT
Maisons de la Prairie de Franck LLoyd WRIGHT

Maisons de la Prairie de Franck LLoyd WRIGHT

L'architecte Bernard TSCHUMY
L'architecte Bernard TSCHUMY

L'architecte Bernard TSCHUMY

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 08:12
Hiver à Sokcho
Hiver à Sokcho

Elisa SHUA-DUSAPIN

 

 

Roman

 

 

L'AUTEURE :

 

Elle est née en 1992 en Corrèze d'un père français et d'une mère sud-coréenne. Sa famille s'installe dans le canton du Jura en Suisse en 1995. Elle obtient son diplôme à l'Institut Littéraire Suisse de Bienne (Haute Ecole des Arts de Bienne) et poursuit ses études avec un master de français moderne à Lausanne. Elle est journaliste à la radio alémanique, auteure d'un spectacle, assistante et actrice de la metteure en scène Maya Bösch. Elle a été nommée ambassadrice du canton du Jura par le gouvernement jurassien.

 

 

 

 

 

LE LIVRE :

 

Hiver à Sokcho (140 pages - 2016) Zoé Editions

Sélection Suisse-Romande pour le prix Lettres Frontière 2018.

 

Premier roman : prix Robert Walser 2016, Prix Alpha, Prix révélation de la Société des Gens de Lettres, Prix Régine Deforges.

 

 

Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord : une jeune-femme franco-coréenne vit dans cette ville avec sa mère spécialiste du fugu. Cette jeune-femme travaille dans une pension. Un jour arrive Yan Kerrand, un écrivain de bandes-dessinées normand. Il est venu là pour trouver l'inspiration : dans chaque album qu'il crée son personnage est dans un endroit différent. La narratrice va devenir son guide pour visiter la région en particulier la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Petit à petit, elle va être fascinée par ses gestes sur le papier, par l'encre, la plume, les dessins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Pas d'autres romans de l'auteure pour l'instant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

Un roman intrigant, un huis-clos avec en toile de fond l'histoire des deux Corées.

C'est bien écrit et j'ai trouvé que la solitude des personnages était très bien transcrite.

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

 

Je ne vais pas donner de recette n'y connaissant absolument rien en cuisine coréenne. Par contre, dans le livre la jeune-femme et sa mère cuisinent beaucoup. J'ai relevé plusieurs plats coréens avec des ingrédients que je ne connaissait pas.

 

Des liens vers des sites internet qui expliquent la Corée du Sud :

 

Le fugu

Le tteok

Le makgeolli

Le kimchi

Le miyeokguk

 

 

Traditions :

 

Seollal

Les jjimjilbangs

 

 

 

 

 

Martine M.

 

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 08:34
24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Suisse-Romande

Hiver à Sokcho :

 

Elisa SHUA -DUSAPIN

 

Zoé éditions 2016

 

Rencontre entre Yann Kerrand, créateur de bande-dessinée normand et une jeune-femme franco-coréenne qui travaille à l'hôtel où loge Yann. La cuisine et l'histoire coréennes en toile de fond jouent le rôle d'exhausteur de goût, comme le sel dans la cuisine, pour mettre en valeur leurs vies si différentes ?

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Suisse-Romande

Les contes défaits :

 

Oscar LALO

 

Editions Belfond 2016

 

Les Contes défaits est un roman sur la mémoire, l’enfance et la résilience. Le narrateur de 65 ans contemple le puzzle de sa vie et réalise qu’il y manque une pièce. Il confie à son journal intime les « délices » vécus dans son enfance dans une colonie de vacances au prospectus alléchant. La réalité en est bien loin : l’abandon, les brimades, la jungle de la cohabitation, la méchanceté de la sorcière-directrice et la gentillesse ambiguë du directeur. Rien n’est décrit des infamies, tout est dans l’évocation pudique, poétique même, des affres ressentis. Comment grandir, se reconstruire, croire à l’amour quand l’enfance est ainsi malmenée ? Le petit homme devenu adulte s’est libéré par l’écriture, et par l’écoute attentive d’une femme.

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Suisse-Romande

Louis Soutter, probablement :

 

Michel LAYAZ

 

Zoé éditions 2016

 

Un roman qui nous fait (re)découvrir Louis Soutter. En reprenant le fil de sa vie, l’auteur nous présente un homme solitaire, inquiet, dénigré par sa mère et aussi incompris par ses proches. Violoniste très doué, il est aussi doté de très grands talents pour le dessin et la peinture. Le rejet de sa famille le conduira à l’asile du Jura. De là, il s’évadera souvent pour accomplir de longues marches et dessinera sans relâche. Il obtiendra le soutien, les encouragements de nombreux artistes dont Le Corbusier, Giono, mais un grand nombre de ses œuvres furent simplement brûlées…

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Suisse-Romande

Je suis mort un soir d'été :

 

Sylvia HARRI

 

Editions Bernard Campiche 2016

 

L’architecte Petro Cerretani se retrouve confronté à son propre passé lorsqu’il est amené à veiller sa petite sœur atteinte d’une maladie génétique entraînant une arriération mentale. Cette maladie, qui a provoqué l’éclatement de la cellule familiale, bouleverse complètement la vie du frère. Pietro ne sait pas s’y prendre autrement que par le mensonge à ses amis et à sa famille. Le questionnement sur la vérité, la dissimulation, voire l’imposture, occupent une place de choix dans ce livre. Une écriture très puissante, poétique et sensible.

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Suisse-Romande

Histoire d'un qui s'en alla :

 

Pierre WILLEQUET

 

Editions Slatkine 2016

 

Roman qui met en scène un anthropologue. Celui-ci cherche à comprendre les rapports entre les soignants et un patient dans une clinique française au début du XXIème siècle. Les problèmes de communication au sein du personnel autant que les difficultés à établir un diagnostic sont magnifiquement mis en lumière. La complexité de la psychiatrie et des traitements à apporter sont finement abordés. Une écriture fluide et légère permet une lecture aisée face à une thématique assez grave.

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 08:25
24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Rhône-Alpes

L'effroi :

 

François GARDE

 

Editions Gallimard 2016

 

L’effroi, c’est ce qui saisit Sébastien Armant quand, lors d’une soirée de première à l’Opéra Garnier enregistrée par la télévision, un 20 avril (date anniversaire de Hitler), Louis Craon, chef d’orchestre de renommée internationale, avant d’attaquer l’ouverture de Così fan tutte fait le salut nazi. Face à ce geste stupéfiant, Sébastien Armant se lève et son violon sous le bras quitte la scène. Sa réaction entraîne celle des autres musiciens obligeant le chef d'orchestre à quitter le pupitre.

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Rhône-Alpes

La course à l'oubli :

 

Philippe LANGENIEUX-VILLARD

 

Editions Héloïse d'Ormesson 2016

 

Dans ce roman, l’auteur rend un véritable hommage à un sportif longtemps oublié : Ahmed Boughera Ef Ouafi , premier marathonien français médaille d’or aux Jeux Olympique de 1928. Parti de son désert algérien en 1918 pour servir la France, Ahmed ne reverra jamais son pays. Engagé chez Renault comme ouvrier, il travaille dans cette entreprise jusqu’à sa victoire au JO. Ensuite, il enchaîne les déboires tout au long de sa vie. Lumière finalement, sa réhabilitation grâce à Alain Mimoun, autre champion olympique. Sa vie, une course pour survivre à un destin tracé d’avance.

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Rhône-Alpes

Tout est à moi, dit la poussière :

 

Arthur BERNARD

 

Editions Champ Vallon 2016

 

 

1890 : Arthur Ferdinand Bernard est un apprenti relieur mais surtout un jeune délinquant qui va être condamné et envoyé en Nouvelle-Calédonie. Il va exercer son métier avec patience et précision dans des conditions difficiles et évoluera pour devenir ingénieur cerf-volantier.

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Rhône-Alpes

Le Français de Roseville :

 

Ahmed TIAB

 

Editions l'Aube 2016

 

Un roman qui nous plonge cinquante ans en arrière dans l’Algérie d’avant l’indépendance à un moment où toutes les tensions sont exacerbées. Ce récit nous fait voyager dans l’espace et le temps, entre Oran et Marseille, entre les années soixante et nos jours.
Le commissaire Kémal Fadil appelé sur un chantier, découvre des restes humains mis à jour lors de travaux. Il nous fait revivre à travers son enquête les dernières années de la présence française en Algérie mais aussi son évolution et les liens forts qui unissent les deux pays malgré les blessures pas toujours cicatrisées.

24ème sélection du prix LETTRES FRONTIERE : Rhône-Alpes

Marcher droit, tourner rond

 

Emmanuel VENET

 

Editions Verdier 2016

 

Un roman où l’on rentre tout de suite dans le vif du sujet, sans préambule et c’est agréable. Une construction sans respiration, c’est haletant et jouissif. Le narrateur décrit, dans ce long monologue, avec précisions le syndrome d’Asperger, mais évoque et revendique également la vérité, la transparence et l’intégrité. Il est passionné par la logique, le scrabble et les catastrophes aériennes. A travers les yeux faussement naïfs du narrateur (comme le Candide de Voltaire), l’auteur pose un regard juste et dénonce une société dont les rapports humains sont fondés sur les compromissions, l’hypocrisie, la haine, le mensonge où l’indifférence.

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 09:48
Les lauréats du Prix Lettres Frontière 2016
Les lauréats du Prix Lettres Frontière 2016

La route de Beit Zera de Hubert Mingarelli

Sélection Rhône-Alpes

 

Un lieu sans raison de Anne-Claire DECORVET

Sélection Suisse Romande

 

MON AVIS :

J'avais voté :

Rhône-Alpes : Nous serons des héros de Brigitte GIRAUD

 

Suisse-Romande : Splendor Veritatis de François DARRACQ

 

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 09:35
Un lieu sans raison
Un lieu sans raison

Anne-Claire DECORVET

 

Roman suisse

 

 

L'AUTEURE :

 

Elle est Suisse. Elle est licenciée en Lettres et enseigne le français à Genève. Elle a reçu plusieurs prix littéraires pour ses livres : Prix Georges-Nicole 2016, Prix du public de la RTS 2016 et enfin le Prix Lettres Frontières 2016.

 

 

 

 

 

LE LIVRE:

 

Un lieu sans raison (428 pages - 2015) Editions Bernard Campiche

Lauréate du Prix Lettres Frontière 2015-2016

 

L 'histoire de Marguerite qui devient folle et sera enfermée : le livre montre les conditions des femmes et des asiles d'aliénés surtout pendant la seconde guerre mondiale. Marguerite se met à coudre et l'artiste Gaston Dubuffet crée la collection d'Art Brut de Lausanne. La collection sera d'abord exposée aux Arts Décoratifs de Paris : il appelait cela l'Art Brut, l'art des fous sans structure ni apprentissage. Le roman est un historique de la psychiatrie française.

Marguerite Sirvins (1890-1957) : elle sombrera peu à peu dans la folie surtout après une aventure avec Henri un homme marié qui l'abandonnera. Elle commence cette robe de mariée en 1950 en dentelle avec les fibres de vieux draps et la terminera en 1955.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

Livres publiés en France :

L'instant limite

En habit de folie (nouvelles)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

J'ai trouvé le livre intéressant surtout le côté historique mais difficile aussi de part le sujet abordé. Par contre j'ai appris énormément de choses sur les soins donnés (ou pas) à ces femmes plus ou moins folles. Et puis cette histoire de robe de mariée, avec le musée d'art brut, vraiment passionnant.

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Pas de recette de cuisine mais une photo de la robe de mariée confectionnée par Marguerite.

 

 

Martine M.

 

 

Un lieu sans raison
Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens