Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 16:38

fifre

 

Eduardo MANET

 

 

                                                                                                    images (3)

Roman biographique

 

- L’auteur :

Il est né en 1930 le jour d’un tremblement de terre à Santiago de Cuba. Le docteur Eduardo Gonzales-Manet a dit à son fils avant la révolution cubaine qu’ils descendraient du peintre Edouard Manet. L’auteur du roman Le Fifre étudie à l’université de la Havane et s’établit en France en 1952. Il est écrivain de critiques théâtrales, auteur de pièces de théâtre, acteur de théâtre et écrivain de romans. Il produit aussi à son retour à Cuba avec sa femme et son fils en 1960 des films et des documentaires. Il revient définitivement en France en 1968.

 

Le livre : Le Fifre

L’histoire se déroule au 19ème siècle en pleine éclosion des Impressionnistes. C’est l’histoire de la rencontre et de l’amour entre Edouard Manet et Eva Gonzales, peintre et modèle. Le livre se situe entre le roman et la biographie. La peinture des Impressionnistes, avec sa création, son évolution est le personnage central du livre.

 

 

Mon avis :

J’ai bien aimé le livre qui se lit comme un roman bien qu’à mon avis ce soit plus une biographie d’Edouard Manet. On apprend beaucoup sur le courant impressionniste et le pourquoi de sa création. Beaucoup de peintres, de personnages célèbres sont cités et permettent de bien comprendre l’histoire. Eva Gonzales est une femme éperdument amoureuse et talentueuse et sa sœur aussi. Le livre se lit facilement. J’ai trouvé qu’Edouard Manet n’avait pas un beau rôle mais peut-être était-il vraiment comme ça ? La couverture du livre, le Fifre, serait le portrait du fils de sa maîtresse.

 

 

Bibliographie :

Les étrangers de la ville

Un cri sur le rivage

La Mauresque

Zone Interdite

L’île du lézard vert

Habanera

Rhapsodie cubaine

D’amour et d’exil

La sagesse du singe

Maestro !

Mes années Cuba

Ma vie de Jésus

La Conquistadora

Un français dans l’ouragan cubain

 

 

 

 

fifre-copie-1

 

LE FIFRE : Manet découvre le musée du Prado et les toiles de Vélasquez en 1865.

Il va choisir un simple enfant de troupe comme modèle (en réalité son fils adultérin) et va le peindre comme un grand d’Espagne. Il utilisera peu de couleurs pour cette huile sur toile de 1866 et qui sera refusée par le jury du Salon de 1866. C’est celle toile qui plaira tellement à Emile Zola qu’il deviendra le fervent défenseur et admirateur du peintre.

 

 

Les plaisirs de la table : pour ceux qui n’aiment pas beaucoup les poireaux ou souhaite en faire manger plus aux enfants, j’ai fait un gratin de poireaux délicieux.

(pour 2/3 personnes)

3 blancs de poireaux coupés en rondelles très fines qu’il faut faire cuire à la poêle avec 10 g de beurre, 10 cl d’eau du sel et du poivre. Cuire les poireaux jusqu’à ce que l’eau soit évaporée et les poireaux presque cuits. 

Mettre 50 g de farine dans un saladier, ajouter 3 œufs entiers et 1 jaune d’œuf, mélanger en ajoutant 15 cl de crème fraîche liquide, 30 cl de lait et 100 g de fromage râpé.

Mettre en dernier les poireaux.

Faire cuire dans un plat à gratin pendant 40 minutes à thermostat 6 (180°). Manger chaud.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 15:40

est

 

Maylis de KERANDAL

 

                                                                                                            images (4)

Roman

 


L’auteure :

Elle est née le 16 juin 1967 à Toulon et a passé toute son enfance au Havre.

Elle étudie à Paris l’histoire, la philosophie et l’ethnologie. Elle fait l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Elle écrit son premier roman en 2000.

Elle a fondé les Editions du Baron Perché spécialisées dans la littérature pour la jeunesse et y a travaillé de 2004 à 2008. Depuis elle se consacre à l’écriture.

 

 

Le livre : Tangente vers l’est (prix Landerneau en 2012)

L’histoire se passe dans un train, le Transsibérien. Aliocha est en route avec beaucoup d’autres pour une sorte de service militaire. Il a peur, car les conditions seront terribles ! Il voudrait bien déserter mais ne sait pas comment réussir. Il va rencontrer Hélène, une française qui vient de quitter sur un coup de tête son amant russe qui construit un barrage. Elle va, contre toute attente, aider Aliocha avec la complicité d’une employée des chemins de fer. Ils vont vers l’est, le plus loin possible, Vladivostok et le port sur la mer, retour garanti pour la France pour Hélène et pour Aliocha ?

 

Mon avis :

J’ai lu très rapidement le livre étant donné qu’il est très court (128 pages) et d’un petit format. J’aime bien l’écriture de l’auteure mais j’avoue que j’ai nettement préféré « Naissance d’un pont ». Bien-sûr, je me suis intéressée au destin d’Aliocha mais sans plus.

 

Bibliographie :

Naissance d’un pont (prix Médicis en 2010)

Je marche sous un ciel de traîne

La vie voyageuse

La rue

Ni fleurs ni couronnes

Dans les rapides

Corniche Kennedy

Album : Nina et les oreillers (avec Alexandra PICHARD, illustratrice)

 

Les plaisirs de la table : j’ai fait un nouveau dessert en terminant le livre et nous l’avons mangé à 4 heures avec gourmandise : clafoutis aux raisins secs

6 œufs

200 g de sucre en poudre

250 g de raisins secs que j’ai trempé dans de l’eau chaude avec du rhum

150 g de beurre fondu

200 g de farine

50 cl de lait

Mélanger 2 œufs entiers et 4 jaunes d’œufs avec le sucre en poudre, puis ajouter le beurre fondu, la farine et le lait. Enfin en dernier, mettre les raisins secs égouttés. J’ai cuit ce clafoutis à thermostat 7 (200°) pendant 25 minutes. Saupoudrer de sucre glace et déguster encore tiède.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 08:53

fergus

 

Siobhan DOWD

 

 

                                                                                                                      images (3)

Roman ados

L'AUTEURE :

Elle est née le 04 février 1960 à Londres de parents irlandais.

Elle étudie à l’université d’Oxford et obtient une maîtrise à l’université de Greenwich concernant les études ethniques. Elle s’intéresse beaucoup aux droits de l’homme et faisait partie d’un comité s’occupant des prisonniers écrivains. Elle dirige aussi le comité de défense de Rushdie aux USA et a beaucoup voyagé en Indonésie et au Guatamala pour enquêter sur les droits de l’homme des écrivains. Elle est retournée au Royaume-Uni et à co-fondé un programme soutenant les auteurs des milieux défavorisés, dans les prisons et auprès des jeunes-délinquants. En 2004, elle était commissaire adjointe aux droits de l’enfant. Elle est décédée le 21 août 2007 d’un cancer du sein et a créé juste avant le Siobhan Dowd Trust, un organisme de bienfaisance qui utilise son travail littéraire pour aider les enfants défavorisés à mieux apprendre à lire.

 

 

LE LIVRE :  La Parole de Fergus

Nous sommes en 1981 en Irlande du Nord et Fergus a 18 ans. Il vit très mal les troubles de son pays et ne veut pas s’impliquer. Son frère est en prion et fait la grève de la faim avec d’autres prisonniers pour demander le statut de prisonniers politiques au gouvernement anglais. Un jour Fergus découvre en découpant de la tourbe un cadavre. Les archéologues qui vont arriver sont une mère et sa fille Cora, dont il va tomber amoureux. Dans ses rêves, Mel, la jeune-fille enterrée en l’an 80 après Jésus-Christ lui parle et lui raconte la fin de sa vie et pourquoi elle est là. Fergus n’a qu’un but, réussir son examen qui lui permettra d’intégrer une université en Angleterre pour devenir médecin et échapper à la vie irlandaise.

 

MON AVIS : 

Très beau livre plein d’émotion et d’humanité. On se croit en Irlande quand Fergus court dans la campagne, on espère qu’il va réussir son examen et on s’intéresse au destin de Mel. Très bien écrit aussi. Je pense que c’est un roman qui s’adresse aussi aux adultes.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

L’étonnante disparition de mon cousin Salim

Où vas-tu Sunshine ?

Sans un cri

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

J’ai inauguré une nouvelle recette en terminant le livre. C’est une salade de betteraves aux dés de pommes que nous avons beaucoup aimée.

Dans un saladier, mélanger 1 cuillère à soupe de vinaigre de vin, 2 cuillères à soupe d’huile de tournesol, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive, du sel et du poivre. Ajouter 400 g environ de dés de betteraves rouges cuites. Ajouter une bonne pincée de cumin en poudre. Eplucher une pomme assez grosse et la couper en dés aussi, la mélanger avec 1 cuillère à soupe de vinaigre (de cidre si on en a) et 1 cuillère à café de miel liquide (pas trop fort). Mélanger les deux salades. Disposer sur de grandes assiettes de la salade verte (feuilles de chêne ou mâche) et disposer dessus la salade de betteraves rouges-pommes. Une bonne tranche de pain de campagne avec et c’est délicieux.

 

Betteraves-1.jpg

 

Betteraves-2.jpg    Betteraves-3.jpg

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 16:17

repos

 

Thom JONES

 

                                                                                                                  images (3)

Nouvelles

 

 

L'AUTEUR : 

Il est né le 16 janvier 1945 et a grandi dans l’Illinois (Etats-Unis).

A fait ses études à l’Université d’Hawaï, à celle de Washington et à celle de l’Iowa où il obtient une maîtrise.

Il a fait parti de la force de reconnaissance dans le Corps des Marines mais n’a pas fait la guerre du Vietnam. Son père était un boxeur qui a terminé sa vie dans un hôpital psychiatrique où il s’est suicidé. Thom Jones souffre d’épilepsie du lobe temporal. Il puise dans sa vie et dans celle de l’Amérique pour écrire ses nouvelles.

 

 

LE LIVRE :  Le Pugiliste au repos

Dans ces nouvelles, on peut trouver au détour des pages, des boxeurs, des vétérans du Vietnam, un plongeur en eau profonde, un jeune-homme amoureux, une femme atteinte d’un cancer, etc.. La vie, la mort, l’espoir, le désespoir, l’amour se rencontrent dans chaque histoire de manière différente. Chaque personnage aborde sa vie de manière opposée ou semblable.

 

MON AVIS :

D’habitude je n’aime pas beaucoup lire des nouvelles car elles me laissent toujours sur ma faim. Par contre, j’ai été séduite par le livre de Thom Jones du fait des thèmes abordés, de l’écriture fluide et vivante. Certaines nouvelles dégagent plus d’émotion que d’autres mais toutes ont en commun cette volonté de vivre et de se battre devant l’adversité. Merci encore une fois à David et à son comité de lecture pour m’avoir fait découvrir un auteur plein de sensibilité et de vérité.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : 

Sonny Liston était mon ami

Coup de froid

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

Nous sommes bientôt en automne et comme j’aime bien les recettes sucrées-salées, voici une entrée avec des poires ; chèvre rôti aux poires en salade aigre-douce

8 tranches de fromage de chèvre en bûche (choisir une grosse bûche de chèvre pas les petites)

4 poires

salade verte (la mâche ou feuille de chêne)

quelques airelles au sirop

30 cl de vin blanc sec

100 g de sucre en poudre

mélange de poivres en grains (poivre noir, vert, blanc) – 1 cuillère à soupe

1 cuillère à café de baies roses

1 cuillère à soupe d’huile d’olive

2 cuillère à café de vinaigre blanc

Peler les poires en les laissant entières ; dissoudre le sucre dans le vin blanc et 30cl d’eau et ajouter la moitié des grains de poivre. Porter à ébullition et y plonger les poires et laisser frémir pendant 15 minutes jusqu’à ce que les fruits soient cuits. Laisser les refroidir dans ce sirop, les égoutter et les couper en tranches.

Prendre une grande assiette pour chaque convive : y déposer des feuilles de salade, les tranches de poire (1 poire par personne) et quelques airelles égouttées.

Juste avant de passer à table, allumer le gril du four. Poser les tranches de fromage sur du papier sulfurisé, les arroser d’huile d’olive et les passer sous le gril jusqu’à ce que les tranches grésillent légèrement. Les poser sur la salade, poivrer avec le reste des poivres en grains et verser quelques gouttes de vinaigre. Servir aussitôt, il faut que le fromage soit chaud.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 21:38

miraclevague

 

Je vais porter mon coup de coeur du mois d'août sur les livres de Alexander McCall Smith pour plusieurs raisons :

  • pour l'ambiance du Botswana et les traditions
  • pour l'écriture pleine d'humour
  • pour les intrigues policières 
  • pour les personnages attachants et surtout l'évolution de leurs vies
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 17:20

blanc.jpg

 

Fabio VISCOGLIOSI

 

                                                                                                                     images (2)

Roman

L'AUTEUR :

Il est né en 1965 à Oullins dans le Rhône de parents italiens.

Il est artiste, écrivain, dessinateur et musicien français. Son premier roman paraît en 2010.

 

 

LE LIVRE : Mont-Blanc

Les parents de l’auteur sont décédés dans l’incendie du tunnel du Mont-Blanc en 1999.

Le roman retrace ce qu’il a ressenti en apprenant cette catastrophe, pendant le procès, pendant la période de deuil où il a bien fallu trier les affaires, vendre la maison…

Les chapîtres sont courts, émaillés de citations de philosophes, d’auteurs ou d’artistes.

L’auteur réfléchit sur lui-même, il regarde autour de lui, les choses ont changé.

 

MON AVIS :

Je n’ai pas du tout aimé le livre, en premier à cause de l’écriture que j’ai trouvée sans poésie. Les chapitres se suivent et n’ont aucun lien, tout est décousu. Pourtant le sujet est prenant et chargé d’émotion. Peut-être suis-je passée à côté de ce que l’auteur voulait exprimer ?

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Je suis pour tout ce qui aide à traverser la nuit

Ma vie de garçon

Avec les garçons : en collaboration avec Brigitte Giraud (livre + DVD)

Bande dessinée : le marteau et l’enclume

 

 

Lettres Frontière : le roman fait partie de la sélection Rhône-Alpes 2012.

Voir l’article sur Lettres Frontière dans Pourquoi ce blog ?

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

Je n’ai vraiment pas été inspirée par le livre donc pas de recette de cuisine.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 16:27

heron.jpg

 

Antoine  CHOPLIN

                                                                                                                      images (3)

Roman

 

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1962 et vit près de Grenoble.

Il est Directeur des Scènes Obliques qui organise des spectacles vivants dans des lieux inattendus, des sites de montagne. Il est aussi animateur depuis 1996 du Festival de l’Arpenteur en Isère : ce festival organise des rencontres entre des écrivains ou créateurs avec le public.

 

 

LE LIVRE : le Héron de Guernica

Basilio aime par-dessus tout peindre les hérons. Il vit à Guernica en Espagne et passe ses journées au bord des marécages à observer les hérons. En particulier, un héron qu’il reconnaît et apprivoise avec ses pinceaux. Basilio est amoureux d’une jeune-fille à qui il promet ce jour du 26 avril 1937, de lui apporter le soir même une belle peinture de héron. Les bombes vont l’empêcher de tenir sa promesse. Sa maison reste debout mais le nombre de morts est énorme. La jeune-fille est restée dans l’usine où elle travaillait. Cette journée sera émaillée de rencontres telle que celle d’Eusébio, le curé de l’église qui va lui demander de photographier les avions pour que le monde n’oublie pas, car il a peur que personne ne se souvienne de ce que la répression franquiste aura fait à la ville et à sa population. C’est le père Eusébio qui grâce à une collecte va tout faire pour convaincre Basilio de se rendre à Paris pour rencontrer Pablo Picasso qui présente sa toile « Guernica ». C’est un moment de pure poésie et d’émotion que ce face-à-face. Basilio va-t-il expliquer cette attaque aérienne au peintre, va-t-il lui montrer ses toiles de hérons et surtout la dernière dont le pinceau a trempé dans le sang de l’animal blessé ?

 

MON AVIS :

L’écriture de Antoine Choplin est tout simplement magnifique. J’ai eu l’impression que le crayon devenait pinceau pour décrire cette journée particulière. Les touches de couleurs deviennent des touches de poésie. Il est évident que je vais chercher d’autres romans de cet auteur pour voir si ils sont aussi magiques que le Héron de Guernica.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Radeau (prix du livre du département du Rhône et prix initiales de littérature française)

La nuit tombée

Apnées

Cour Nord

La manifestation

Cairns

L’impasse

Léger fracas du monde…

 

 

Lettres Frontière : le roman fait partie de la sélection Rhône-Alpes 2012.

Voir l’article sur Lettres Frontière dans Pourquoi ce blog ?

 

 

Guernica : le tableau de Pablo Picasso a été peint à Paris. C’est une peinture à l’huile de taille imposante (349 x 776 cm) exécutée par l’artiste après le bombardement de la ville de Guernica lors de la guerre d’Espagne. C’est un camaïeu de couleurs gris-noir barré de jaune et de blanc. Au départ, elle est commandée à l’artiste pour décorer le pavillon espagnol de l’Exposition Universelle de Paris en 1937. Actuellement elle est au musée Reina Sofia à Madrid. La toile est rapidement devenue le symbole de la violence et de la répression franquiste lors de la guerre d’Espagne avant de devenir le symbole de l’horreur de la guerre en général.

 

guernica.jpg

 

Camaïeu : il désigne une peinture dont le dessin principal est d’une seule couleur choisie par contraste sur une couleur de fond opposée imitant les camées.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

Je n’ai pas pensé à la cuisine en lisant le roman, je me suis juste laissée emporter par la poésie du texte.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 16:47

games1.jpggames2.jpggames3.jpg

 

Suzanne COLLINS

 

                                                                                                        images (1)

Romans ados

 

 

L'AUTEURE :

Elle est née le 10 août 1962 dans le Connecticut.

Elle a passé toute son enfance dans l’est de l’Amérique. Elle a un diplôme de l’université d’Indiana en art dramatique et en télécommunications. Elle a rencontré un jour un auteur de livres pour la jeunesse et depuis elle écrit des romans pour les jeunes.

 

 

LES LIVRES :  La trilogie Hunger Games :

 

Tome 1 : Hunger Games

Le lecteur est emporté dans un futur où les Etats-Unis sont anéantis. Le territoire est partagé en 12 districts. Le Capitole est celui qui gouverne par la terreur et surtout en organisant chaque année un jeu retransmis en direct par leur télévision ; ce jeu a été créé pour contrôler le peuple. Le district du Capitole ayant l’autorité, chaque autre district doit tirer au sort deux jeunes-gens de 12 à 18 ans pour participer à ces « Hunger Games ».

Katniss habite dans le district 12, là où se trouvent les mines. Son père est mort lors d’un coup de grisou et elle vit avec sa mère, guérisseuse et sa sœur Prim. Lorsque celle-ci est tirée au sort, Katniss prend sa place, elle a 16 ans. Peeta est le garçon tiré au sort du même district, c’est le fils du boulanger, qu’elle a connu dans des circonstances très particulières.

Il ne peut y avoir qu’un seul gagnant dans ces jeux à mort où il faut rivaliser d’adresse et  d’intelligence pour s’en sortir.

 

Tome 2 : L’embrasement

Katniss a défié le Capitole lors des derniers jeux. Elle devient malgré elle l’égérie d’une rébellion : le geai moqueur, c’est l’oiseau qui est sur sa broche et que tous ceux qui ne veulent plus être des esclaves et mourir de faim vont prendre comme emblème.

Le Capitole pour essayer d’endiguer cette révolte provoque les Jeux de l’Expiation et Katniss repart dans l’arène avec Peeta.

 

Tome 3 : La Révolte

Ils ont survécu et sont maintenant au cœur de cette rébellion. Il va falloir se battre, faire des sacrifices. Beaucoup vont mourir. Quel prix faudra-t-il payer pour que les districts retrouvent leur liberté ?

 

Mon avis :

J’ai lu les trois livres avec beaucoup de plaisir. J’avais constamment envie de savoir comment les aventures de Katniss et de Peeta allaient se terminer. L’auteure invente à chaque page de nouveaux rebondissements qui m’ont tenue en haleine.

Grâce à elle, j’ai appris aussi que cette série faisait partie d’un nouveau courant littéraire : la Dystopie.

 

 

Dystopie :

Ce courant littéraire n’invente pas un monde idéal. Au contraire, il met en place un monde apocalyptique à cause de l’intervention humaine ou de catastrophes naturelles. Ce courant s’adresse surtout aux ados, car ce sont eux qui s’intéressent le plus à la planète et qui expriment le plus d’inquiétude quant à l’évolution humaine. C’est leur avenir.

Les héros des livres sont le plus souvent des adolescents ou jeunes-adultes aidés par d’autres personnages toujours très importants.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : 

La prophétie du Fléau

La prophétie du Gris

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE : 

J'ai lu les trois livres en même temps que mon mari et moi aidions nos enfants à déménager. J’ai confectionné pour le jour J des madeleines au reblochon qui ont été très appréciées.

Battre quatre blancs d’œuf sans qu’ils deviennent des blancs en neige, ils doivent juste rester mousseux. Ajouter les 4 jaunes d’œufs, 150 g de farine, un sachet de levure, 150 ml d’huile, une tranche de jambon moulinée très fin et un demi reblochon coupé en petits dés. Saler et poivrer.

Remplir les moules à madeleines à moitié et faire cuire à 220° (thermostat 7/8)  pendant 5 min et ensuite à 200° (thermostat 6/7) pendant  encore 5 minutes environ. Les surveiller pour qu’elles dorent bien sans trop cuire.

Déguster plutôt tièdes, on sent mieux le goût du reblochon.

 

Madeleines-au-reblochon-1.jpg

 

Madeleines-au-reblochon-2.jpg

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 09:01

cochon.jpg

 

Nathalie DUJARDIN

Mary Morey (illustratrice)

 

                                                                                                                images (3)

Album jeunesse

L’auteure :

Nathalie Dujardin est auteure de romans et d’albums pour la jeunesse.

Elle est membre de la charte des auteurs jeunesse et de la Société des Gens de Lettres.

Elle conçoit aussi des collections et des spectacles autour de ses albums.

 

 

Le livre : Ronchon, le cochon qui répond toujours non !

Ronchon, le petit cochon, comme son nom l’indique est trop grognon ! Il ne fait que ce qu’il veut et dit non quand il ne veut pas. Un jour, c’est sa famille qui répond non et là tout va changer…

L’album fait partie d’une collection : les Mini-Rimes. Cette collection met en scène des histoires inédites avec des animaux, histoires construites autour d’un son. Elle permet aux enfants d’appréhender la lecture et l’écriture de manière ludique.

Le texte est sur la page de gauche, présenté comme sur un cahier d’école et la page de droite contient l’illustration avec des couleurs vives et attrayantes.

 

 

Mon avis :

J’ai bien aimé le principe du son unique : dans ce cas, le son « on ». Le texte est comme une poésie avec des « mini-rimes ». J’ai beaucoup aimé aussi les illustrations que j’ai trouvé pleines de fraîcheur.

 

 

Bibliographie :

Collection les Mini-rimes :

Annabelle, la coccinelle qui se voit la plus belle (Marie Morey, illustratrice)

Albert, le hamster qui pique une grosse colère (Marie Morey, illustratrice)

Zazouille, la grenouille qui a toujours la trouille (Marie Morey, illustratrice)

Autres albums et romans :

La potion chamboule de Mamie Mamounette (Bénédicte Boullet, illustratrice)

Le nuage qui pleuvait de toutes les couleurs (Bénédicte Boullet, illustratrice)

Un drôle de Jules (roman jeunesse)

Etc…

Quelques albums de Marie Morey :

Boucle d’Or et les 3 ours

Grignote, une souris pas idiote (avec Christian de Calvairac)

On n’est pas des mauviettes, coa ! (avec Emmanuel Tredez)

Mes plus belles comptines en musique

Les 3 petits cochons

Etc…

 

 

Les plaisirs de la table : quand mes enfants étaient petits et qu’il faisait chaud, ils aimaient bien que je fasse des boissons au lait et aux fruits. Tout le monde connaît les Milk-shakes ;

Selon les fruits, j’ajoutais des épices. Bananes, lait, sucre en poudre et vanille.

Fraises, lait, sucre en poudre et feuilles de verveine bien ciselées.

On peut décliner tout ce qu’on veut : la pomme et la poire avec de la cannelle, etc…

On peut aussi remplacer le lait par du yaourt ou du fromage blanc, mais ce sera moins liquide.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 18:07
Meurtres sur le Fleuve Jaune

fleuve.jpg

 

Frédéric LENORMAND

                                                                                                                    

Romans policiers historiques

 

 

LE LIVRE :

Meurtres sur le Fleuve Jaune

Le roman fait partie de la série « Les nouvelles enquêtes du Juge Ti » (il prend la suite de Robert Van Gulyk décédé en 1967 qui inventa le personnage du Juge Ti). La période historique chinoise est la dynastie des Tang, apogée de l’Empire du Milieu.

Le Juge Ti est convoqué à la capitale. Il embarque sur le fleuve Jaune et reçoit une nouvelle mission mystérieuse : assurer la protection d’un témoin clef pour la condamnation d’un grand personnage. Le problème, c’est que le juge Ti ne connaît pas ce Lai Junchen. Comme d’habitude, dans les aventures de ce Juge, on va apprendre les mœurs chinoises de l’époque, rencontrer des figures tantôt dangereuses, tantôt énigmatiques. Le juge ne pourra se fier à personne à part son serviteur. Après bien des embûches il arrivera à la capitale.

Le héros boit beaucoup de thé pour réfléchir et se reposer. La cérémonie du thé en Chine est vraiment particulière.    

 

MON AVIS :

J’aime beaucoup les aventures du Juge Ti ; d’abord, pour les descriptions de la vie chinoise, qui sont toujours très détaillées et non dénuées d’humour, ensuite pour les intrigues qui sont toujours bien menées. Les personnages secondaires sont parfaits et le Juge Ti , « honorable jusqu’au bout des ongles » ! Je passe un moment très agréable avec les livres de Frédéric Lenormand et j'attends avec impatience le prochain !

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Série « Les Nouvelles Enquêtes du Juge Ti » :

Le château du lac Tchou-An

La nuit des juges

Le Palais des courtisanes

Petits meurtres entre moines

Madame Ti mène l’enquête

Mort d’un cuisinier chinois

L’art délicat du deuil

Mort d’un maître de Go

Dix petits démons chinois

Médecine chinoise à l’usage des assassins

Guide de survie d’un juge en Chine

Panique sur la Grande Muraille

Le mystère du jardin chinois

Diplomatie en Kimono

Thé vert et arsenic

Un chinois ne ment jamais

Divorce à la chinoise

 

Série « Voltaire mène l’enquête » : prix Arsène Lupin 2011 du roman policier et prix Historia du roman policier historique :

La baronne meurt à 5 heures

Meurtre dans le boudoir

 

Essais : sous la Terreur en France :

La pension Belhomme

Douze tyrans minuscules

 

Romans historiques divers :

Les insulaires ou quelques Dieux sauvages

Les fous de Guernesey ou les Amateurs de littérature

L’ami du genre humain

L’Odyssée d’Abounaparti

Mademoiselle Chon du Barry ou les Surprises du destin

Les princesses vagabondes

La jeune-fille et le philosophe

Un beau captif

Les îles mystérieuses

 

Série « l’Orphelin de la Bastille » (jeunesse) :

L’Orphelin de la Bastille

Révolution !

La Grande Peur

Les derniers jours de Versailles

Les savants de la Révolution

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Je n’ai pas de recette à proposer cette fois-ci. Je respecte trop la cuisine asiatique pour oser donner un plat. Par contre, j’aimerais citer des plats rencontrés pendant l’histoire du Juge Ti. Aux lecteurs de constater ce que mangeaient les chinois sous la dynastie Tang. Ne pas oublier bien-sûr les tasses de thé : le juge Ti aime bien déguster son thé au beurre salé.

Rouleaux de poissons aux œufs de crevettes

Galettes de fécondité

Boulettes de poissons dorées à la poêle et emballées dans des feuilles végétales

Jujubes frits

Serpent d’eau au goût de métal en fusion

Galettes de châtaignes à la viande hachée

Pieds de porc farcis au gras...

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens