Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 17:40

anka

 

Guillaume GUERAUD

 

 

 

                                                                                                                   images (4)

Roman ados

 

 

L’auteur :

Il est né en 1972 à Bordeaux. Il a d’abord été journaliste mais il ne plaisait pas forcément aux lecteurs car souvent trop insolent. Son premier roman Cité Nique le Ciel a été édité très tôt et a beaucoup plus. Du coup, il s’est mis à l’écriture à plein temps et propose aussi des animations littéraires. Il vit à Marseille.

 

 

Le livre : Anka (2012).

Un jour, Marco seul à la maison, ouvre la porte à deux policiers qui lui apprennent le décès de sa mère. Après leur départ, il reste tétanisé tentant de reprendre ses esprits quand sa mère bien vivante rentre à la maison. Ce n’était pas une erreur, simplement ses parents ne sont pas mariés et son père pour gagner de l’argent, a contracté un mariage blanc 10 ans auparavant pour permettre à une jeune roumaine d’obtenir des papiers français. Puis  son père avait oublié et la mère de Marco, qui était au courant, ne s’en préoccupait pas non plus. Marco ne comprend pas cette indifférence : son père récupère deux sacs et Marco voit sa photo et apprend son nom Anka. Révolté par cette mort tellement triste, elle a fini sans domicile, sans argent, sans rien, agressée dans la rue. Il va essayer de marcher dans les pas d’Anka, revivre ses derniers jours, comprendre enfin. Jusqu’où pourra-t-il aller et cela ne va-t-il pas le détruire ?

 

 

Mon avis :

Le sujet et l’histoire sont difficiles pour un livre ado et le langage est assez violent. C’est sombre et sans apporter beaucoup d’espoir. Il faut lire autre chose après pour ne pas garder un goût amer dans la bouche.

 

 

Bibliographie :

Romans ados entre autres :

Je mourrai pas gibier

Les chiens écrasés

Déroute sauvage

Le contour de toutes les peurs

 

Romans jeunesse entre autres :

Affreux, sales et gentils

Arrête ton cinéma

 

Albums :

Raspoutine

Oméga et l’Ourse

 

 

Les plaisirs de la table : j’ai fait pendant que je lisais le livre, un hachis de viande aux courgettes :

Pour 500 g de viande hachée, éplucher, couper en rondelles et cuire 6 courgettes. Bien les égoutter après cuisson.

Faire cuire la viande avec des oignons, de l’ail, du sel, du poivre, du paprika en poudre et de la sauce tomate.

Huiler à l’huile d’olive un plat allant au four, mettre une couche de courgettes, une couche de viande hachée et une couche de courgettes. Saupoudrer de gruyère râpé et mettre au four pendant une petite demi-heure. C’est un hachis parmentier sans pommes de terre mais avec des courgettes.

 

Hachis-parmentier-courgettes-1.jpg


 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 09:55

glaceoiseau

 

Je porte mon coup de coeur du mois de novembre 2012 sur les romans de Camilla Läckberg que j'ai dévorés à chaque fois. 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 09:41

Promise  insoumise

 

 

Ally CONDIE

 

 

                                                                                                                     images (1)

Roman science-fiction ados

 

 

L'AUTEURE :

Elle est née dans l’Utah aux Etats-Unis. Elle est professeur d’anglais. Sa trilogie fait partie des 10 premières places d’une liste émise par un hebdomadaire d’éditeurs pour la jeunesse.

Les deux premiers titres de la trilogie sont parus en français et le troisième en 2013.

Cette trilogie est une dystopie : j’ai déjà parlé de ce courant littéraire dans l’article sur Hunger Games.

 

 

LE LIVRE :  Promise (424 pages – 2011).

Cassia vit dans un monde dirigé par « La Société » comme dans une bulle. Tout est codifié, prévu par ce gouvernement. Lors du banquet de couplage où les jeunes de 17 ans découvrent la compagne ou le compagnon qu’ils auront pour la vie, Cassia découvre le visage de Xander qui est déjà son meilleur ami depuis l’enfance. Il habite dans la même rue qu’elle. Ils sont très contents de ce choix. Seulement, quand Cassia visionne la carte magnétique contenant les renseignements sur son couplage et son promis, un autre visage apparaît. C’est celui de Ky qui habite aussi dans son quartier. Ce bug informatique va l’obliger à se poser des questions et lui ouvrir les yeux sur son monde.

 

Insoumise (440 pages – 2012).

Cassia est amoureuse de Ky. Elle part à sa recherche dans les provinces lointaines en enfreignant toutes les règles de la Société. Elle va aller de découverte en découverte.

 

 

MON AVIS : 

Certains pourraient dire que c’est encore une série ados qui traite du libre-arbitre, de la liberté en général, d’amour, de monde abîmé par l’homme, mais c’est vraiment bien écrit et je me suis attachée aux personnages. Certains détails sont intéressants (comme les pilules de couleurs différentes, les métiers que font les gens en particulier celui de Cassia, etc…). J’ai hâte de lire le dernier tome en 2013.

Les romans m'ont fait penser à une série télévisée qui passait dans les années 70 : l'âge de cristal. Les habitants de ce monde dévasté par l'homme vivaient dans des dômes de cristal, devaient mourir à 30 ans (enfin ils croyaient qu'ils allaient ailleurs) et pesaient que le monde à l'extérieur n'était pas vivable. Là-aussi une jeune-fille va se révolter, s'évader. Peut-être certains en lisant cet article s'en souviendront-ils ?

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Atlantia

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

Dans les livres, ils mangent des plats qui n’ont aucun goût, qui leur sont livrés à domicile et qui doivent correspondre au métabolisme de chacun.

Je propose une recette qui au contraire à beaucoup de goût et que j’ai essayée pour la première fois ces jours-ci.

Galettes de pommes de terre au boudin noir

350 g de boudin noir, 600 g de pommes de terre, hule, sel et poivre

Râper les pommes de terre, épluchées et lavées. Les presser pour enlever le plus d’au possible. Saler et poivrer. Faire cuire deux galettes dans une poêle bien huilée 5 minutes chacune en les retournant à mi-cuisson. (5 min d’un côté et 5 min de l’autre).

Prendre un plat allant au four : le huiler et mettre une galette dedans, poser dessus le boudin noir dont on aura enlevé la peau et un peu écrasé et poser la deuxième galette. Faire cuire au four thermostat 8 (240°) pendant 10 minutes environ.

C’est très bon avec une salade bien assaisonnée.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 18:11

chocolat

 

 

OTSUICHI de son vrai nom : Hirotaka Adachi

 

 

                                                                                                             images (1)

Roman policier jeunesse

 

 

L’auteur :

Il est né en 1978 à Fukuoka au Japon. Il a publié son premier ouvrage à 17 ans. Il a reçu de nombreux prix pour ses œuvres. C’est un écrivain japonais qui publie des histoires courtes, des mangas, des romans d’horreur ou gothiques, des scénarios de films et des pièces de théâtre.

 

 

Le livre : Un flingue et du chocolat (366 pages – 2010).

Lindt est élevé par sa mère car son père est mort depuis peu. Ils n’ont pas beaucoup d’argent et sa mère travaille dur pour qu’il ait à manger. Lindt est considéré comme immigré dans le monde du livre car son père vient d’un autre pays détruit par une guerre. Il fait aussi des petits boulots (comme livrer du pain pour un boulanger) pour aider sa mère. Lindt a 11 ans. Un jour il découvre un plan mystérieux dans une Bible que son père avait acheté sur un marché et qu’il avait offerte à son fils. Le plan pourrait mener à la cachette du célèbre voleur Godiva poursuivi par le non moins célèbre détective Royce que tous les enfants rêvent de rencontrer.

Le livre est un très bel objet avec une pochette laissant deviner une tablette de chocolat et le papier utilisé est un très beau papier. De plus les noms des personnages et des lieux du roman sont des noms de chocolat.

 

 

Mon avis :

J’ai vraiment beaucoup aimé le roman que j’ai lu d’une traite. C’est un roman jeunesse très bien écrit (on peut dire très bien traduit) avec de nombreux rebondissements. En plus, comme le livre est beau c’est un bel objet à offrir.

 

 

Bibliographie :

Mangas :

Mad World

Goth

Autre roman :

Rendez-vous dans le noir

Ce sont les seuls ouvrages que j’ai trouvé traduits en français.

 

 

Les plaisirs de la table :

Cette enquête est placée sous le signe de la gourmandise et du chocolat, je propose deux manières de faire des truffes au chocolat (c’est bientôt les fêtes de fin d’année !).

Pour 1 kg de truffes environ :

500 g de chocolat à cuire

1 sachet de sucre vanillé

375 g de crème fraîche liquide

250 g de chocolat pâtissier à cuire

250 g de cacao Van Houten (à mon avis, c’est le meilleur pour avoir un bon goût)

Faire fondre les 500 g de chocolat dans la crème fraîche et ajouter le sucre vanillé. Verser dans un moule à cake et laisser refroidir au moins 12 heures (c’est une ganache qui doit être bien dure).

Ensuite former des petites boules que vous remettrez encore frais jusqu’à ce qu’elles soient bien fermes.

Faire fondre les 250 g de chocolat pâtissier soit au bain-marie soit avec un peu de lait, le chocolat doit être lisse et avec une fourchette tremper chaque boule dans ce chocolat fondu. Les rouler ensuite immédiatement dans le cacao Van Houten et remettre au frigo.

 

Deuxième manière de procéder :

Pour environ 60 truffes :

400 g de chocolat noir

300 g de crème fraîche liquide

50 g de beurre

30 g de cacao en poudre Van Houten

Beurrer le moule à cake et le mettre au frigo pour figer le beurre.

Préparer la ganache : faire fondre le chocolat avec la crème fraîche et ajouter le beurre.

Verser la dans le moule à cake et la mettre au frigo au moins 1 heure.

Démouler la ganache et couper des petits morceaux pour former des petites boules (les truffes) et les rouler dans le cacao Van Houten. Les mettre au frais.

Les deux recettes permettent de préparer les truffes la veille pour le lendemain.

Les mettre dans des petites caissettes de papier, c’est plus joli.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 20:58

doudou

 

Katarina MAZETTI

 

 

                                                                                            images (4)

Roman suédois

 

 

L’auteure :

Elle est née le 29 avril 1944 à Stockholm. Elle est journaliste, productrice à la radio et auteur de livres pour la jeunesse et les adultes. Elle a aussi une maîtrise de littérature et d’anglais. Elle écrit aussi des critiques littéraires, des chansons, des comédies et des chroniques pour les journaux et la radio.

 

 

Le livre : Mon doudou divin (214 pages – 2012).

Wera est journaliste pour la presse féminine. Au début du roman, elle n’a plus d’article en commande et en faisant ses courses, elle tombe sur une petite annonce qui propose un stage de spiritualité. Elle pense tenir un bon sujet et s’inscrit donc pour 3 semaines de stage à « La Béatitude » avec son magnétophone caché dans son écharpe et son ordinateur pour sa chronique de tous les soirs envoyée directement à un journal intéressé. Les personnages sont 4 stagiaires en plus de Wera, Adrian, l’apprenti gourou et Annette la »petite mère » qui s’occupe de tout.

Les stagiaires viennent de milieux totalement différents : un médecin radié de l’ordre, un musulman iranien, une femme qui a l’art de se rendre invisible, et Madeleine qui porte un sac à dos très lourd en permanence sur ses épaules. Chaque chapître fait parler alternativement Wera et Madeleine. Petit à petit, on apprend plus de choses sur les personnages, leurs parcours et pourquoi ils sont venus à ce stage. Tout tourne quand même autour des religions, de la spiritualité.

 

 

Mon avis :

Je n’ai pas vraiment accroché même si j’ai lu le roman en entier. L’écriture est vivante, pleine d’humour, ce qui m’a évitée de m’ennuyer. Je suis sûrement passée à côté de la profondeur du livre étant donné que le sujet en lui-même ne m’attirait pas.

 

 

Bibliographie :

Le mec de la tombe d’à côté

Les larmes de Tarzan

Entre Dieu et moi, c’est fini

Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini

La fin n’est que le début

Le caveau de famille

Roman jeunesse :

Trucs et ficelles d’un petit troll

 

 

Les plaisirs de la table :

Pas de recette de cuisine mais là aussi un petit extrait qui est le seul moment où j’ai souri :

C’est Karim qui parle, le musulman iranien qui voudrait que toutes les religions travaillent ensemble au lieu de s’opposer.

« Il faut tout de même faire la distinction entre dogmes religieux et spiritualité ! Si notre spiritualité est un pré, les religions sont les fleurs qui s’y épanouissent ! Différentes fleurs poussent à différents endroits et plus elles sont nombreuses, plus c’est beau. Et je pense…je pense… je pense simplement que si nous pouvons trouver le pré de notre spiritualité, nous nous rencontrerons au-delà des frontières, des religions et nous pourrons vivre ensemble dans l’amour ».

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 09:32

choses

 

Laurent BOTTI

 

 

 

                                                                                                 images (3)

Roman policier

 

 

L’auteur :

Il est né en 1968 à Dijon. Il a passé son enfance entre la France et le Maroc où habite son grand-père. Il a fait des études de journalisme et de droit. Son premier roman paraît en 1998. Ses romans policiers flirtent beaucoup avec le fantastique. Il a aussi collaboré et écrit des documentaires sur le tourisme.

 

 

Le livre : Un jour , des choses terribles… (525 pages – 2007).

C’est avant tout l’histoire d’une ville , Laville Saint-Jour, constamment entourée de brume. Des choses terribles se sont passées telles les bandes d’écorcheurs au Moyen-âge et se passent encore. Une secte satanique a même sévi quelques années auparavant torturant des enfants avec des ramifications politiques et internationales. Le commissaire Bertégui est muté dans cette ville et son instinct va l’emporter jusqu’au bout d’une enquête qui aura des conséquences tragiques. Cette brume permanente dans laquelle un jeune-garçon voit les fantômes des enfants assassinés augmente l’angoisse des personnages.

 

 

Mon avis :

J’ai ressenti l’angoisse aussi en lisant le roman et j’ai eu du mal parfois à continuer. Pourtant c’est bien écrit, les personnages bien campés et on a envie de connaître la fin. J’ai eu par moment l’envie d’aller lire les dernières pages pour essayer de soulever les voiles de la brume sur la ville. Je ne l’ai pas fait et c’est bien car je n’aurai plus eu d’intérêt à lire.

 

 

Bibliographie :

Pleine brume

La nuit du Verseau

Fatale lumière

Une femme de trop

Un ticket pour l’enfer

 

 

Les plaisirs de la table :

J’avoue que je n’ai pas pensé à la cuisine en lisant. J’ai plutôt envie de donner un extrait : Bastien (le jeune-garçon qui voit les fantômes) habite à Laville Saint-Jour depuis peu avec ses parents, depuis il fait d’horribles cauchemars. Un matin il se lève …

« Il leva les yeux. Et c’est là qu’il la vit. La brume. Oui, la brume à la fenêtre. C’était ça qui avait changé ce matin. Enfin, qui donnait au monde une autre couleur.

La brume…et la lumière : blanche. Epaisse. Ouatée. Même la clarté dans sa chambre, bien que filtrée par les volets était différente. Il oublia l’ordinateur, s’approcha doucement de la fenêtre comme on marcherait, fasciné, vers un animal terrifiant. »

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 18:37

porte.jpg

 

Pascale MARET

 

                                                                                                      images (3)

Roman ados

 

L'AUTEURE :

Elle est née le 21 avril 1957 en France. Elle a commencé à écrire à 40 ans. Elle a écrit une douzaine de romans pour ados surtout. Son premier roman est un roman de science-fiction, clones en stock, paru en 2001. Elle est professeur agrégée de lettres modernes et Normalienne. Elle a beaucoup voyagé en suivant son mari géologue et a ainsi enseigné la littérature française en Côte d’Ivoire, en Argentine, aux Emirats Arabes Unis, en Birmanie et au Vénézuela. Elle se consacre maintenant entièrement à l’écriture. Elle habite en Région Parisienne et a adopté 3 enfants.

 

 

LE LIVRE : Le monde attend derrière la porte (195 pages - 2009) sélection du prix AlTerre Ado 2010 – 2011.

Sarah vit avec sa famille dans ce qu’ils appellent « La Communauté » ; elle ne doit pas parler, ni avoir de contact avec ceux qui ne font pas partie des « Chrétiens Rigoristes ». Comme les membres deviennent nombreux, il est décidé que la Communauté aura sa propre école. Sarah est effondrée car elle ne pourra plus suivre les cours dans un collège « normal » et surtout rencontrer Manon qui est devenue en cachette son amie. Elle supporte très mal cette situation et a l’impression d’étouffer en permanence. Elle voudrait porter des pantalons, ne plus être obligée de mettre un foulard sur sa tête, être comme les autres. Un soir elle s’enfuit mais est rattrapée et envoyée dans une famille en Ecosse qui s’occupe des jeunes de la communauté récalcitrants. Peter est marié à la fille de la famille d’accueil et petit à petit apprivoise Sarah. Un jour il lui propose une balade sur les falaises au bord de la mer, mais ses intentions sont malhonnêtes et Sarah arrive à s’enfuir en manquant tomber d’une falaise. Elle revient en France et tout continue comme avant car personne ne veut la croire et on l’empêche de partir de la Communauté. Son frère est comme elle, et ils vont se soutenir et trouver une porte de sortie auprès de leur tante mariée à quelqu’un de l’extérieur et bannie depuis longtemps. Elle va les recueillir avec l’accord des parents des jeunes-gens heureux de se débarrasser d’eux. Sarah et Nicolas sont enfin libres !

 

 

MON AVIS :

J’ai beaucoup aimé le sujet du livre, l’écriture et les personnages. La vie de Sarah est très bien décrite et on a envie avec elle de s’enfuir.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Esclave !

Vert jade rouge sang

La véritable histoire d’Harrison Travis, hors-la-loi, racontée par lui-même

L’oiseau Arlequin

A vos risques et périls

Une année douce-amère

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Recette de crème facile à réaliser et jolie à présenter

Crème bi-colore 


5 œufs, 1 litre de lait, 125 g de chocolat pâtissier, 50 g de farine, 50 g de beurre, 1 sachet de sucre vanillé, 150 g de sucre en poudre.

Faire bouillir le lait.

Faire fondre le chocolat avec un petit peu de lait dans une autre casserole.

Mélanger dans un saladier la farine, le sucre en poudre, 3 jaunes d’œufs et 2 œufs entiers sans faire de grumeaux. Ajouter le lait chaud un peu refroidi. Faire chauffer dans une casserole jusqu’aux premiers bouillons en remuant. Ajouter le beurre en petits morceaux hors du feu.

Mettre dans un saladier la moitié de la crème à laquelle on ajoute le sucre vanillé.

Dans l’autre moitié de crème, on ajoutera le chocolat.

On peut servir les deux crèmes séparément mais pour une jolie présentation originale, ils suffira de verser les deux crèmes en même temps dans un grand saladier, les deux moitiés ne se mélangeront pas et cela fera une crème bi-colore !

Mettre au frais mais ne pas servir glacé.

 

 

Martine M.

Le Monde attend derrière la porte
Le Monde attend derrière la porte
Le Monde attend derrière la porte
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 18:05

cargo.jpg

 

Fred PARONUZZI

 

 

                                                                                                            images (4)

Roman ados

 


L'AUTEUR :

Il est né le 2 juin 1967 à Ugine en Savoie. Il est sélectionné au Festival du 1er roman de Chambéry en 2004 pour son premier roman 10 ans ¾. Il est auteur pour la littérature jeunesse (surtout ados) mais ses livres s’adressent aussi au lectorat adulte : il développe des thèmes tels que l’immigration, l’exil, l’amour… Il enseigne les lettres et l’anglais dans un lycée professionnel. Il a beaucoup voyagé car il a enseigné le français au Canada, en Ecosse et en Slovaquie. Il habite toujours en Savoie.

 

 

LE LIVRE : Un cargo pour Berlin (109 pages - 2011) sélection du prix AlTerre Ado 2011 – 2012.

C’est avant tout l’histoire d’amour de Nour pour Idriss. Nour vient d’une famille très pauvre en Algérie et comme elle est douée pour l’école, elle travaille dans une famille riche qui lui permet d’aller à l’école tout en gagnant de l’argent pour ses parents. Idriss, lui est issu d’une famille riche, il s’ennuie un peu, il a raté son bac et doit réviser. Il va séduire Nour et quand tout est découvert c’est la honte qui retombe sur la famille de la jeune-fille. Pour réparer, elle doit être mariée à un vieil homme qui habite dans un village éloigné ; elle deviendrait son esclave, s’occuperait de lui et de ses enfants. Mais Nour est enceinte, et pour sauver cet enfant qu’elle désire, elle va s’enfuir. Elle coupe ses cheveux, se fait passer pour un garçon, fait vendre des bijoux par Tariq, un ami qui veut aussi partir. Tariq rêve d’aller à Berlin. Ils payent des passeurs et se retrouvent au Maroc. Tariq va réussir à monter dans un bateau pour l’Europe. Après bien des embûches, Nour sera aidée par Ahmed qui va la protéger et par un couple de personnes âgées qui leur permettront de commencer une nouvelle vie.

 

 

MON AVIS :

L’histoire est intéressante, c’est bien écrit, mais dès le début du roman, j’ai compris ce qui allait arriver et je n’ai jamais été surprise. 

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Terrains minés

Mon père est américain

10 ans ¾

La lettre de Flora

Comme s’ils étaient beaux

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

J’ai trouvé le sujet du livre très sérieux et je n’ai pas de recette à mettre en parallèle.

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 17:33

prague

 

Marek HALTER

 

 

                                                                                                                         images (3)

Roman historique

 

L’auteur :

Il est né le 27 janvier 1936 à Varsovie. C’est un écrivain français d’origine polonaise. Ses livres traitent souvent de l’histoire du peuple juif. Il vit en France depuis 1950. C’est aussi un artiste : en 1954, il est lauréat du prix international de peinture de Deauville et lauréat de la Biennale d’Ancone ; c’est à Buenos Aires où il a vécu 2 ans qu’il organise sa première exposition. Il milite pour le respect des Droits de l’Homme, contre le racisme et l’antisémitisme et pour la paix au Proche-Orient. Il a écrit une vingtaine d’ouvrages et collabore avec plusieurs journaux. 

 

 

Le livre : Le Kabbaliste de Prague (276 pages - 2010)

16ème siècle : ghetto de Prague. Le peuple juif est protégé par l’empereur Rodolphe, mais cette protection est fragile. Dès qu’il se passe quelque chose en dehors du ghetto, comme par exemple une épidémie de peste, des assassinats, ou des famines les juifs sont accusés des pires maux et persécutés. Le Rabbin MaHaRal sera contraint pour protéger son peuple de créer le Golem, un être de boue. Mais on ne peut pas utiliser la Kabbale sans contrepartie !

 

 

Mon avis :

Généralement, j’apprécie les livres de Marek Halter pour ses précisions historiques, ses personnages très intéressants en plus d’une histoire toujours passionnante. Le glossaire à la fin de celui-ci est nécessaire pour vraiment bien comprendre les termes juifs. Par contre, il faut vraiment aimer l’histoire pour lire le Kabbaliste de Prague.

 

 

Bibliographie : entre autres

La Bible au féminin (3 tomes)

La Reine de Saba

Les fils d’Abraham

L’inconnue du Birodidjan

La mémoire d’Abraham

Bethsabée

Marie

 

 

Les plaisirs de la table : je n’ai pas de recette à proposer cette fois-ci, n’ayant rien essayé de nouveau et surtout n’ayant rien eu à l’esprit en lisant le livre.

 

 

Martine M. 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 19:53

mort-copie-1

 

 

Claire MAZARD

 

 

 

                                                                                                      images (3)

Roman policier ados

 

 

L'AUTEURE :

Elle est née en 1957. Elle habite à Paris. Elle écrit pour la jeunesse. Elle fait beaucoup d’animations dans les écoles car elle aime bien rencontrer son public. Elle aborde souvent des thèmes difficiles dans ses romans, tels que l’inceste, la violence, la maladie et souvent aussi l’amitié.

 

 

LE LIVRE : Le mort du noyer (293 pages - 2010) sélection du prix Al Terre Ado 2010-2011.

Le commissaire Lafosse et son adjointe sont chargés d’une enquête bizarre. Un homme est retrouvé mort et entièrement nu sous un noyer très vieux dans le parc d’une maison de retraite. Celle-ci est spéciale : elle accueille des personnes âgées uniquement si elles ont un chien de petite taille. Drôle d’enquête, drôle d’ambiance, drôle d’endroit et drôle de commissaire, bourru et aimant la bonne chère. De plus il n’aime pas la ville et les montagnes qui l’entourent.

 

 

MON AVIS :

J’ai aimé le roman pour la bizarrerie de l’histoire, pour les personnages qui sont bien campés et amusants parfois. Et surtout, la fin est surprenante et je ne m’y attendais pas du tout !

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Romans jeunesse entre autres :

Lola

Les compagnons de la lune rouge

Petit printemps vietnamien

Maman les p’tits bateaux

Romans ados entre autres :

Le cahier rouge

L’absente

On s’était dit pour la vie

Papillons noirs

Romans policiers entre autres :

Les enquêtes de la Commissaire Raczynski :

L’affaire du 15 bis

Macchabée sous les pavés

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE

le commissaire Lafosse passe beaucoup de temps dans un restaurant pendant l’histoire, c’est la seule chose qui le réconforte ; j’ai pensé à une recette qui tient au corps : cake au reblochon

Les ¾ d’un reblochon, 150 g de lardons fumés, 2 oignons coupés très fins, 150 g de farine, 1 sachet de levure chimique, 3 œufs, 10 cl d’huile de tournesol, poivre, 10 cl de vin blanc.

Mélanger la farine, la levure, les œufs, le vin blanc, l’huile et le poivre. Ajouter les lardons, les oignons et le reblochon coupé en petits morceaux. (enlever la croûte du fromage, c’est mieux).

Je l’ai fait cuire dans un plat en terre (comme cela on peut le laisser dedans pour servir plutôt que dans un moule à cake) pendant environ 50 minutes à thermostat 6 (180°).

Déguster tiède, on sent mieux le fromage avec une bonne salader verte relevée.

Le lendemain, on peut aussi couper le reste en petits morceaux et le servir en apéritif avec des piques en bois.

 

cake au reblochon

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens