Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 20:59

Peregrine

 

Ransom RIGGS

 

                                                            images (1)

 

Roman fantastique ados

 

L'AUTEUR :

Il est né dans le Maryland et a grandi dans une ferme en Floride. Il a suivi une école pour surdoués. Il a étudié la littérature anglaise au collège de Kenyon et ensuite il a été à l'Université de Californie du Sud, section cinéma. Il a participé à de courts métrage et aussi au premier film Sherlock Holmes.

Il avait rassemblé des photos vernaculaires et les avait proposées à un éditeur pour faire un livre de photographies. Un éditeur lui a suggéré d'écrire un roman à partir de ces photos. Miss Pérégrine est son premier roman et il est en train d'écrire la suite.

 

 

 

 

LE LIVRE: Miss Pérégrine et les enfants particuliers (432 pages – 2012)

 

Jacob Portman est un adolescent qui a un grand-père un peu spécial. Il a plein d'armes dans son sous-sol, disparaît parfois des mois entiers et raconte à son petit-fils des histoires fabuleuses remplies d'aventures et de monstres. Un soir, Jacob voit son grand-père assassiné par une créature inconnue qu'il est le seul à avoir aperçue. Pour mieux comprendre ce grand-père qu'il adorait il part sur une île au Pays de Galles où Abe avait été envoyé par ses parents pendant la seconde guerre mondiale pour le protéger de la menace nazie contre les juifs. Il avait été recueilli selon ce qu'il a raconté à son petit-fils par Miss Pérégrine Faucon, directrice d'un orphelinat pour enfants « particuliers ».Jacob va s'y rendre et rencontrer ces fameux résidents et apprendre enfin la vérité sur l'histoire de son grand-père. Quel chemin va suivre Jacob ? Rester avec eux ou revenir à sa vie américaine sans attrait. A-t-il lui aussi un « don particulier » ? Et pourquoi pourchasse-t-on ces enfants ?

 

 

 

 

 

MON AVIS : j'ai adoré le livre ; d'abord les photos sont originales et intrigantes et on se demande au début pourquoi elles sont intercalées entre les chapitres. Puis le livre en lui-même est un bel objet à regarder, feuilleter et à offrir. L'histoire est particulièrement originale et surprenante. En lisant la quatrième de couverture (le résumé au dos du livre) je ne m'attendais absolument pas à cette intrigue. J'attends avec impatience la suite que l'auteur est en train d'écrire. J'ai aussi appris ce qu'est une photo vernaculaire, c'est pour cela que j'ai mis un site en lien. C'est vraiment étonnant.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Miss Pérégrine est son premier roman et le seul pour l'instant.

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je vais proposer une recette de dessert que j'ai faite il y a deux jours et qui est parfaite pour l'été.

Ananas frais au kiwi :

Pour 5 personnes, choisir un ananas frais assez gros. L'éplucher et enlever tous les « yeux ». Le couper en tout petits morceaux et les mettre dans un saladier. Préparer un sirop de sucre : mettre dans une casserole 50 g de sucre en poudre avec 10 cl d'eau. Faire chauffer en remuant pour faire fondre le sucre et faire bouillir pendant environ 10 minutes en surveillant bien et en remuant de temps en temps. Verser ce sirop sur l'ananas, ajouter de la vanille et mettre au frais. C'est bien de préparer le matin pour le soir par exemple.

Glaçon au kiwi : pour avoir un glaçon par personne : mixer 2 kiwis mûrs avec 2 cuillère à soupe de sucre en poudre. On peut ajouter du basilic si on veut. Mettre cette purée de kiwi dans un bac à glaçons et faire prendre au congélateur.

Pour servir : verser l'ananas dans de jolies coupes et poser un glaçon aux kiwis sur chaque coupe.

C'est délicieux et en plus joli.

 

ananas---kiwi.JPG

 

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 09:51

Libre-livre.jpg

 

Jean PEROL

 

                                                            images (2)

 

Poésie

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1932 à Vienne en France. Romancier et poète français. En 1961, il part pour le Japon. Il va y séjourner souvent pendant plus de 20 ans. Il y dirigera l'Institut Français de Tokyo de 1984 à 1989. Il va aussi vivre en Louisiane, à Kaboul (Afghanistan), New-York. Il est de retour en France depuis 1989 et vit entre Paris et l'Ardèche.

 

 

 

 

LE LIVRE: Libre livre (151 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, section Rhône-Alpes.

 

 

Recueil de poésies avec un titre à chaque fois à la fin du poème.

Vers la fin, ce sont plutôt des textes poétiques.

 

 

MON AVIS : J'ai déjà du mal avec la poésie en général, mais là je n'ai pas du tout aimé. Les textes vers la fin du recueil sont encore plus hermétiques et compliqués à mon goût. J'ai même trouvé le livre souvent déprimant et parfois cynique.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Poésie 1953-1978

Histoire contemporaine

Le soleil se couche à Nippori

Maintenant les soleils

A part et passager

Un été mémorable

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai vraiment aucune envie d'allier une recette de cuisine avec le livre.

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:31

Fee-d-hiver.jpg

 

André BUCHER

 

                                                        images (3)

 

Roman

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1946 à Mulhouse. Il a beaucoup voyagé grâce à ses différents métiers tels que docker, bûcheron, routier, ouvrier agricole ou berger. Il s'installe à Montfroc dans la Drôme en 1975. Il y vit toujours. Il est le fils d'un chef de gare qui passait son temps libre à cultiver la terre. Il a commencé à 6 ans et cette passion ne s'est jamais démentie. Il s'intéresse à l'agriculture biologique et en a fait son métier. Il a planté environ 20000 arbres et maintenant il peut contempler cette forêt.

 

 

 

 

LE LIVRE: Fée d'hiver (153 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, section Rhône-Alpes.

 

 

Les personnages : Daniel et Richard, 2 frères qui ont vécu un drame épouvantable dans leur enfance ; leur père a tué leur mère dans une crise de jalousie et s'est ensuite suicidé. Ils vivent ensemble dans leur ferme.

Alice, Robert et Pierre sont frères et sœur et les enfants de celui qui était l'amant de la mère de Daniel et Richard. Ils ont une scierie où Alice travaille comme secrétaire. Elle ne s'entend pas du tout avec ses frères surtout Robert l'aîné qui est rétrograde et veut tout régenter, tout le monde doit lui obéir. Elle épouse Louis, leur cousin qui travaille également avec ses frères. Il est alcoolique et la bat, alors elle le quitte. Vladimir est un croate qui a vu toute sa famille massacrée pendant la guerre de Bosnie. Il arrive dans la vallée et travaille comme bûcheron à la scierie. Il se lie d'amitié avec Daniel et Richard qui vont lui offrir un toit et tombe amoureux d'Alice.

 

 

MON AVIS : Très belle écriture poétique parfois alambiquée mais tellement agréable à lire ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas appris de nouveaux mots et enrichit mon vocabulaire. Les descriptions de la nature, des hivers, des sentiments humains sont beaux, il ne faut pas sauter de mots ou de lignes ! Cela peut lasser certains lecteurs car le roman demande pas mal de concentration.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le pays qui vient de loin

Le cabaret des oiseaux

Déneiger le ciel

Pays à vendre

La cascade aux miroirs

La vallée seule (à paraître en août 2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne vais pas donner de recette de cuisine mais plutôt un extrait du livre pour montrer la richesse de vocabulaire du roman :Vladimir est devant sa petite maison dans le Val-triste et contemple la nature :

«  Le vent se taisait maintenant. Il contempla le ciel monté à cru, poncé, saturé d'étoiles. Sous la neige, il entendit le petit ruisseau clapoter de la langue avec, en bout de champ, terré sans doute dans la fourche, le trou d'un arbre, un hibou ou une effraie qui hululait. Sans quoi, plus rien, hormis le poids de ce superbe silence du lieu. Il se déployait, lui procurant une bienvenue sérénité avec la certitude que sa vie pourrait s'y dérouler, rugueuse, mais juste et méritée. Qu'il lui faudrait lutter, convaincre à son tour Alice que leur couple possédait un avenir et ne dépareillait pas le moins du monde au cœur de ce foutu pays. »

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 17:48

Wombat-eau-copie-1.jpg

 

Céline RIPOLL

Pascale ROUX- CANAVAGGIA

 

                                                                images (3)

 

Album jeunesse

 

L'AUTEURE : Céline RIPOLL

Elle est conteuse spécialisée dans le monde pacifique de Tahiti à l'Ile de Pâques. Elle vit à Roissy en Brie. Elle organise des balades contées dans la zone Océanie du musée du Quai Branly depuis son ouverture en 2006. Elle défend une approche ethno-artistique du conte.

 

L'ILLUSTRATRICE : Pascale ROUX-CANAVAGGIA

Elle est née en Avignon. Elle a fait les beaux-arts d'Avignon et de Nice. Elle propose des animations en bibliothèque entre autres, à destination aussi bien des adultes que des enfants. Elle utilise les collages, la peinture, tout ce qui peut donner du volume et beaucoup de couleurs.

 

 

LE LIVRE: Le wombat qui cherchait de l'eau ( 2012)

 

 

C'est un conte australien avec parfois des mots typiquement australiens.

Un petit wombat cherche de l'eau : il est le seul dehors malgré la chaleur étouffante. Il pousse après de très gros efforts une pierre et dessous, miracle, une source jaillit ! Du coup, les autres animaux sortent. Mais voilà que le serpent arrive et boit, boit toute la source ! Les autres animaux furieux et malgré la peur de sa morsure, le blessent à mort. Soudain, de petits serpenteaux jaillissent, la femelle avait besoin de boire beaucoup pour les mettre au monde. Les animaux comprennent que maman serpent n'avait pas le choix et forment une grande chaîne pour transporter les petits bébés serpents à l'abri à l'ombre. La maman serpent voyant cette solidarité en haut dans le ciel se met à pleurer et cela fait de l'eau en quantité suffisante pour tout le monde.

 

 

MON AVIS : Très beau conte poétique avec tous ces animaux australiens en particulier le wombat que je trouve craquant. Les illustrations très douces s'inspirent de l'art des Aborigènes avec ses circonvolutions, ses volutes, ses couleurs. Vraiment à découvrir.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Céline RIPOLL :

Contes des enfants d'ailleurs

Ta Moko, le tatouage maori avec Pascale Roux-CANAVAGGIA

La Polynésie avec Guy Lillo

Hina et le Prince du Lac Vahiria avc Daniela Cytryn

 

Pascale ROUX-CANAVAGGIA :

Jade des Maori avec Céline Ripoll

Ta Moko, le tatouage maori avec Céline Ripoll

Apprivoiser son ado : les secrets des parents efficaces

Princes'ses, êtes-vous là ? Livre CD, théâtre musical.

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Les enfants aiment bien en général tout ce qui est flan ; voici une recette de flan pâtissier que nous avons bien aimé.

Poser une pâte feuilletée dans un plat à tarte.

Dans une casserole, porter à ébullition 60cl de lait avec 75 g de sucre en poudre.

Mélanger dans un saladier 3 œufs entiers avec 80g de sucre semoule, 60g de maïzena, de la vanille et 15cl de crème fraîche liquide.

Ajouter à cette préparation le lait chaud en remuant sans cesse puis remettre dans la casserole et faire chauffer pendant une minute.

Garnir la pâte feuilletée du flan et faire cuire à thermostat 7 (210°) pendant 20 minutes puis monter le four à thermostat 8 (240°) et faire encore cuire environ 10 minutes pour que le dessus du flan dore bien.

Ne couper le flan que lorsqu'il est bien refroidi. C'est bien de le faire le matin pour l'après-midi car il peut passer ainsi un peu de temps au réfrigérateur.

 

Flan-patissier-1.jpg

Flan-patissier-2.jpg

 

 

 

Martine M.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 13:48

glacé  le-cercle.jpg

 

Bernard MINIER

 

                                                          images (3)

 

Romans policiers

 

L'AUTEUR :

Il est né le 26 août 1960 à Béziers. Il vit en Ile de France. Il fait carrière dans l'administration des douanes. Les décors naturels des Pyrénées, les saisons sont très présents dans ses romans. Il a grandi aux pieds des Pyrénées.

 

 

LES LIVRES: Glacé (553 pages – 2011) ; le Cercle (559 pages - 2012)

 

 

Glacé : 2008, hiver dans les Pyrénées. On découvre un pur-sang décapité et odieusement mutilé en haut d'une centrale hydroélectrique à 2000 mètres d'altitude. Le commissaire Servaz a 40 ans est divorcé et a une fille, Margot, très débrouillarde. Ses lieutenants, Samira et Vincent lui sont très attachés et sont particulièrement performants et autonomes. Il va faire équipe avec une gendarme, Alice Ziegler avec laquelle il va bien s'entendre. Quel est le lien entre l'enquête sur le pur-sang et un institut psychiatrique bâti comme une prison et qui accueille des psychopathes hautement dangereux. Et cette colonie de vacances, qui s'est occupé d'enfants de la région, où des événements odieux se sont produits et qui est fermée depuis longtemps, quel rôle joue-t-elle ?

 

Le Cercle : le commissaire Servaz est obsédé par le psychopathe Julian Hirtmann qui leur a échappé dans le précédent roman ; il pense qu'il est de retour. Dans cette enquête sur un professeur de lycée où se trouve sa fille lui fait retrouver son amour de jeunesse Marianne. Il va essayer de sauver le fils de celle-ci, Hugo. Les souvenirs d'enfance, de sa jeunesse dans cette même école et université, vont influer malgré lui sur son enquête. Sa fille va l'aider ainsi que la gendarme qui a été rétrogradée à la suite de leur première enquête.

 

 

MON AVIS : j'ai adoré les deux livres ! C'est bien écrit, les personnages sont très intéressants et attachants. Le suspense très bien mené et j'attends la suite avec impatience.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Il n'a écrit pour l'instant que ces deux romans.

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

J'ai fait un nouveau gâteau en lisant le deuxième et nous avons bien aimé.

Biscuit aux flocons d'avoine :

Mélanger 200 g de sucre semoule avec 3 œufs entiers, puis ajouter 125 g de beurre fondu.

Ajouter 30 g de fécule de pommes de terre, 200g de farine, 1 sachet de levure chimique et enfin 100 g de flocons d'avoine. Bien mélanger et verser dans un moule à manqué bien beurré.

Faire cuire à four chaud 180° (thermostat 6) pendant environ 45 minutes. Sortir le biscuit du four, le laisser refroidir dans le moule et ensuite le démouler dans un joli plat et le saupoudrer de sucre glace. Ce gâteau très sucré est encore meilleur servi avec une compote de rhubarbe qui est un peu acide. Avec une crème anglaise, c'est très bien aussi.

 

Gateau-aux-flocons-d-avoine-1.jpg

 

Gateau-aux-flocons-d-avoine-2.jpg

 

 

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 09:32

Grand-nu-orange.jpg

 

Nathalie CHAIX

 

                                                              images (4)

 

Roman

 

L'AUTEURE :

Ecrivain suisse, elle vit et travaille à Genève. Elle a fait des études en communication et en histoire de l'art. Elle a collaboré 17 ans au département de la Culture de la ville de Genève. Elle dirige aujourd'hui le Service des Affaires Culturelles et de la Communication de Carouge.

 

 

 

LE LIVRE : Grand nu orange ( 198 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, catégorie Suisse romande.

 

Le roman est une sorte de biographie du peintre Nicolas de Staël. Il parle de ses obsessions, en particulier pour une femme, de sa famille, de ses enfants, de ses amis proches. Surtout il décrit sa manière de peindre, les couleurs, les doutes de l'artiste. De la poésie s'intercale parfois entre certains chapitres. La voix de sa maîtresse aussi vient ponctuer les paragraphes consacrés au peintre.

 

 

MON AVIS : le roman se lit facilement, l'écriture est fluide. Après, il faut s'intéresser à la peinture et pour mieux comprendre le livre, il faut aller se renseigner sur l'artiste. Les états d'âme de Nicolas de Staël sont décrits avec précision et j'ai trouvé ça un peu lassant.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Exit Adonis

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas été inspirée en lisant le livre.

 

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 08:45

Repas-hiver.gif

 

Hubert MINGARELLI

 

                                                         images (3)

 

Roman

 

L'AUTEUR :

Il est né le 14 janvier 1956 en Lorraine. Il quitte l'école à 17 ans pour s'engager dans la marine dans laquelle il restera 3 ans. Après il s'installe à Grenoble et fait différents métiers pour vivre. Il commence à publier dans les années 80. Maintenant il habite dans les Alpes. Dans ses romans, on retrouve souvent la thématique des rapports père-fils ainsi que l'amitié entre hommes.

 

 

 

LE LIVRE : Un repas en hiver ( 137 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, catégorie Rhône-Alpes.

 

Trois soldats allemands pendant la seconde guerre mondiale : Bauer, Emmerich et le narrateur.

C'est l'hiver en Pologhe, il fait très froid. Au début du livre, pour échapper à une corvée, on ne sait pas encore de quoi il s'agit, ils demandent à partir à la chasse. C'est à la page 43 que l'on comprend qu'ils vont à la chasse aux Juifs. Ils en trouve un et sur le chemin du retour s'arrêtent dans une maison abandonnée. Ils ont faim et veulent faire cuire une soupe avec de la semoule de maïs, un saucisson et un oignon. Il vont utiliser les portes, les chaises pour faire du feu dans le poêle.

Emmerich est le seul à avoir un enfant, un garçon, et il a constamment peur pour lui et demande toujours aux autres de lui donner des idées pour empêcher son fils de fumer. Cette préoccupation le rend taciturne et dépressif. Un polonais et son chien frappent à la porte, entrent pour se réchauffer. Le polonais insulte le juif et on comprend qu'il les déteste. Les allemands trouvent le polonais très déplaisant et se demandent si ils vont le jeter dehors ou lui donner un peu de leur soupe. Comme ils manquent de combustible, ils arrachent la porte de la remise où se trouvait le juif, plus aucune barrière ne les sépare maintenant. Bauer va proposer au juif de manger avec eux avant tout pour déplaire au polonais mais aussi par humanité. Emmerich voudrait le libérer mais ils ne peuvent pas. On comprend que leur désir de partir à la chasse leur permet d'échapper au boulot à la caserne : cela consiste à fusiller régulièrement des groupes de juifs.

 

 

MON AVIS : j'ai bien aimé le roman d'abord par son écriture magnifique, simple et descriptive. Dans sa simplicité, j'ai trouvé énormément de poids aux mots, il faut aller plus loin que le premier stade de lecture. L'histoire aussi est peu banale. L'amitié entre ces trois allemands est forte, les soutient et leur permet de continuer à vivre.

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Quatre soldats

La lettre de Buenos-Aires

La dernière neige

La promesse

Marcher sur la rivière

Une rivière verte et silencieuse

Hommes sans mère

La beauté des loutres

La route de Beit Zera

 

Romans ados :

Le bruit du vent

Le jour de la cavalerie

Océan pacifique

 

Roman jeunesse :

La lumière volée

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne propose pas de recette de cuisine mais plutôt un extrait du livre pour saluer l'écriture de l'auteur :

« Bauer donne le signal, il puisa une rondelle de saucisson dans la casserole et l'accompagna d'une bouchée de pain doré. Chacun y alla ensuite.

Ainsi commença le repas le plus étrange que nous fîmes en Pologne.

Dehors par la fenêtre, la lumière était toute pâle et s'en allait encore. Les flammes dans la cuisinière nous éclairaient par derrière, nous mangions et nos ombres nous accompagnaient en dansant sur la table. »

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 18:16

Homme-carrure-d-ours.gif

 

Franck PAVLOFF

 

                                                                images (4)

 

Roman

 

L'AUTEUR :

Il est né à Nîmes en 1940. Il s'est occupé pendant 20 ans environ de développement social communautaire et du Droit des enfants dans beaucoup de pays (Afrique, Asie, Amérique Latine, France, etc...). Il a également travaillé au tribunal de grande instance de Grenoble. Il est diplômé de psychopathologie et de sociologie. Il est éducateur de rue, responsable d'une association de prévention de la toxicomanie et de la délinquance. Il anime aussi des ateliers d'écriture pour adultes, universitaires et scolaires. Il est directeur de la collection « Souris Noire » chez Syros.

Son premier roman est paru en 1993. Il est très prolifique et écrit aussi bien pour les adultes que pour la jeunesse, de la poésie aussi, des nouvelles, des carnets de voyage, des études et essais.

 

 

 

LE LIVRE : L'homme à la carrure d'ours ( 203 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, catégorie Rhône-Alpes.

 

Kolya est un sculpteur d'ivoire et descendant des lapons. Il vit dans l'arctique dans un monde dévasté par les déchets radioactifs. Plusieurs communautés vivent là, s'ignorent ou se déchirent mais en tout cas ne peuvent pas en partir ; des guetteurs les abattraient si ils essayaient. Lyouba est une jeune-fille, l'unique enfant à y être née dans cette zone rendue hostile par l'environnement, mais aussi par les hommes. Beaucoup de personnes sont mortes à cause des radiations, et la poignée de survivants est malade, stérile. Lyouba est donnée en pâture aux hommes en espérant qu'elle sera fertile et redonnera l'espoir. Kolya est le seul qui la comprend et essaie de l'aider. Elle va rencontrer un jeune garçon qui vient de l'île en face en bateau pour récupérer des objets. Grâce à lui, elle va pouvoir s'enfuir, découvrir « ailleurs » et faire sa vie.

 

 

MON AVIS : j'ai lu tout le roman parce que l'écriture et le vocabulaire employé sont magnifiques. Je n'ai pas été enthousiasmé par l'histoire, la méchanceté de l'humanité, un monde hostile sans espoir.

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Matin brun : nouvelle qui l'a fait connaître dans le monde entier : contre l'intolérance.

Romans adultes :

Le grand exil

Le pont de Ran-Mositar

Haute est la tour

Pondichéry goa

La gare de Lourenço-Marquès

 

Romans jeunesse : entre autres

Mon copain a volé

Menace sur la ville

Eola, quand est-ce qu'on s'en va ?

Le squat résiste

Prise d'otage au soleil

 

Essais :

Le silence des aigles

Sommeil de pagne

 

Album jeunesse :

Les trois cadeaux avec Christelle Enault

 

Etude :

Après moi, Hiroshima avec Marianne Jaeglé

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas pensé à la cuisine en lisant le livre.

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 08:10

 

 

Gardien testament

 

 

Eric Van LUSTBADER

 

                                                                                                                        images (3)

 

Roman policier

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1946 à New-York. Il a un diplôme de sociologie. Il a atteint le second niveau de Reiki. Il collectionne les érables japonais et les hêtres. Son premier roman est paru en 1975. Il a pris la suite de Robert Ludlum pour écrire les aventures de Jason Bourne.

 

 

 

LE LIVRE : Le gardien du Testament ( 487 pages – 2007)

 

Brav Shaw voit son père mourir dans l'explosion d'une bombe. Dexter Shaw faisait partie d'un ordre religieux secret. Cet ordre est menacé depuis très longtemps par le pape qui a chargé les Chevaliers de Saint Clément du Sacré-Coeur de pourchasser ses membres. Cet ordre détient des secrets et des documents qui lui permettent d'aider les plus démunis ou d'empêcher des guerres de se produire. Le père de Brav était le gardien de ces documents. Il a enseigné à son fils pendant toute son enfance à déchiffrer les codes, les énigmes, se déplacer dans des labyrinthes et aussi à se battre. Brav est donc le seul à pouvoir trouver la cachette et résoudre ce jeu de pistes géant. Deviendra-t-il le prochain gardien comme son père le souhaitait ? Trahison, amour, amitiés, sacrifices vont jalonner son parcours initiatique.

 

 

MON AVIS : J'ai bien aimé le roman qui tient en haleine jusqu'au dénouement final. Même si dès le début on connaît « les méchants » de l'histoire, c'est bien ficelé. Agréable moment de détente.

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

La trahison dans le sang

La conspiration Carson

Tableau de famille

La trahison dans la peau, l'empreinte de Bourne

Le danger dans la peau, la sanction de Bourne

Le mensonge dans la peau, la ruse de Bourne

La poursuite dans la peau, Objectif Bourne

La peur dans la peau, l'héritage de Bourne

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Petite recette de plat de poulet : émincé de poulet à la crème et riz sauvage.

Couper en petits morceaux des escalopes de poulet (compter une escalope par personne environ) et les faire revenir à la poêle ; saler et poivrer et en fin de cuisson ajouter la crème fraîche liquide et laisser mijoter 10 minutes environ pour que toute l'eau de la crème s'évapore. La sauce doit être onctueuse. On peut ajouter un peu de curry si on veut.

Compter 100 g environ de riz par personne : moitié riz blanc (j'utilise du basmati parfumé au jasmin) et partager le reste entre du riz de camargue et du riz noir. Faire cuire dix minutes dans de l'eau salée.

Servir le plat très chaud.

 

Emince-de-poulet-a-la-creme-et-riz-sauvage-1.jpg

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 16:25

chemin-sauvage.jpg

 

Jean-François HAAS

 

                                                           images (2)

 

Roman

 

L'AUTEUR :

C'est un écrivain suisse, né en 1952. Il a fait ses études à l'Université de Fribourg.

 

 

 

LE LIVRE : Le chemin sauvage ( 325 pages – 2012)

Sélection Suisse-Romande du prix de Lettres Frontières 2013.

Le narrateur, un jeune garçon de 13 ans vit beaucoup dans l'imaginaire. L'histoire se passe il y a 50 ans dans un village suisse. Il joue très souvent avec ses copains Rémi et Tonio. Ils inventent des jeux de guerres comme pendant la seconde guerre mondiale. Un barrage est en train d'être constuit par des italiens, travailleurs étrangers pas vraiment aimés par les habitants. Le narrateur est ami avec Myriam, une petite-fille de son âge qui est orpheline. L'orphelinat la « mise » : c'est à dire qu'elle est vendue à une ferme pour travailler comme servante. Une esclave à bon marché ! Ils vont à l'école ensemble et elle lui raconte son rêve : retrouver sa mère. Mais Myriam subit les avances du grand-père, du fils, d'un soldat et le raconte à son ami. Et Myriam disparaît ! Et puis on retrouvera son corps dans une grotte ; elle a été violée et assassinée. Seul le jeune-garçon peut témoigner de ce qu'elle a dit mais il est fils d'ouvrier et les habitants voient d'un mauvais œil tout ce qu'il raconte. Ils vont être obligés de déménager, mais il n'oubliera jamais et finira par connaître le fin mot de l'histoire.

 

 

MON AVIS : C'est une histoire intéressante qui aurait pu se passer dans n'importe quel village du monde. Les habitants n'aiment pas les étrangers, exploitent les enfants, etc... Par contre j'ai été déroutée par l'écriture très complexe, « littéraire ». De grands paragraphes descriptifs : il faut s'accrocher pour les lire. Et puis j'ai eu du mal à comprendre les différents mondes du garçon, je n'arrivais pas à savoir quand il racontait la réalité et quand il imaginait. Au bout d'un moment, j'ai compris mais vraiment j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Dans la gueule de la baleine guerre

J'ai avancé comme la nuit vient.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai eu aucune envie de proposer une recette de cuisine.

 

 

 

 

Martine M.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens