Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 08:11
Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen
Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen

Arto PAASILINNA

 

Roman finlandais

 

L'AUTEUR :

Il est né le 20 avril 1942 dans un camion en Laponie finlandaise : sa famille fuyait l'armée russe, les combats. Il travaille dès l'âge de 13 ans et fait plusieurs boulots tels que bûcheron, ouvrier agricole, des travaux physiques. Il reprend les études à 20 ans et intègre l'Ecole Supérieure d'Education Populaire de Laponie. Il devient journaliste. Il est marié, a deux fils et habite dans son domaine de Kuusilaakso (la vallée des sapins) à une heure d'Helsinki. En 2009, il a été victime d'un accident vasculaire cérébral. Il a écrit environ 35 romans et des poèmes aussi.

 

 

 

 

LE LIVRE : Le bestial serviteur du Pasteur Huuskonen (308 pages – 2007) Denoël

Le pasteur Oskar Huuskonen est un prédicateur un peu spécial : au lieu de s'occuper de sa femme, de sa maison et de sa paroisse, il multiplie les aventures féminines, sa foi n'est plus ce qu'elle était et par conséquent ses prêches ne correspondent plus à ce que l'église attend de lui, il se met à lancer des javelots du fond d'un puits, et ses ouailles lui offrent pour ses 50 ans un ourson. Celui-ci vient de perdre sa mère : tous les deux ils avaient pillés un maison remplies de plats confectionnés par une dame traiteur ; elle les surprend, les pourchasse, et se retrouve au sommet d'un pylône à haute tension ; elle meurt bien entendu électrocutée ainsi que la maman ourse. Le pasteur se retrouve avec cet ourson auquel il s'attache et qu'il appelle Belzébuth. Il lui construit un tanière pour hiberner l'hiver et va vivre avec lui ainsi qu'une chercheuse qui veut observer le comportement des ours. Sa femme finit par le quitter et il est chassé par l'église. Commence un périple qui le fera voyager : parallèlement il éduque son ours qui sera capable de devenir serviteur (il saura repasser).

 

BIBLIOGRAPHIE :

Petits suicides entre amis

Le lièvre de Vatanen

Les mille et une gaffes de l'ange-gardien Ariel Auvinen

La douce empoisonneuse

Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison

Prisonnière du paradis

La forêt des renards pendus

Le fils du Dieu de l'orage

Un homme heureux

Sang chaud, nerfs d'acier

Le cantique de l'apocalypse joyeuse

Le meunier hurlant

La cavale du géomètre

 

 

 

 

MON AVIS :

J'ai été déroutée au début par cette histoire abracadabrantesque : c'est tellement improbable tout ce qui arrive à ce pasteur, que cela devient comique. Le livre est plein d'humour burlesque. J'ai eu du mal à accepter de mettre de côté la réalité et à entrer dans cette histoire loufoque d'ours qui se domestique et qui est capable de prier, de repasser, de laver le linge, etc... Par contre cette idée n'est pas une seule fois dérangeante, tellement c'est bien écrit et toujours avec ce côté amusant qui rend ces aventures inénarables.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne connais aucune recette de cuisine finlandaise par contre je vais proposer un extrait du texte pour donner envie de découvrir ce livre :

 

Le pasteur s'entraîne au javelot ascensionnel et l'évêque le cherche :

« L'évêque et le général se rendirent à Rekitaival. La nuit commençait à tomber quand ils arrivèrent à la ferme indiquée par la pastoresse. Les habitants leur apprirent que le pasteur Huuskonen était dans le puits de la cour, mais qu'il ne fallait pas y aller, c'était dangereux. Monseigneur Ketterström ne voyait cependant pas quel risque il pouvait y avoir à jeter un coup d'oeil dans un puits. Il traversa la cour et cria dans l'ouverture :

  • Oskar, qu'est-ce-que tu fais là ? Remonte, mon cher frère !

Des profondeurs jaillit un javelot, couronné de la gerbe d'étincelles d'un cierge magique. Sa pointe frappa l'évêque en pleine poitrine. Dans un craquement sinistre, le fer pénétra sous la clavicule droite et, après avoir traversé les muscles du torse, se ficha dans l'omoplate. Le javelot dans le corps, Monseigneur Uolevi Ketterström roula sur le flanc comme l'élan transpercé par sa balle de fusil , ses pieds battant follement l'air. Le cierge magique lui brûla un pan de chemise et lui noircit le nombril.

Ce fut le drame. Le général de brigade utilisa son téléphone portable pour appeler d'urgence le docteur Seppo Sorjonen, qui promit de filer comme une flèche à Rekitaival. Le médecin recommenda de ne pas tenter de retirer brutalement le javelot de son logement tant qu'il n'aurait pas examiné le patient ».

 

C'est ce genre d'aventure qui arrive au pasteur tout au long du roman.

L'auteur a dit lors d'une interview : «les Finlandais ne sont pas pires que les autres, mais suffisamment mauvais pour que j'ai de quoi écrire jusqu'à la fin de mes jours ».

 

 

 

 

Martine M.

Partager cet article

Repost0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 16:53
Les disparus de Dublin
Les disparus de Dublin

John BANVILLE, pseudonyme Benjamin BLACK

 

Roman policier irlandais

 

L'AUTEUR :

Il est né le 8 décembre 1945 à Wexford en Irlande. Il est journaliste et écrivain irlandais et vit à Dublin. Il écrit depuis 1970 et a reçu de nombreux prix littéraires tels que le James Tait Black Memorial Prize ou le Prix Booker. Les disparus de Dublin est son premier roman policier et il prend un pseudonyme pour ces livres-là.

 

 

 

 

LE LIVRE : Les disparus de Dublin (437 pages – 2010) Editions du Nil

On est en 1950 à Dublin. Quirke est médecin légiste et surtout alcoolique. Sa femme est morte en couches depuis plusieurs années et il noie son mal être dans l'alcool. Il était surtout amoureux de la sœur de sa femme qui est mariée et a une fille. Quirke a été adopté dans sa jeunesse par un juge, personnage très important dans la société de Dublin. L'intrigue policière tourne autour de la mort d'une inconnue décédée dans des circonstances bien mystérieuses. De plus, il apprend qu'elle travaillait pour sa famille : son frère, le vrai fils du juge, qui a épousé la femme qu'il aimait. Il va s'entêter à comprendre pourquoi cette mort, malgré les menaces, les autres assassinats et son état psychologique. Mais c'est aussi une personne qui a du flair et est tenace.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : les enquêtes de Quirke :

La disparition d'April Latimer

La double vie de Laura Swan

Mort en été

Livres parus sous son vrai nom, John Banville :

La mer

Infinis

Athéna

Impostures

Eclipse

Avec d'autres auteurs : Nouvelles d'Irlande

 

 

 

 

MON AVIS :

J'ai bien aimé le bouquin même si je n'ai pas trouvé l'intrigue très palpitante. Le livre est plutôt axé sur la vie de Quirke, ses états d'âmes et les années 50 en Irlande. En toile de fond, on devine les difficultés protestants-catholiques. Par contre, ce trafic d'enfants adoptés, les personnes qui sont impliquées sont bien décrits. Un roman policier à découvrir et bien mené.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je continue sur ma lancée avec l'ail des ours en proposant une dernière recette utilisant ces feuilles si parfumées.

 

Quiche à l'ail des ours :

 

Cette-fois ci, hacher grossièrement à la main des feuilles d'ail des ours et les faire revenir à la poêle jusqu'à ce que toute l'eau se soit évaporée.

Mélanger 3 œufs entiers, du sel, du poivre, de la coriandre en poudre : les battre en omelette et ajouter de la crème fraîche liquide (environ une petite brique).

Disposer une pâte feuilletée dans un moule à tarte, couvrir de feuilles d'ail des ours cuites, et ajouter la préparation aux œufs et à la crème. Parsemer de gruyère râpé. Faire cuire à four à 180° (thermostat 7) pendant 20 minutes environ comme une quiche normale. Nous l'avons dégustée tiède.

 

 

 

 

Martine M.

 

 

Les disparus de Dublin
Les disparus de Dublin
Les disparus de Dublin

Partager cet article

Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 22:03
L'énigme de Saint-Olav
L'énigme de Saint-Olav

Indrek HARGLA

 

Roman policier estonien

 

L'AUTEUR :

Il est né le 12 juillet 1970 à Tallinn en Estonie. Il est écrivain depuis 1998 et écrit surtout beaucoup de nouvelles et maintenant des romans. Il a reçu de nombreux prix dont le Prix Friedebert Tuglas de la nouvelle, celui de la fondation estonienne pour la culture ainsi que le Prix Eduard Wilde en 2012. Il a été dans les années 2000, le porte-parole d'un mouvement littéraire fantastique typiquement estonien, « l'ethnofantastique » qui fait appel à l'usage des motifs tirés du folklore estonien. Il est passionné de romans policiers et d'histoire médiévale.

 

 

 

 

LE LIVRE : L'énigme de Saint-Olav (331 pages – 2012) Editions Gaïa

L'histoire se déroule dans la ville de Tallinn en Estonie en 1409. Un haut responsable de l'Ordre des Chevaliers est décapité avec une pièce de monnaie insérée dans sa bouche. D'autres morts presque similaires vont survenir et donner du fil à retordre à Melchior, apothicaire de son métier, mais aussi détective à ses heures. C'est son ami, le bailli de la ville qui lui demande de mettre ses compétences au service de la ville. On va y trouver l'Ordre des Têtes-Noires, des moines Dominicains bien mystérieux, des marchands divers tels que orfèvre, maître chanteur, compagnon bâtisseur. Et la bière est omniprésente, on comprend que c'est la boisson importante de l'époque et du pays. C'est un policier médiéval.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le spectre de la rue du puits : deuxième volet des enquêtes de Melchior

 

 

 

MON AVIS :

J'aime bien ce genre de policier historique, j'en ai déjà lus plusieurs de pays différents. C'est vrai que l'Estonie m'était inconnue et c'est vraiment réussi. Une belle découverte et j'essaierai de me procurer le deuxième qui vient de sortir en France.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je vais proposer une recette de potage rustique : on pourrait supposer qu'à l'époque, ils auraient très bien pu le manger.

Potage à l'ail des ours

 

Ramasser dans les bois, l'ail des ours, laver les feuilles. Mettre dans une cocotte minute l'équivalent d'une bonne poignée d'ail des ours par personne, ajouter quelques pommes de terre, du sel et du poivre et faire cuire comme une soupe ordinaire. Quand elle est cuite, la mouliner et ajouter au moment de servir un peu de crème fraîche liquide. Vérifier l'assaisonnement et servir avec un bon pain de campagne.

 

 

 

 

Martine M.

 

L'énigme de Saint-Olav
L'énigme de Saint-Olav

Partager cet article

Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 22:41
21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Suisse Romande :

 

Est-ce entre le majeur et l'index, dans un coin de la tête que se trouve le libre-arbitre ? De Antonio ALBANESE

 

La trame est constituée par ces 50 mots (violent, uniforme, recherche, multiple, mous, lent...) tirés d'une pièce du compositeur d'origine hongroise Stvan Zelenka, qui agissent comme 50 repères dans l'écriture de ce journal de mon libre-arbitre. Chacun de ces mots ouvre vers quelque chose, donne prétexte ici à une réflexion, là à un extrait de dialogue, un poème, la restitution d'un souvenir. La recherche du libre-arbitre, plus précisément, des conditions d'exercice du libre-arbitre, apparaît comme le fil conducteur de l'ouvrage. Pourquoi est-ce que je pense comme je pense ? L'auteur s'interroge là-dessus.  

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Suisse Romande :

 

Le milieu de l'horizon de Roland BUTI

 

Gus a quitté l'enfance un été de canicule. Alors qu'il aide son père paysan, lit et relit ses bandes dessinées, se baigne dans un réservoir souterrain avec Mado, la fille perdue du village, son univers familier et rassurant se fissure. La mère de Gus, présence constante, tendre et complice s'éloigne peu à peu de lui, tandis que son père, pourtant véritable force de la nature, s'enferme dans sa chambre pour cuver son chagrin. L'impensable arrive. Gus doit alors prendre en main l'exploitation familiale, guider les camions-citernes de l'armée vers les champs desséchés, traire les vaches trop pleines d'avoir été oubliées. Quand il découvre le secret de sa mère, il vit la fin du monde.

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Suisse Romande :

 

Les Mensch de Nicolas COUCHEPIN

 

Les Mensch : une famille normale, vivant dans un quartier normal, cultivant des craintes et des aspirations normales. Théo, le père, a peur de vieillir, Murie, l'épouse craint de ne pas être la mère parfaite. Marie, la fille, découvre qu'elle n'est pas éternelle et Simon, le fils, handicapé mental, aspire à une indépendance impossible. A l'approche des vacances d'été, Théo commence de déblayer la cave de la maison autrefois comblée par sa mère pour s'y installer avec sa famille. Chacun a ses raisons d'accepter de s'enfermer en-bas et chacun l'exprime à sa manière.

 

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Suisse Romande :

 

Sibylle une enfant de Silésie de Bettina STEPCZYNSKI

 

Sibylle c'est le regard d'une enfant sur l'histoire d'une minorité allemande en Haute-Silésie contrainte par les accords de Potsdam à l'exil dans sa propre nation. C'est un destin familial décrit du côté des vaincus avec sensibilité, humanisme par une descendante des Sprachlosen.

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Suisse-Romande :

 

 

 

Le Transparent de Françoise MATTHEY

Il n'y a pas de place pour l'hagiographie dans un temps de manque : nous ne croyons plus aux miracles et point trop aux mystères. Mais peut-être la vie de saint est-elle un genre littéraire viable et fait pour notre époque ? Là, il ne nous est plus demandé de croire, mais d'adhérer à une forme de spiritualité. L'auteure l'a compris, et très profondément. Le chemin que parcourt son Transparent est de la plus haute exigence et marqué par des obstacles qui pourraient, toutes proportions gardées vu les siècles qui ont passé, être encore de ceux qui s'opposent à notre besoin de transcendance et d'oubli de soi. Aussi, est-ce un peu notre voix que nous entendons dans les poèmes en « je » qui parsèment le récit et lui font un écho intériorisé. Tendu vers sa fin, très ténu dans une prose où la brièveté de la phrase accueille pourtant en permanence l'image et la formule de poésie, son récit accompagne la souffrance et la détermination d'un saint et nous achemine avec lui vers une lumière très précieuse.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 22:20
21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Rhône-Alpes :

 

Le divan de Staline de Jean-Daniel BALTASSAT

Staline, un Staline qui n'a plus que trois ans à vivre, se retire quelques jours dans sa Géorgie natale. La Vodieva, sa maîtresse de longue date, le rejoint dans le palais décadent où il s'est installé. Elle est accompagnée d'un jeune peintre qu'elle protège. Ce Danilov, prodige du réalisme socialiste, a conçu une oeuvre inouïe pour célébrer la glorieuse éternité du Petit Père des peuples. Rien, bien-sûr, ne se passe comme prévu. Nuits d'insomnies, interrogatoires infinis, infinie attente. Allongé sur un divan étrangement identique à celui de Freud, Staline joue avec les fantômes qui hantent ses rêves : sa mère, son épouse suicidée, ses années de Sibérie et Lénine, le plus grand des pères menteurs. Autour de celui qui ne tremble jamais, il n'y a que terreur, soumissions, impitoyable cruauté : son véritable monument d'éternité.  

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Rhône-Alpes :

 

La clôture des merveilles de Lorette NOBLECOURT

Moniale du 12 ème sièce, Hildegarde de Bingen a marqué son époque. Ce ne sont pas seulement ses écrits, sa connaissance scientifique ou botanique, sa légende ni son prestige qui ont fait de l'abbesse un sujet pour l'auteure, mais bien l'insoumission radicale où elle se tient, incarnant, au Moyen-Age, une liberté sans pareille. Plus qu'un récit de vie, ce court livre témoigne d'une expérience affective, celle du sacré, que l'enfant Hildegarde, donnée aux sœurs à 8 ans, éprouve au plus près d'elle-même, de ses sensations, de sa redoutable intuition, dont, l'âge venant, elle va déployer l'éblouissant éclat.

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Rhône-Alpes :

 

N'entre dans mon âme avec tes chaussures de Paola PIGANI

Autour du feu, les hommes du clan ont le regard sombre en ce printemps 1940. Un décret interdit la libre circulation des nomades et les roulottes sont à l'arrêt. En ce temps de guerre, les Manouches sont considérés comme dangereux. D'ailleurs, la Kommandantur d'Angoulême va bientôt exiger que tous ceux de Charente soient rassemblés dans le camp des Alliers. Alba y entre avec les siens dans l'insouciance de l'enfance.A 14 ans, elle est loin d'imaginer qu'elle passera là 6 longues années, rythmées par l'appel du matin, la soupe bleue à force d'être claire, le retour des hommes après leur journée de travail. C'est dans ce temps suspendu, loin des forêts et des chevaux qu'elle deviendra femme au milieu de la folie des hommes.  

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Rhône-Alpes :

 

Le garçon incassable de Florence SEYVOS

« Elle » ne sait pas encore que son enquête à Hollywood pour mener des recherches sur la vie de Buster Keaton va la conduire au plus près d'elle-même, réveillant le souvenir d'Henri, ce frère différent qui l'a accompagnée pendant toute sa jeunesse. Henri et Buster ont en partage une enfance marquée par des expériences physiques très brutales, une solitude inguérissable, une capacité de résistance aux pires épreuves, une forme singulière d'insoumission.  

21ème sélection de LETTRES FRONTIERE

Sélection Rhône-Alpes : 

 

L'échange des princesses de Chantal THOMAS

En 1721, Philippe d'Orléans est Régent dans l'attente que Louis XV atteigne la maturité légale. L'exercice du pouvoir est agréable, il y prend goût. Surgit alors dans sa tête une idée de génie : proposer à Philippe V d'Espagne un mariage entre Louis XV âgé de 11 ans et la très jeune infante, Maria Anna Victoria âgée de 4 ans qui ne pourra donc enfanter qu'une décennie plus tard. Ce laps de temps permet l'espoir d'un malheur qui l'assiérait définitivement sur le trône de France. Il propose aussi de donner comme épouse au jeune prince des Asturies, le futur héritier du trône d'Espagne sa fille Mademoiselle de Montpensier. Mais les choses ne se passeront pas comme prévu !

Partager cet article

Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 11:45
La nostalgie des dragons
La nostalgie des dragons

Dimosthénis KOURTOVIK

 

Roman policier grec

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1948 à Athènes. Il a fait des études de biologie à Athènes, Stuttgart et en Pologne pour terminer un doctorat portant sur l'évolution de la sexualité humaine au cours des âges. Il a ensuite enseigné cette matière à l'Université de Crète ainsi que la sexualité dans l'art. Il parle environ 15 langues. C'est un scientifique, écrivain, traducteur, anthropologue et critique littéraire. Il se consacre à l'écriture.

 

 

 

 

LE LIVRE : La nostalgie des dragons (394 pages – 2004) Actes Sud

Un musée athénien de nos jours : une momie oubliée dont personne ne s'occupe disparaît. Le professeur Ion Dragonas, conservateur du musée fait figure d'incompétent. Il va parcourir l'Europe avec Andromaque Koutroubas, policière grecque, afin de retrouver cette momie et de comprendre pourquoi autant de morts jalonnent leur parcours. Qui est-elle, de quand date-t-elle exactement ? Pourquoi est-elle aussi importante pour certains ?

 

 

BIBLIOGRAPHIE : seuls ces deux titres de l'auteur ont été traduits en français.

Poussière d'étoiles et la nostalgie des dragons

 

 

 

MON AVIS :

J'ai été déroutée au début de ce mélange policier et anthropologie. Il y a de nombreuses disgressions qu'il faut suivre avec attention car elles sont importantes pour la compréhension de l'intrigue. Les rebondissements sont tellement multiples qu'il faut vraiment être vigilant pour ne pas se perdre en route. Roman policier déroutant, intéressant, et sortant des sentiers battus.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne vois aucune recette de cuisine pouvant se rapprocher un tant soit peu de l'homme de Néandertal, d'une momie, de sectes et de personnages vraiment bizarres.

 

 

 

Martine M.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 09:31
La Cène secrète
La Cène secrète

Javier SIERRA

 

Roman policier historique espagnol

 

L'AUTEUR :

Il est né le 11 août 1971 à Teruel en Espagne. Il est journaliste pour la presse écrite, la radio et la télévision. Il a été rédacteur en chef du magazine « Au-delà de la science «  pendant 6 ans. Il se consacre maintenant à l'étude de l'histoire mystérieuse et à écrire sur ce sujet. Il a reçu plusieurs prix littéraires pour ses romans dont seulement deux sont traduits en français. Meilleur roman historique en 2007, meilleur roman d'aventure en 2011, etc... Il vit à Madrid avec son épouse et ses deux enfants.

 

 

 

 

LE LIVRE : La Cène secrète (371 pages – 2005) Plon - 1er roman de l'auteur.

Italie en 1497 : Léonard de Vinci termine sa fresque au monastère de Santa Maria delle Grazie. La Cène fait beaucoup parler d'elle, on la soupçonne de véhiculer les idées Cathares. Le père Leyre est un inquisiteur envoyé sur les lieux pour vérifier cette hypothèse et surtout pour essayer de trouver un mystérieux assassin de moines. Quel est le lien entre cette fresque, l'enquête du père Leyre, les Cathares, le pape Alexandre VI et ce tueur fou ?

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

La dame en bleu

 

 

 

MON AVIS :

J'ai bien aimé le roman car il est bien écrit. Il peut sembler compliquer avec toutes les références bibliques et picturales. Heureusement des notes à la fin du livre permettent de bien comprendre les innombrables références à l'histoire, la religion et la peinture. La Cène de Léonard de Vinci serait truffée de codes secrets et d'énigmes ? La démarche m'a parue intéressante et du coup je suis allée mieux voir cette célèbre fresque sur internet.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Plutôt que de donner une recette de cuisine, je préfère proposer une photo de la célèbre fresque de Léonard de Vinci !

 

 

Martine M.

 

La Cène secrète

Partager cet article

Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 09:52

Jul

Jul
Jul

Pawel GOZLINSKI

 

Roman policier historique polonais

 

L'AUTEUR :

Il est né près de Varsovie en 1971. Il a fait des études de théâtre, de philosophie et de sociologie. Il est journaliste et dirige le service reportage du quotidien Gazeta Wyborcza ainsi que l'institut polonais de reportage. C'est tout ce que j'ai pu trouver sur internet. Jul est son premier roman.

 

 

 

 

LE LIVRE : Jul (378 pages – 2013) Editions Noir sur Blanc

L'histoire se passe à Paris en juillet 1845. Des crimes atroces sont commis ayant tous un lien avec Adam Podhorecki, un polonais réfugié à Paris. Le commissaire Lang, de la Sûreté, essaie de comprendre ces assassinats. Le milieu des polonais réfugiés est complexe, mystérieux, avec des révolutionnaires, des intellectuels, des espions russes, des sectes, des prophètes, etc...

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Seule publication de l'auteur.

 

 

 

MON AVIS :

J'ai eu beaucoup de mal à comprendre le livre du fait de mon ignorance totale de l'histoire de la Pologne. En effet, cette histoire est le noeud de l'intrigue, omniprésente, avec beaucoup de références à une révolution étouffée avec violence par l'empire russe des tsars. Les noms des protagonistes aussi sont difficiles à retenir. Par contre la traduction donne une écriture intéressante, la description du Paris de cette époque aussi. Un livre à découvrir. Mais il reste un policier compliqué et alambiqué.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette polonaise à proposer.

 

Martine M.

Partager cet article

Repost0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 09:17
Au nom du Feu Sacré
Au nom du Feu Sacré

Esther HARTWELL

 

Roman fantasy

 

L'AUTEURE :

Elle est née en 1969. Elle est passionnée par la culture celtique et le Moyen-Age. Je n'ai pas trouvé plus de choses sur elle sur internet.

 

 

 

 

LE LIVRE : Au nom du feu sacré (602 pages - 2007)

Sur la terre, les humains sont partagés en deux peuples. Le peuple Masculin du Ciel et le peuple Féminin de la Terre. Ils se rencontrent tous les 10 ans pendant quelques mois. Chaque humain est lié à un animal fantastique. Si l'un décède, l'autre meurt aussi. Ils se servent également de la magie et tout le monde n'a pas forcément la même. Ils ne connaissent pas la sexualité et les bébés leurs sont donnés mystérieusement lors d'une cérémonie de l'accueil. Depuis peu, les nourrissons sont malades et malgré toute leur magie, ils ne peuvent pas les guérir. Si ils veulent que leurs peuples se perpétuent, ils faut trouver une solution. En consultant la plus ancienne habitante qui vit seule et éloignée, les hommes et les femmes, ensemble, doivent partir à la recherche du Feu Sacré. C'est une quête d'initiation qui finira par leur apprendre d'où ils viennent bousculant toutes leurs connaissances et leurs modes de vie. En chemin, ils croiseront d'autres races, à leur grande surprise, et se heurteront à beaucoup de dangers. Ils vont apprendre à vivre ensemble, la solidarité, se battre pour survivre.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Je n'ai pas trouvé d'autres livres de cette auteure.

 

 

 

MON AVIS :

J'ai eu du mal au début à entrer dans l'histoire. Petit à petit j'ai trouvé le livre passionnant, bien écrit, c'est un bon roman de fantasy.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Les femmes et les hommes doivent se débrouiller pour manger dans la nature. Je vais proposer une recette de pesto à l'ail des ours, car là aussi il faut aller le cueillir dans les bois. Cette plante pousse près des rivières et il faut la cueillir (seulement les feuilles) au printemps avant la floraison.

Pesto et canapés à l'ail des ours

Quand on a enlevé les queues des feuilles et que celles-ci sont bien lavées, les sécher un peu et les mouliner. Mon mari les hache d'abord un peu à la main et ensuite je les passe petit à petit dans un robot hacheur. C'est la partie la plus longue de la recette.

Ensuite je prépare plusieurs petits bocaux avec des ingrédients différents. Cette année j'ai fait :

pesto nature : mettre du hachis d'ail des ours et couvrir d'huile d'olive.

Pesto avec des tomates séchées : la même base et ajouter des tomates séchées coupées en petits morceaux.

Pesto avec des pignons et du parmesan : même base et ajouter des pignons et du parmesan hachés.

Pesto aux anchois : même base et ajouter des anchois en petits morceaux.

Il faut surtout que l'huile d'olive couvre bien le pesto.

Pour les canapés, j'ai fait griller du pain en tranches. J'ai pris le pesto dans un saladier, j'ai goûté pour rectifier l'assaisonnement ; généralement il faut rajouter du sel. On peut aussi prendre de la baguette et la faire griller légèrement.

C'est très bon, avec ce goût d'ail et d'herbes.

 

 

 

 

Martine M.

Au nom du Feu Sacré
Au nom du Feu Sacré
Au nom du Feu Sacré
Au nom du Feu Sacré
Au nom du Feu Sacré
Au nom du Feu Sacré

Partager cet article

Repost0
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 22:10
Mariage à l'indienne
Mariage à l'indienne

Kavita DASWANI

 

Roman indien

 

L'AUTEURE :

Elle a grandi à Hong-Kong, mais sa famille est originaire de Mumbai (Bombay) en Inde. Elle est journaliste pour le Los Angeles Times où elle vit actuellement avec son mari et ses deux fils. Elle a été rédactrice de mode et a beaucoup voyagé.

 

 

 

 

LE LIVRE : Mariage à l'indienne (317 pages - 2006)

Anju est née à Bombay et elle est déchirée entre les traditions indiennes et sa vie à New-York où elle est journaliste de mode. En Inde, le mariage est une tradition, surtout une institution qui donne lieu à de grandes journées de fêtes où tout le monde regarde tout le monde. Anju a 29 ans et bien sûr comme elle n'est pas encore mariée, c'est la course au mari. Il faudra qu'elle s'accepte telle qu'elle est avec sa dualité de femme indépendante et de femme indienne pétrie de traditions. Quand elle aura accepté sa vie, elle trouvera le bonheur. Ce ne sera pas un long fleuve tranquille !

 

 

BIBLIOGRAPHIE : seuls deux livres ont été traduits en français.

Retour à Bombay et Mariage à l'indienne

 

 

 

MON AVIS :

J'ai bien aimé pour tout ce qui concerne la vie indienne et ses traditions en particulier le déroulement des mariages. Par contre, l'histoire en elle-même n'est pas forcément passionnante.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'y connais vraiment rien en cuisine indienne et je ne me permettrai donc pas de mettre une recette.

 

 

 

Martine M.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens