Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 08:45

Repas-hiver.gif

 

Hubert MINGARELLI

 

                                                         images (3)

 

Roman

 

L'AUTEUR :

Il est né le 14 janvier 1956 en Lorraine. Il quitte l'école à 17 ans pour s'engager dans la marine dans laquelle il restera 3 ans. Après il s'installe à Grenoble et fait différents métiers pour vivre. Il commence à publier dans les années 80. Maintenant il habite dans les Alpes. Dans ses romans, on retrouve souvent la thématique des rapports père-fils ainsi que l'amitié entre hommes.

 

 

 

LE LIVRE : Un repas en hiver ( 137 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, catégorie Rhône-Alpes.

 

Trois soldats allemands pendant la seconde guerre mondiale : Bauer, Emmerich et le narrateur.

C'est l'hiver en Pologhe, il fait très froid. Au début du livre, pour échapper à une corvée, on ne sait pas encore de quoi il s'agit, ils demandent à partir à la chasse. C'est à la page 43 que l'on comprend qu'ils vont à la chasse aux Juifs. Ils en trouve un et sur le chemin du retour s'arrêtent dans une maison abandonnée. Ils ont faim et veulent faire cuire une soupe avec de la semoule de maïs, un saucisson et un oignon. Il vont utiliser les portes, les chaises pour faire du feu dans le poêle.

Emmerich est le seul à avoir un enfant, un garçon, et il a constamment peur pour lui et demande toujours aux autres de lui donner des idées pour empêcher son fils de fumer. Cette préoccupation le rend taciturne et dépressif. Un polonais et son chien frappent à la porte, entrent pour se réchauffer. Le polonais insulte le juif et on comprend qu'il les déteste. Les allemands trouvent le polonais très déplaisant et se demandent si ils vont le jeter dehors ou lui donner un peu de leur soupe. Comme ils manquent de combustible, ils arrachent la porte de la remise où se trouvait le juif, plus aucune barrière ne les sépare maintenant. Bauer va proposer au juif de manger avec eux avant tout pour déplaire au polonais mais aussi par humanité. Emmerich voudrait le libérer mais ils ne peuvent pas. On comprend que leur désir de partir à la chasse leur permet d'échapper au boulot à la caserne : cela consiste à fusiller régulièrement des groupes de juifs.

 

 

MON AVIS : j'ai bien aimé le roman d'abord par son écriture magnifique, simple et descriptive. Dans sa simplicité, j'ai trouvé énormément de poids aux mots, il faut aller plus loin que le premier stade de lecture. L'histoire aussi est peu banale. L'amitié entre ces trois allemands est forte, les soutient et leur permet de continuer à vivre.

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Quatre soldats

La lettre de Buenos-Aires

La dernière neige

La promesse

Marcher sur la rivière

Une rivière verte et silencieuse

Hommes sans mère

La beauté des loutres

La route de Beit Zera

 

Romans ados :

Le bruit du vent

Le jour de la cavalerie

Océan pacifique

 

Roman jeunesse :

La lumière volée

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne propose pas de recette de cuisine mais plutôt un extrait du livre pour saluer l'écriture de l'auteur :

« Bauer donne le signal, il puisa une rondelle de saucisson dans la casserole et l'accompagna d'une bouchée de pain doré. Chacun y alla ensuite.

Ainsi commença le repas le plus étrange que nous fîmes en Pologne.

Dehors par la fenêtre, la lumière était toute pâle et s'en allait encore. Les flammes dans la cuisinière nous éclairaient par derrière, nous mangions et nos ombres nous accompagnaient en dansant sur la table. »

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens