Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 18:51

Otto.jpg

 

Tomi UNGERER

 

                                                             images (3)

 

Album jeunesse

 

L'AUTEUR :

Jean-Thomas Ungerer est né le 28 novembre 1931 en Alsace. L'entreprise familiale, c'est l'horlogerie depuis 1858 jusqu'en 1989. Pendant la seconde guerre mondiale, l'Alsace est annexée à l'Allemagne et l'horlogerie est réquisitionnée ; Tomi subit l'endoctrinement nazi. A la fin de la guerre, il aura du mal à l'école car on lui interdira de parler alsacien. Après le bac auquel il échoue, il voyage en Laponie, au Cap Nord et dans toute la France. En 1952, il s'engage dans le corps des Méharistes en Algérie. Il est réformé en 1953 et commence des études d'Arts Décoratifs. Il est renvoyé pour indiscipline ; il travaille alors comme étalagiste et publicitaire pour de petites entreprises. Il continue de voyager dans toute l'Europe en auto-stop. Il part aux Etats-Unis en 1956 à New-York. C'est le succès presque immédiatement grâce à ses affiches et à ses activités publicitaires. Il va publier 80 livres pour enfants en 10 ans. En 1971, il s'installe en Nouvelle Ecosse au Canada. Dans les années 80, il s'investit énormément pour l'amélioration des relations franco-allemandes. Il habite en Irlande depuis 1976. En 1998, il obtient le prix Hans Christian Andersen, mention illustrateur, la plus haute distinction pour un auteur de livres pour enfants. Il fait des donations fréquentes de ses œuvres et de sa collection de jouets à la ville de Strasbourg qui ouvre en 2007 un musée Tomi Ungerer dans la villa Greinier.

 

 

 

LE LIVRE: Otto, autobiographie d'un ours en peluche (2012 à l'Ecole des Loisirs)

Otto est un ours en peluche fabriqué en Allemagne. Il est cousu main et offert en cadeau d'anniversaire à David. David et son meilleur ami Oskar donnent son nom à Otto. Un jour, David revient avec une étoile jaune cousue sur son habit. Oskar ne comprend rien. David et sa famille sont emmenés par la Gestapo : David donne Otto à Oskar. Puis c'est le père d'Oskar qui doit rejoindre l'armée allemande. Ensuite, ce sont les bombardements et Otto se retrouve dans la rue. Il est trouvé par un soldat noir américain et à ce moment là une balle traverse l'ours avant de toucher le soldat. Celui-ci n'est que légèrement blessé grâce à Otto. Charlie accroche une médaille sur la poitrine d'Otto. Il rentre à la fin de la guerre aux Etats-Unis et donne l'ours en peluche à sa fille Jasmine. Otto est de nouveau heureux dans une famille aimante. Mais un jour, Jasmine se promenant avec Otto, des voyous lui arrachent l'ours et le jette dans une poubelle. Une vieille dame qui faisait les poubelles le ramasse le lendemain matin et le vend à une boutique d'antiquités. L'antiquaire remplace l'oeil arraché, essaie de le nettoyer et l'installe dans sa vitrine. De nombreuses années passent et personne ne l'achète. Un soir de pluie, un vieil homme allemand le reconnaît, c'est Oskar ! Il l'achète et l'emmène dans sa chambre d'hôtel. Il parle de son histoire à la presse qui publie un article avec une photo. Le lendemain, Oskar reçoit un coup de téléphone. C'est David ! Les deux hommes se rejoignent, leurs vies ont été dramatiques à cause de la guerre. Les parents de David sont morts dans un camp de concentration et lui-même est très affaibli et malade. Le père d'Oskar a été tué au front et sa mère est morte dans les bombardements. Ils décident de s'installer ensemble et bien-sûr, Otto ne les quittera plus !

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Le géant de Zéralda

Les trois brigands

Le nuage bleu

Allumette

Le maître des brumes

Jean de la lune

Adélaïde

 

Livres avec CD audio :

Weepers Circus à la récré

Mon abécédaire en 26 chansonnettes

 

 

 

MON AVIS : le livre a été étudié dans une classe de CM1-CM2 pendant que je travaillais en tant qu'auxiliaire de vie scolaire. Les enfants ont beaucoup aimé l'histoire liée à la seconde guerre mondiale. Ce qu'ils ont observé : Otto devient petit à petit un personnage à part entière comme un humain. A travers son regard, on observe la vie des Allemands pendant la période de la montée du nazisme, la déportation des juifs, les bombardements, la guerre et la libération avec les Américains.

L'extraordinaire destin de cet ours en peluche fait revivre l'histoire.

J'ai bien aimé l'album qui reste quand même un peu compliqué pour des petits. Le texte et les illustrations sont très parlants. Il y a énormément de choses à découvrir et c'est le cas dans tous les albums de l'auteur.

La fin du livre a beaucoup plu aux enfants ; ils ont aimé cette phrase: « un touriste allemand, survivant de la guerre, retrouve son ours en peluche chez un antiquaire américain ».

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

J'ai déjà donné une recette de pain perdu au four dans le blog ; dernièrement je l'ai modifié en y ajoutant des fruits : pain perdu aux pêches :

Prendre un plat à gratin, couvrir le fond avec du pain rassis coupé en tous petits morceaux. Mélanger 6 œufs entiers avec 150 g de sucre en poudre et 75 cl de lait. Verser cette préparation sur le pain et bien laisser imbiber.

Avant de mettre au four, couper des nectarines ou brugnons en tranches sans les éplucher. Disposer ces fruits sur le pudding pour couvrir tout le pain.

Faire cuire au four à thermostat 7 (180°) pendant une demi-heure environ. Surveiller pour que les fruits ne brûlent pas.

Nous aimons beaucoup déguster ce pudding encore tiède.

 

Pain-perdu-au-four-et-peches.jpg

 

Pain-perdu-au-four-et-peches-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Martine M.

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans ALBUM JEUNESSE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens