Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 09:08

prophétie

 

S.J. PARRIS

 

 

 

                                                                                                                                   images (1)

Roman policier historique

 

 

L’auteure :

S.J. PARRIS est le pseudonyme de Stéphanie Merritt. Elle est née en 1974 en Angleterre. Elle est auteur et journaliste. Elle a été rédacteur en chef adjoint littéraire de l’observateur de 1988 à 2005.

Elle met en scène dans une série (pour l’instant 3 livres pouvant se lire séparément) le personnage de Giordano Bruno qui a vraiment existé au 16è siècle. C’était un moine dominicain italien, philosophe, mathématicien et astronome. Il a beaucoup écrit sur l’art de la mémoire et les méthodes mnémotechniques.

 

 

Le  livre :  le temps de la prophétie (405 pages - 2012) 2ème volume 

Giordano Bruno est en principe au service du roi de France, Henri III. Il vit à Londres dans l’ambassade de France. Il est en réalité surtout agent double et espionne pour le service du ministre protestant anglais Walsingham. Grâce à son don d’observation et à sa fabuleuse mémoire, Walsingham demande son aide pour un meurtre commis au sein des demoiselles d’honneur de la reine Elisabeth. C’est dans un climat délétère, les catholiques désirant destituer la reine et mettre Marie Stuart sur le trône d’Angleterre avec l’aide de la France et de l’Espagne, qu’il va mener l’enquête très difficile. Complots et assassinats vengeurs vont singulièrement compliquer sa tâche.

 

 

Mon avis :

J’aime beaucoup le livre pour deux raisons principales : d’abord il est bien écrit et particulièrement documenté sur l’histoire de l’Angleterre au 16ème siècle. J’ai appris beaucoup de choses. Puis, le personnage de Giordano Bruno est très intéressant, moderne avec ses théories que l’inquisition n’approuve pas du tout. Un très bon roman policier historique.

 

 

Bibliographie :

Le prix de l’hérésie : premier livre avec Giordano Bruno.

Le troisième n’est pas encore traduit.

 

 

Les plaisirs de la table : je vais donner ma recette de sauce béchamel pour aller avec celle des lasagnes.

 

Un peu d’histoire : la sauce béchamel serait liée à Louis de Béchamel (1630-1703), Marquis de Nointel, surintendant de la maison d’Orléans et intendant de Bretagne. Il a perfectionné une ancienne sauce à la crème inventée par François Pierre de la Varenne (1615-1678), cuisinier du Marquis d’Uxelles.

 

C’est très facile de faire une sauce béchamel à condition de bien maîtriser les proportions :

Pour obtenir environ une casserole moyenne de sauce : faire fondre doucement 3 cuillères à soupe de beurre dans la casserole, ajouter 3 cuillères à soupe de farine, bien mélanger avec le fouet pour éviter les grumeaux ; hors du feu ajouter 3 verres de lait, bien mélanger et remettre sur le feu. La crème va rapidement épaissir. Ne pas laisser trop longtemps chauffer sinon elle sera trop épaisse. J’ai plusieurs variantes à cette base : pour les lasagnes par exemple j’ajoute une grosse cuillère à soupe de moutarde de Dijon pour lui donner ce petit goût piquant avec du sel et du poivre. On peut aussi remplacer un verre de l’ait par un verre de crème fraîche liquide. Cette sauce est très bonne sur des quenelles : à mettre au four ensuite pour laisser gratiner. On peut aussi y ajouter en fin de cuisson une petite boîte de concentré de tomates, par exemple pour un gratin de pâtes.

Les proportions sont toujours : même nombre de cuillère à soupe de beurre et de farine et même nombre de verre de liquide (lait + crème).

 

 

Martine M.

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans ROMANS POLICIERS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens