Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 20:43

 

jeu.jpg                                                            Kit Pearson

 

Le jeu du chevalier                                                                                       images (3)

 

Roman ados

 

  • L'auteure :

  • Kathleen Margaret Pearson est née le 30 avril 1947 au Canada. Elle est diplômée de littérature anglaise et a obtenu de nombreux prix pour ses romans jeunesse. Elle a été bibliothécaire à mi-temps pour pouvoir écrire et depuis que tous ses livres sont publiés au Canada, elle écrit à plein-temps. Elle donne aussi des conférences dans les écoles et les bibliothèques.

 

 

  • Le livre :le Jeu du Chevalier

 

  • La famille Bell (6 enfants et leur père) vit à Vancouver. Sébastien l'aîné s'est réfugié dans le monde imaginaire de la Table Ronde et des chevaliers du Roi Arthur après la mort de leur mère survenue 3 ans auparavant. Petit-à-petit, Rose d'abord (14 ans) et Corrie ensuite (11 ans) vont se faire des amies, s'intéresser à leur école et au monde qui les entoure. Sébastien, lui, pense qu'il est la réincarnation de Lancelot et quand il tombe amoureux, sa petite-amie est pour lui la réincarnation de Guenièvre. Leur père, qui s'était réfugié dans son travail (il est professeur) et surtout dans l'écriture d'un livre, s'enferme en permanence dans son bureau et les enfants de doivent pas le déranger. La maison se dégrade, devient sale et la dernière gouvernante engagée ne fait rien. Un soir, Sébastien ne revient pas et Corrie affolée attend son père qui est en retard. Ils le retrouveront plus tard dans un abri, sale, s'identifiant complètement à Lancelot et devenant fou comme le raconte la légende. Les mois d'été arrivant, Sébastien est soigné dans une clinique et le père prend enfin la famille en charge. Il parle aussi longuement de leur mère aux enfants. Pourtant Sébastien revenu à la maison n'est pas complètement guéri. C'est Corrie qui un soir l'oblige à l'écouter et lui dit tout ce qu'elle a sur le cœur. Son frère prend conscience de l'amour des siens et de la réalité. Il accepte que sa tante vienne s'occuper d'eux et réapprend enfin à vivre.

 

  • Mon avis : c'est un roman attachant et on se prend très vite d'affection pour cette famille même si j'ai eu du mal à comprendre le comportement du père qui ne s'aperçoit de rien. Par contre, la lente progression du mal-être de Sébastien et sa plongée dans l'imaginaire est très bien décrite. On comprend bien pourquoi il se réfugie dans l'imaginaire. Le jeu de rôle du chevalier Lancelot de la Table Ronde est beaucoup plus facile à vivre que la réalité de la mort de sa mère. Assumer son chagrin et celui des autres lui paraît insurmontable. Grâce à l'amour de sa sœur Corrie, il s'en sortira et toute la famille avec lui. Un très bon roman pour les ados.

 

  • Les plaisirs de la table :

    Corrie a pour amie Mérédith dont la mère adore cuisiner en particulier les petits gâteaux. Voici une recette de sablés que je fais souvent et qui a toujours autant de succès. L'avantage c'est que cette pâte ne s'étale pas au rouleau à pâtisserie.

    250 g de farine

    1 sachet de levure chimique

    150 g de sucre en poudre

    1 sachet de sucre vanillé

    1 œuf

    120 g de beurre bien ramolli

    Mélanger la farine et la levure, ajouter le sucre en poudre et vanillé, l'oeuf et le beurre.

    Bien malaxer comme une pâte à tarte jusqu'à ce que la pâte soit lisse et la mettre au réfrigérateur une bonne heure. Quand elle est bien froide, façonner un rouleau de 3 cm environ et laisser de nouveau reposer une heure au froid.

    Ensuite, couper des rondelles pas trop épaisses et les poser sur une plaque beurrée en les espaçant bien car quand elles vont cuire, elles vont s'étaler comme des sablés.

    Cuisson 10 minutes environ à four moyen. Il faut bien les surveiller pour ne pas que les sablés brûlent sur les côtés.

    Si on veut des sablés au chocolat, on peut ajouter à la farine un peu de chocolat en poudre.

    Ces sablés restent bien moelleux à l'intérieur et ne sèchent pas.

 

 

Martine M.

 

 




Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans ROMANS ADOS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens