Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 10:12

Grenouilles.jpeg

 

Mo YAN

 

                                                                  images (4)

 

Roman chinois

 

L'AUTEUR :

Son vrai nom est Guan MOYE. Il est né le 17 février 1955 à Gaomi dans la province de Shanday. Mo Yan veut dire « celui qui ne parle pas ». Il a reçu le prix Nobel de littérature pour son œuvre en 2012. Sa famille connaît la pauvreté pendant la révolution culturelle en 1966. Il va travailler dans une usine avant d'entrer dans l'armée populaire de libération en 1976 puis entrer au parti communiste en 1979. Mo Yan est diplômé de l'Institut des Arts et des Lettres de l'armée populaire de libération puis de l'Université Normale de Pékin.

Il publie sa première nouvelle en 1981 et prend son pseudonyme de Mo Yan. Il démissionne de l'armée où il travaillait au département de la culture en 1999. Son œuvre évoque l'histoire de sa province natale. Grenouilles dénonce les excès de la politique chinoise pour l'enfant unique. Ce sujet lui tient à cœur : sa femme avait été obligée d'avorter de son 2ème enfant. Il est connu en Occident grâce au film « le sorgho rouge » (1987) tiré de son roman du même titre. Le film a obtenu l'Ours d'Or à Berlin en 1988.

 

 

LE LIVRE : Grenouilles (408 pages - 2011)

Têtard est le narrateur : au travers de lettres qu'il écrit à un grand romancier japonais, il raconte l'histoire de sa vie, de son canton. Il voudrait écrire une pièce de théâtre parlant de la vie de sa tante, célèbre gynécologue. Cet échange épistolaire permet de faire revivre les familles des villages sous Mao et surtout de parler de la politique de l'enfant unique. En effet, la tante sera chargée du planning familial et pratiquera de nombreux avortements pour mettre en œuvre dans les campagnes cette politique.

 

 

BIBLIOGRAPHIE : entre autres

Le maître a de plus en plus d'humour

Beaux seins, belles fesses, les enfants de la famille Shanggun

La dure loi du karma

Le clan du sorgho

Le pays de l'alcool

Les treize pas

Le chantier

Quarante et un coups de canon

Le radis de cristal

Le veau plus le coureur de fond

Enfant de fer

La belle à dos d'âne dans l'avenue de Chang'An

Le supplice de Santal

Le grand chambard

Au pays des contes : discours pour le prix Nobel de littérature

La carte au trésor

La joie

Le veau

 

MON AVIS :

J'ai eu du mal au début à entrer dans le livre. Les phrases sont très longues avec beaucoup de descriptions. Je pense que c'est dû à la traduction. Ensuite j'ai été intriguée par l'histoire malgré de nombreux retours en arrière : parfois je ne savais plus à quelle époque j'étais. Le sujet de la politique de l'enfant unique est très intéressant et j'ai eu envie d'en savoir plus.

 

Je l'ai terminé mais j'ai mis plus de temps que d'habitude à lire le livre.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Aucune recette de cuisine ne m'est venue en lisant le roman, de plus lj'ai trouvé que le sujet particulièrement sérieux et important ne se prêtait pas tellement à la cuisine .

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans COMITE DE LECTURE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens