Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:31

Fee-d-hiver.jpg

 

André BUCHER

 

                                                        images (3)

 

Roman

 

L'AUTEUR :

Il est né en 1946 à Mulhouse. Il a beaucoup voyagé grâce à ses différents métiers tels que docker, bûcheron, routier, ouvrier agricole ou berger. Il s'installe à Montfroc dans la Drôme en 1975. Il y vit toujours. Il est le fils d'un chef de gare qui passait son temps libre à cultiver la terre. Il a commencé à 6 ans et cette passion ne s'est jamais démentie. Il s'intéresse à l'agriculture biologique et en a fait son métier. Il a planté environ 20000 arbres et maintenant il peut contempler cette forêt.

 

 

 

 

LE LIVRE: Fée d'hiver (153 pages – 2012)

Sélection du prix Lettres Frontières, section Rhône-Alpes.

 

 

Les personnages : Daniel et Richard, 2 frères qui ont vécu un drame épouvantable dans leur enfance ; leur père a tué leur mère dans une crise de jalousie et s'est ensuite suicidé. Ils vivent ensemble dans leur ferme.

Alice, Robert et Pierre sont frères et sœur et les enfants de celui qui était l'amant de la mère de Daniel et Richard. Ils ont une scierie où Alice travaille comme secrétaire. Elle ne s'entend pas du tout avec ses frères surtout Robert l'aîné qui est rétrograde et veut tout régenter, tout le monde doit lui obéir. Elle épouse Louis, leur cousin qui travaille également avec ses frères. Il est alcoolique et la bat, alors elle le quitte. Vladimir est un croate qui a vu toute sa famille massacrée pendant la guerre de Bosnie. Il arrive dans la vallée et travaille comme bûcheron à la scierie. Il se lie d'amitié avec Daniel et Richard qui vont lui offrir un toit et tombe amoureux d'Alice.

 

 

MON AVIS : Très belle écriture poétique parfois alambiquée mais tellement agréable à lire ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas appris de nouveaux mots et enrichit mon vocabulaire. Les descriptions de la nature, des hivers, des sentiments humains sont beaux, il ne faut pas sauter de mots ou de lignes ! Cela peut lasser certains lecteurs car le roman demande pas mal de concentration.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le pays qui vient de loin

Le cabaret des oiseaux

Déneiger le ciel

Pays à vendre

La cascade aux miroirs

La vallée seule (à paraître en août 2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je ne vais pas donner de recette de cuisine mais plutôt un extrait du livre pour montrer la richesse de vocabulaire du roman :Vladimir est devant sa petite maison dans le Val-triste et contemple la nature :

«  Le vent se taisait maintenant. Il contempla le ciel monté à cru, poncé, saturé d'étoiles. Sous la neige, il entendit le petit ruisseau clapoter de la langue avec, en bout de champ, terré sans doute dans la fourche, le trou d'un arbre, un hibou ou une effraie qui hululait. Sans quoi, plus rien, hormis le poids de ce superbe silence du lieu. Il se déployait, lui procurant une bienvenue sérénité avec la certitude que sa vie pourrait s'y dérouler, rugueuse, mais juste et méritée. Qu'il lui faudrait lutter, convaincre à son tour Alice que leur couple possédait un avenir et ne dépareillait pas le moins du monde au cœur de ce foutu pays. »

 

 

 

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans LETTRES FRONTIERE
commenter cet article

commentaires

Benoît 11/08/2013 15:12

Pour prolonger la découverte d'André Bucher et de son territoire :
http://andrebucher.tumblr.com

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens