Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 10:24

Double jeu       Sixième énigme

 

Yaïr LAPID

 

                                                                       images (1)

 

 

Roman policier israëlien

 

 

LES LIVRES : Double jeu (260 pages - 2007)

Yeoshua Sherman est détective privé, avant il était dans la police mais il s'est fait renvoyer, top honnête. Dans le livre, il est engagé par une femme qui croit que son mari la trompe. En enquêtant, il est le témoin d'un cambriolage de diamants et trouve une jeune-fille, qui a été violée. Comme elle fait partie de la communauté juive ultraorthodoxe, il la ramène chez lui pour la protéger. Réli, n'est autre que la fille du rabbin et il doit le rencontrer avant de faire quoi que ce soit. De fil en aiguille, il va être accusé de ce cambriolage, pourchassé par la police et ne pourra compter que sur sa sœur, Kravitz (l'amoureux de sa sœur, flic et le seul qui l'aide), Jacky (on ne sait pas trop si il fait partie de la pègre de la ville). Une machination qui vise à le faire tomber : il prendra des coups mais résoudra l'affaire ou les affaires ?

 

La sixième énigme (289 pages – 2008)

Une petite-fille est enlevée dans un quartier résidentiel deux ans auparavant sans que personne n'ait rien remarqué. Yeoshua est engagé par Hagan, la mère de la petite-fille, qui ne croit plus en la police et en personne. C'est une course contre la montre qui commence, car il s'aperçoit que des petites-filles sont enlevées tous les deux ans et assassinée au bout de ces deux années. Comment aucun flic lors de l'enquête policière n'a remarqué qu'un tueur en série sévissait ? Aidé de ses alliés habituels, Yeoshua va se battre pour faire éclater la vérité.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Ce sont les deux seuls livres pour l'instant traduits en français.

 

 

MON AVIS :

J'ai beaucoup aimé les deux livres : l'écriture est excellente, pleine d'humour et vraiment très fluide. Agréable à lire. Le fait que tout se passe en Israël ajoute à l'intérêt des intrigues : je ne connais absolument pas ce pays et c'est vraiment intéressant de découvrir la vie là-bas. Une vraie découverte pour moi.

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Je n'ai pas de recette qui pourrait avoir un lien même ténu avec les livres. Je n'en propose donc pas.

Pourtant le héros mange tout le temps aussi bien du sucré que du salé. Il a peur de grossir mais ne peut pas s'empêcher d'avaler des aliments. Je vais juste proposer le début de « Double jeu » pour avoir un aperçu de Yeoshua Sherman :

 

« A deux heures du matin j'ai appuyé sur le bouton pause du magnétoscope au milieu d'un thriller idiot et je suis allé me servir dans le frigo. Je me déteste lorsque je fais ça. Trois kilos de trop alourdissent ma taille depuis deux ans et refusent de disparaître. J'ai lu dans un journal que si on ne s'en débarrasse pas avant quarante ans, c'est foutu. J'en étais assez près. Debout, j'ai englouti deux tranches épaisses de pain blanc, avec de la charcuterie et un gros cornichon et j'ai regardé à la fenêtre, dans laquelle je voyais mon reflet, en tricot blanc et pantalon de jogging noir. Il pleuvait, et mon visage se divisait en de petits fleuves brillants. L'hiver 1987 était froid, déprimant, et je le passais en grande partie seul. Ici ou là, une fille me rendait visite une semaine, parfois deux, puis disparaissait. J'ai sorti une bière du frigo en essayant de trancher entre le film et le lit. Je restai là un moment, tournant dans ma tête ce dilemme. Puis la sonnerie du téléphone retentit. Je me dirigeai vers la chambre à coucher sans trop me presser et décrochai. »

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens