Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 10:15
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube

David S. KHARA

 

 

Roman policier fantastique

 

L'AUTEUR :

Il est né le 28 juillet 1969 à Bourges et il vit en Bretagne depuis les années 80. Il a suivi des études de Droit et devient journaliste à l'AFP, puis concepteur rédacteur publicitaire. Il fonde en 1993 son entreprise de communication sur les nouveaux médias dans laquelle il travaille 16 ans. Il se consacre à l'écriture depuis 2009 et parallèlement à cette activité il est scénariste conseil pour Alain Berbérian. David est son vrai prénom, S. est une référence à une personne de sa famille et Khara est le pseudo d'un de ses personnages du jeu en ligne World of Warcraft.

 

LE LIVRE : Les vestiges de l'aube

(146 pages – 2011) éditions Michel Lafon

Barry Donovan est flic à la criminelle de New-York. Il a perdu sa femme et sa fille lors des attentats du 11 septembre et a du mal à s'en remettre. Son seul réconfort est de dialoguer sur internet avec une homme, Werner von Lowinsky pour lequel il ressent beaucoup d'affinités. Parallèlement, il mène une enquête sur les morts d'hommes d'affaires, visiblement assassinés par un tueur à gages.

Werner est un homme spécial et Barry se pose beaucoup de questions sur lui, il ira de surprises en surprises.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

Série Projet Bleiberg :

T1 : projet Bleiberg

T2 : Projet Shiro

T3 : Projet Morgenstern

Série Barry Donovan :

Une nuit éternelle

Roman ados :

Série Thunder :

T1 : Quand la menace gronde

 

MON AVIS :

J'ai beaucoup aimé le livre, l'écriture et les héros. Je ne connaissais pas du tout cet auteur français et je vais essayer de me procurer ses autres ouvrages. Belle découverte !

Le roman a été adapté par l'auteur en bande dessinée avec le dessinateur F. PEYNET. Le premier tome s'appelle "le Tendre Serge".

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

Il faut toujours compenser les histoires policières par un peu de douceur !

 

Gelées de coings,  pâtes de coings 

 

Pour faire la gelée : mettre le même poids de fruits que d'eau avec du citron pour que les fruits restent bien clairs et cuire.

Quand les fruits sont cuits, les passer dans un torchon ou une passoire très fine pour recueillir le jus. Mettre de côté la pulpe.

Peser le jus et ajouter le sucre en poudre. Je ne mets jamais le même poids de sucre que de jus. Par exemple pour 1 kg de jus je vais ajouter 600 g de sucre.

On peut ajouter de la vanille ou du gingembre ou de la cannelle c'est selon les goûts.

Faire cuire jusqu'à ce que la gelée prenne : prendre une assiette bien propre et poser de la gelée dessus, si la confiture ne coule plus c'est qu'elle est prise.

 

Pour les pâtes de fruits : un conseil, il faut être deux car c'est long et fatigant.

Pour le coup, cette fois-ci il faut le même poids de pulpe de fruits que de sucre. Pour les épices, c'est la même chose, c'est selon les goûts. Mixer la pulpe pour qu'il n'y ait plus de morceaux.

Faire cuire ce mélange pulpe fruits + sucre pendant environ 20 minutes. Il faut que la mélange se décolle des parois. Attention au bout d'un moment, la pâte va faire des bouillons qui peuvent sauter de la gamelle et brûler, il faut à ce moment là baisser le feu. Ce qui est fatigant c'est qu'il ne faut jamais arrêter de tourner avec un fouet pendant la cuisson. Tourner, tourner, ça fait les muscles des bras et des épaules, c'est pour cela qu'il faut être deux.

Quand c'est cuit, étaler la pâte dans des barquettes d'aluminium large et plates sur une hauteur ne dépassant pas 2 centimètres et laisser refroidir. Quand c'est froid, démouler sur une grande plaque et couper des petits cubes. Les espacer et laisser sécher dans un endroit bien sec, il ne faut pas d'humidité. Le temps de séchage varie selon l'endroit où se trouvent les pâtes de fruits. Après mettre dans des boîtes et déguster.

On peut faire la même chose avec des pommes, c'est le même principe.

J'aime bien utiliser la gelée de pommes pour napper les tartes aux pommes encore tièdes avec un pinceau, ça donne du brillant et du goût.

 

 

Martine M.

 

 

 

 

 

 

Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube
Les vestiges de l'aube

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans ROMANS POLICIERS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens