Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 16:18
Yeruldelgger - Les Temps Sauvages - La mort nomade
Yeruldelgger - Les Temps Sauvages - La mort nomade
Yeruldelgger - Les Temps Sauvages - La mort nomade
Yeruldelgger - Les Temps Sauvages - La mort nomade

Ian MANOOK

 

Roman policier mongol

 

L'AUTEUR :

Il est né à Meudon en 1949 dans une famille ouvrière modeste d'origine arménienne. Son vrai nom est Patrick MANOUKIAN. Il est allé aux Etats-Unis à l'âge de 16 ans et deux ans après il parcourt 40000 kms en stop à travers les Etats-Unis, le Canada, l'Alaska. Il a voyagé dans beaucoup de pays tels que la Mongolie (lieu du livre), l'Islande, le Brésil, etc... Il a fait des études de Droit Européen, de Sciences Politiques à la Sorbonne et de journalisme à l'Institut Français de Presse. Il revient en France dans les années 70 et devient journaliste indépendant. En 1987, il crée deux sociétés : une agence de publicité spécialisée dans la communication autour de la presse et une maison d'édition (les éditions Tournon) concernant la jeunesse. Yeruldelgger est son premier roman mettant en scène le personnage du commissaire Yeruldelgger ; c'est le début d'une série. L'auteur vit à Paris.

 

 

 

 

 

 

LES LIVRES :

 

Yeruldelgger

 

 

Yeruldelgger (542 pages – 2013) éditions Albin Michel

Grand prix des lectrices Elle dans la catégorie Policier.

 

Le commissaire Yeruldelgger habite à Oulan-Bator en Asie Centrale, Mongolie. Il est très attentif aux traditions de son peuple et déplore les changements qu'apportent le commerce à outrance en particulier avec la Chine. La découverte du corps d'une petite-fille toujours accrochée à son tricycle lui rappelle la mort de sa propre fille jamais élucidée. Depuis, sa femme est à moitié folle dans un établissement spécialisé et son autre fille Saraa (une jeune adulte) le déteste. Ce meurtre abominable est-il lié à celui de trois chinois et de deux prostituées ? Il lui faudra bien du courage ainsi qu'à ses équipiers pour démêler l'intrigue et lui faire supporter le dénouement pour le moins surprenant.

 

Les Temps Sauvages :

 

(523 pages - 2015) éditions Albin Michel

Le retour du commissaire Yeruldelgger qui aura fort à faire pour résoudre le nouveau mystère qui lui est proposé. Protéger les siens et sauver des enfants d'un trafic odieux le poussera à devenir aussi dangereux que les autres. Et puis l'inspecteur Oyun, son amie, découvrira de nouveau l'amour pour mieux le perdre et se relever encore une fois des épreuves.

 

La mort nomade :

 

(429 pages - 2016) Editions Albin Michel

Le commissaire Yeruldelgger en a assez de la corruption, des crimes ; il décide de s'isoler dans une yourte traditionnelle au milieu de la steppe, dans le désert de Gobi. Mais rien ne se passe comme prévu et il est entraîné malgré lui dans de sombres tractations concernant les grandes multinationales qui exploitent le sous-sol de la Mongolie et la détruisent à petit feu.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Le temps du voyage (causerie)

Les Bertignac : publié sous le pseudo de Paul Eyghar et qui a obtenu le prix Gulli du meilleur roman jeunesse en 2012.

Yeruldelgger a obtenu plusieurs prix : 6 en tout.

Prix Quai du Polar/20 minutes 2014

Prix des Lecteurs de Notre Temps entre autres.

 

Romans jeunesse : série Tarko (Tarko et Lou Bertignac)

 

L'homme à l'oeil de diamant

Le secret de Pachamama

 

 

 

 

 

 

MON AVIS :

 

Le livre est tout simplement génial : déjà de part son dépaysement, la Mongolie, avec des descriptions de paysages, des traditions mongoles. C'est particulièrement intéressant. Et que dire des personnages : courageux, parfois trop téméraires et surtout très désireux de réussir les enquêtes malgré les difficultés liées à la corruption et au mensonge.

Le deuxième roman est aussi bon que le premier, peut-être un peu plus noir et sombre. Mais toujours aussi bien écrit, et les personnages fascinants de part leurs caractères et leurs choix. La Mongolie et la France liées par une enquête complexte qui forcera encore Yeruldelgger à passer du côté "obscur".

Le troisième roman est tout aussi passionnant ; il est pourtant plus sauvage et plus sombre encore que les précédents.

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

 

Pas de recette de cuisine pour ce roman mais plutôt un extrait du livre, une description pour donner l'eau à la bouche ! L'extrait se situe juste après qu'il se soit rendu sur le lieu de la découverte du corps de la petite-fille, dans un endroit isolé.

 

 

« Yeruldelgger eut soudain le sentiment étrange que le vieil homme n'était plus avec eux. Il était juste là, comme la steppe, comme les collines à l'horizon, les rochers épars et le vent qui les érodait depuis des millions d'années . Le petit vieux n'était plus un homme, c'était un roc. Plein. Dense. Solide. Chacun s'était arrêté et demeurait immobile dans l'attente de quelque chose, mais lui ne bougeait pas. Le temps semblait suspendu. Puis une brise les frôla, se glissa entre eux, chahuta les herbes bleues, et s'enfuit soudain dans un galop joyeux sur la steppe. Yeruldelgger reçut comme un coup au cœur toute cette liberté de la plaine sauvage aux herbes irisées où couraient des chevaux fous. Quand il senti la main du petit vieux sur sa manche, ce fut comme s'il tombait d'un rêve.

- Son âme est à toi maintenant, dit le nomade. Vous vous appartenez jusqu'à ce que tu l'emmènes là où elle doit aller. »

 

Martine M.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by leslecturesdemartinemoratal - dans ROMANS POLICIERS
commenter cet article

commentaires

Manoukian Francoise 31/08/2015 14:18

Pour infoYeruldelgger a obtenu à ce jour 15 Prix des Lecteurs et non 6. Dont les 3 principaux. Prix Quai du Polar, prix SNCF du Polar et Prix Elle du Polar.

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Liens