Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 15:52
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

Paola PIGANI

 

Roman

 

L'AUTEURE :

Elle est née le 28 juin 1963 de parents italiens émigrés en Charente. Elle a vécu 8 ans en pensionnat. Elle a beaucoup voyagé en Italie et en France mais aussi dans les pays de l'Est et au Canada. Elle a grandi en Charente où elle a rencontré la communauté des Manouches et en particulier une femme qui lui a raconté sa vie et l'internement de sa famille dans le camp des Alliers pendant la seconde guerre mondiale. Actuellement, Paola vit à Lyon et se consacre à l'écriture ainsi qu'à son métier d'éducatrice pour jeunes enfants. Elle écrit des nouvelles et des poésies. Elle a reçu le Prix Prométhée de la Nouvelle en 2006.

 

 

LE LIVRE : N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures (215 pages – 2013) Liana Lévi

Sélection Rhône-Alpes pour le prix Lettres Frontière 2014.

 

Le roman est le récit de cette femme rencontrée en Charente : nous sommes au printemps 1940. Les nomades et leurs roulottes sont par décret national recherchés et parqués dans un camp près d'Angoulême. Le camp des Alliers est dirigé par la Kommandantur et des gendarmes et soldats français. Alba a 14 ans, elle entre dans le camp avec sa famille. Sa mère, Maria, est aveugle et enceinte et n'a pas son pareil pour tresser les paniers d'osier. Son père, Louis, est magicien et très bon sculpteur du bois. Ils ne comprennent pas qu'on les oblige à marcher longtemps pour les parquer dans ce camp où ils vont avoir faim, froid, subir les maladies, la gale, les poux et bien d'autres choses encore. Leurs roulottes sont détruites. Sans l'aide de la Croix Rouge et de certaines personnes telle que Mine ou le curé de la paroisse ils n'auraient pas survécu. La boue, la saleté, le mépris ne les empêcheront pas de se battre et de croire jusqu'au bout qu'ils retrouveront leur liberté. 6 ans d'internement les brise, mais quand les portes s'ouvrent il faut repartir de rien. Entre temps Alba rencontre l'amour, devient maman et fera tout pour que les traditions et le mode de vie des Manouches perdurent.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Roman :

Concertina

Nouvelles :

Indovina, suivi de Ailleurs naît si vite.

 

 

 

MON AVIS :

Au début, en lisant la 4ème de couverture, je me suis dit : « encore un livre triste et sur la seconde guerre mondiale ! » Agréable surprise que ce petit roman plein d'humanité, d'espoir, de solidarité et d'amour. Une écriture parfaite pour raconter cette histoire réelle tirée d'un pan de l'histoire française vraiment pas glorieuse. Je ne connaissais d'ailleurs pas ce lieu, le camp des Alliers. Une vraie découverte et bravo au jury de Lettres Frontière pour cette nommination au prix 2014.

 

 

 

LES PLAISIRS DE LA TABLE :

J'ai pensé au début que ce serait indécent de proposer une recette de cuisine alors que le roman parle de faim et de malnutrition mais cette nourriture est tellement importante pour eux, elle sera le centre de leurs préoccupations pendant 6 ans que j'ai changé d'avis. Le père obtient le droit de cultiver un peu la terre, bien-sûr les gardiens prennent la plus grande partie mais un petit peu leur revient. Nous avons aussi un jardin et la salade pousse tellement que j'ai cherché comment la cuisiner autrement que nature.

Tarte à la salade

 

J'ai fait blanchir à l'eau bouillante l'équivalent de 3 grosses salades nettoyées. Bien les laisser égoutter.

Faire revenir 3 oignons hachés dans une poêle avec 250g de lardons. Ajouter la salade bien égouttée et faire cuire jusqu'à évaporation totale de l'eau de cuisson.

Battre dans un saladier 4 œufs entiers avec 20 cl de crème fraîche liquide du sel et du poivre.

Mélanger les deux préparations et l'étaler sur une pâte brisée. Saupoudrer de 100 g de gruyère râpé et faire cuire au four thermostat 6 (180°) pendant environ 30 minutes. C'est très bon tiède ou froid avec une bonne salade verte bien relevée.

 

 

 

 

 

 

Martine M.

N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

Partager cet article

Repost0

commentaires

auto école permis acceleré 17/07/2014 00:49

Je vous félicite pour votre recherche. c'est un vrai état d'écriture. Continuez .

Présentation

  • : Lire avec gourmandise
  • : Le plaisir de lire égale le plaisir de manger ! Les cinq sens sont touchés. La vue : la couverture, le résumé, le titre attirent l'oeil. Le toucher : on prend le livre en main, on l'effleure L'odorat : le papier a une odeur, on y est sensible ou pas ! L'ouïe : en tournant une page, entendre le léger frémissement de la feuille. Le goût : j'ai toujours dit qu'un livre, c'était comme la pâtisserie. On lit quelques pages, on le goûte ; parfois on aime, parfois on déteste.
  • Contact

Profil

  • leslecturesdemartinemoratal
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.
  • passionnée de lecture et de cuisine. J'aime faire partager mes avis.

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens